Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 21:57

                                       Naître fille en Inde est encore difficile aujourd'hui...
                         Beaucoup, beaucoup plus difficile que vous ne pouvez l'imaginer...
khajurâho village
Les enfants du village de Khajurâho dont vous voyez aussi les photos dans l'article "Les filles naissent dans les roses, les garçons dans les choux", comme tous les enfants en Inde, sont encore plus marqués que nous par les différences fille-garçon.

Je me vois très bien dans cette page vous expliquer stoïquement et calmement :
En Inde, les femmes sont niées, bafouées, violées, assassinées. C'est de notoriété publique et implicitement admis par tous. Les conventions sociales issues d'une tradition millénaire veulent que les femmes ne soient rien. Avant même la naissance déjà elles sont vues comme un problème. La loi actuelle interdit aux médecins de révéler le sexe de l'enfant lors d’échographies pour éviter les demandes d'avortements systématiques en cas de grossesse-fille. Mais moyennant rémunérations ou par convictions religieuses ou par bêtise, beaucoup de médecins détournent la loi en adoptant un langage codé : "Vous pouvez célébrer" (c'est un garçon), "Il ne vous reste qu'à prier" (c'est une fille)...
Contrairement à ce qu'on pourrait penser ce n'est pas seulement dans les campagnes reculées que cela se passe. L'élimination avant la naissance est plus importante dans les villes et les régions riches qui ont accès facile à l'imagerie médicale. Les autres tuent simplement après la naissance. Les filles sont éliminées volontairement par manque de soin ou empoisonnement dès l'accouchement ou dans les premières années de vie.

En cas de sexe hors mariage, les femmes subissent brimades et sévices allant jusqu'au meurtre "voir pire".
Le seul destin admissible pour une femme est le mariage. Ceux-ci sont convenus par les familles à 95 % (stat' officielles) et 40 % de ceux-ci sont des mariages d'enfants qui sont évidemment des mariages forcés. La famille de la femme doit apporter une dot conséquente, interdite par une loi jamais respectée. Pour vous donner une idée de l'énormité de cette dot, sachez que les familles économisent depuis la naissance de leur fille sous forme de lingots d'argent ou d'or car il faut offrir souvent au moins une voiture, des appareils ménagers, des costumes et saris... Ces cadeaux sont offerts aux parents de l'homme, ils ne sont pas pour les mariés !

 
khajurâho village                        Cette femme hindoue n'est pas née au village de Khajurâho.
                     Elle doit donc se voiler dehors et dans la maison de sa belle-famille.
                   Elle ne découvre son visage que dans la cuisine ou seule avec son mari.
                    Elle peut aussi le faire pour nous qui sommes étrangers à toute caste !


Après le mariage, la femme vit dans la famille du mari et en devient l'esclave. Elle doit obéissance absolue aux hommes de la famille, les beaux-frères et surtout le père. Elle est la femme de ménage très soumise de la mère. Elle ne peut pas sortir seule comme elle veut. Elle sait très rarement lire (l'alphabétisation des filles même si elle est en hausse reste très faible), elle n'a le droit de communiquer qu'avec les autres membres féminins de la famille...

                                                        khajurâho village

                                                 Salle de classe à Khajurâho

                   1er avril 2010 une loi rend l'école primaire obligatoire et gratuite en Inde
                            avec mise à disposition d'un enseignant pour 30 élèves.
       8 millions d'enfants défavorisés, déscolarisés pourront rejoindre le système éducatif.
                      Encore faut-il que les familles voient l'intérêt d'y envoyer les filles
                  utilisées comme aides au ménage ou travaux divers dès le plus jeune âge
                                   et n'ayant pas besoin d'une instruction pour se marier !


 

chiffres : 80,6 % d'analphabètes pour les femmes, 50,2 % pour les hommes (en 1990, indiens âgés de + de 24 ans) 

Ces info vous touchent, vous scandalisent, "partagez" ces textes...
Vous avez des compétences, mettez-les en oeuvre
Vous pouvez agir,
Vous avez des connaissances, faîtes-les intervenir
Contactez-nous 

(suite dans "Naître dans une rose en Inde part 2")

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sylveno - dans sauver la planète
commenter cet article

commentaires

Armide+Pistol 26/11/2011 01:24


Et voilà les pays "émergants" : qu'ils émergent !


Le sort des femmes est encore inrolérable dans de nombreux endroits du globe.


De gros efforts restent à accomplir sur toute la planète : femmes menant cie professionnelle+ vie familiale, mais ne percevant pas les mêmes salaires que leurs homologues masculins, femmes
auxquelles est imposé le port du voile, et, pour ne citer que les Etats-Unis d'Amérique, femmes exploitées pae un machisme latent, sans contrepartie.

peggy 22/11/2011 01:06


Un article très choquant, je n'imaginais pas que ça existait...ça donne la nausée, ça me laisse un peu sans voix sur le coup, je partage et referais circuler régulièrement, c'est le genre
d'écrits (rares !) à ne pas laisser tomber dans l'oubli !!