Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 11:29

nous 2 dans le                                 Nous deux avant notre premier voyage en Inde.

Nous avons cherché et rencontré un guru tantrique Mahakaal, je raconte ça dans le premier article "spiritualité".
Siddharta (pas celui qui est devenu célèbre sous le nom de Buddha ! mais le fils du guru) nous enseigne le tantra de la nuit quand tous les autres sont endormis et que là le kapalika veille...
"tantra" veut dire "traités" ou "écrits" donc
déjà pour désigner la pratique s'inspirant de ces livres, il est plus propre de dire "tantrisme".
Le tantrisme est une science demandant un engagement total et un haut niveau de qualification. Son but est se libérer des conditionnements.cascade de fond'comb à barthèsLes expériences concrètes proposées pour ça amènent à des ressentis de la réalité n'ayant rien de croyances. Le sexe n'est pas plus souvent utilisé dans le tantra que n'importe quel acte de la vie de tous les jours (manger, éternuer, rencontrer un ami, regarder le ciel, observer une fleur...)
magnolia à barthès
et quand on utilise le sexe
ce n'est pas juste pour l'orgasme sexuel.
 
 




Tantra est devenu identique à Kamasutra dans le langage populaire. C'est devenu un mot directement lié à la sexualité.
La confusion vient du fait qu'il n'y a pas de mot pour définir le vécu spirituel, on parle d'extase, d'orgasme cosmique... parce que quand on s'adresse à quelqu'un qui ne l'a pas vécu, c'est une bonne façon de le décrire ! Comment expliquer à quelqu'un qui n'en a jamais mangée, le goût d'une mangue ? Vous pouvez toujours dire "c'est un goût fruité" mais ça n'explique pas grand chose. Vous pouvez faire des comparaisons mais vous buterez toujours sur ce qui est la particularité de la mangue et qui la différencie totalement d'une fraise.

En utilisant le sexe dans la spiritualité on atteint une perception de la réalité qui donne une sensation d'extase. On emploie les même mots pour parler des plaisirs sexuels et pour les expériences spirituelles en se basant sur la proximité des sensations de plaisir et des impressions de complétude, d'union, avec soi, le partenaire ou l'univers entier.
Mais pour avoir une sexualité épanouie et une relation de couple intéressante... point n'est besoin de tantra !
Il est par contre indispensable de prendre des cours de sexologie...

La complaisance et le manque de pratique personnelle de certains animateurs dans les groupes dits de tantra, créent beaucoup de désillusions chez les participants quand ça ne sont pas de réels dégâts ! 
Si vous êtes un adepte du yoga et que vous allez dans un cours où ne sont enseignées que les postures, voir à un cours de yoga-anti-stress pour gens surmenés, vous n'aurez aucun problème pour suivre et ce sera bien détendant sans avoir la profondeur de votre pratique habituelle mais ça ne vous fera pas de tort.
Pour le tantrisme, c'est différent. Les participants vivent des sensations inhabituelles comme des visions, des sensations de couleurs ou de chaleur... des extases. edelweiss à barthèsIls sont surpris et enthousiasmés. Ils sont fascinés pa
r ces manifestations et cherchent à les reproduire en refaisant toujours les mêmes expériences. Du coup, ils s'arrêtent en cours de route et se détournent du but qui est, je le redis : la libération des conditionnements.

C'est leur droit mais c'est dommage parce que faire ainsi du sur-place renforce l'ego en imaginant avoir transcendé la sexualité pour entrer dans la spiritualité. Avant de transcender quelque chose il faudrait déjà savoir ce que c'est !

C'est pour ça qu'il est indispensable de prendre des cours de sexologie...
Certains s'arrêtent à cette compréhension de la fonction et du fonctionnement de la sexualité et c'est aussi leur droit. Tout le monde n'a pas envie d'aborder la spiritualité.
Si votre envie est d'être heureux à 2 en utilisant le sexe pour plus de plaisir dans votre vie, bravo !

La spiritualité ne vous apportera rien de plus.nos yeux

                                             Toutes ces photos sont prises au hameau


(à suivre dans "Relations femme-homme part 5 : tantra à l'occidentale")

Repost 0
Published by sylveno - dans spiritualité
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 10:34

Nous avons laissé une guêpe-maçonne finir son nid dans la salle-de-bain, c'était mignon à observer.1 guêpe-bâtisseuse
Je ne vais pas vous refaire Wikipédia ni une leçon de choses mais quelques photos pour partager cette construction avec vous...
Cette maman n'était pas du tout agressive contrairement aux guêpes qui s'installent dans le zome au hameau tous les étés et qui se jettent sur nous si on n'a pas vu le nid (qui ne ressemble en rien à celui-là) tout de suite !2 guêpe-bâtisseuse vue de plus près Elle a mis une semaine à maçonner cet abri de terre sableuse avec sa salive. Puis elle a pondu dedans, elle l'a bourré d'araignées et autres petites proies pour ses larves. 3 guêpe-bâtisseuse
Elle a bien fermé avant de repartir sachant que tout est fait et bien fait pour que ses bébés s'en sortent seuls.

4 guêpe

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Au bout de 15 jours on a vu une grosse guêpe adulte sortir. Elle avait troué le nid de terre. Puis on en a libéré encore 2 autres, enfermées dans la salle-de-bain. Il y a 4 trous, donc on a dû en rater une !

Il y a plusieurs sortes de ces guêpes ici, certaines font des nids de terre plus petits, placés les uns à côté des autres, un oeuf par nid.

 5 guêpe-bâtisseuse sur le ricksha














Dans la série les bestioles bizarres Enoch a trouvé cette larve sur un des babuls (acacias qui poussent près de la maison, de façon sauvage).

larveSon nom de famille est probablement "psychidae", son prénom (pardon si on veut faire genre scientifique qui s'y connait, on dit "genre") c'est peut-être Eumeta quelque chose (on n'a pas trouvé exactement son espèce)... Elle se fabrique un fourreau avec les épines de l'acacia. C'est d'un pratique et d'un élégant pour se déplacer, y'a pas mieux : on a l'impression qu'elle va tomber de la branche quand elle circule dessous...
aiguilles de babul






Toutefois ça protège : les épines de babul si vous marchez dessus, c'est horrible, genre "vous marchez sur un clou" alors à gober, je ne crois pas qu'un oiseau s'y essaie !

Repost 0
Published by sylveno - dans nos animaux
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 06:29

Avril, mai, juin... les températures sont au plus haut, jusqu'à 40°, puis arrivent les vents de mousson qui amènent la pluie. 11-09 GouluRien à voir avec les pluies d'avril ou d'octobre dans le Tarn, au hameau pendant cette période tout est gris, froid et brumeux. Ici les nuages s'amoncellent rendant le ciel gris, noir et parfois jaune quand le vent est fort. La température se rafraîchit et tout à coup l'eau coule à flot, comme si quelqu'un là-haut balançait des seaux. Une heure, deux heures, ça résonne dans les canalisations. Puis le ciel se dégage, le soleil revient, l'humidité de la terre passe dans l'air.Les plantes poussent à la vitesse grand V. Le sol de jaune ocre sable passe au vert. Le banc dehors a totalement disparu sous la verdure.11-09-07 grenouilles dans la siréne
C'est du bon temps pour les grenouilles qui se sont installées dans la station intégrée de régénération naturelle des eaux.11-09 grenouille-au-nez-pointu

 

 

 

 

 











La mousson est la saison des transhumances pour moutons, chèvres et chameaux. Même si toute l'année des enfants, des handicapés ou des vieux les font paître un peu partout, maintenant que l'herbe a tout envahi, les troupeaux bougent beaucoup et sont regroupés.
Une nuit en rentrant, Zoé a dû piler au détour d'un virage pour ne pas rentrer dans un chameau baraqué au milieu de la route du lotissement. Il y avait là deux douzaines de chameaux et un troupeau de moutons. Superbe spectacle, à la lueur du phare ! Arrivée à la maison, elle donne l'alerte et nous sortons accompagnés des chiens pour éviter les scorpions (celui de la photo était sous l'escalier sous une brique humide) et les serpents, à la tombée du jour en cette saison il peut y avoir des cobras. 11-08-18 scorpionC'est à la lumière de la pleine lune que nous admirons les troupeaux rassemblés dormant sur les chemins empierrés. Quelques hommes veillent, les autres sont sous les couvertures.

Ce rassemblement est une aubaine pour moi (Enoch) qui, depuis le début des pluies, pleurais pour du crottin de chameau, introuvable malgré mes recherches. Ce sont de petites boules dures pratiquement sans fibres, à décomposition très lente. En cette saison c'est plus adapté que le crottin d'éléphant que j'utilise en saison sèche qui est très fibreux et qui retient l'eau en surface mais en saison des pluies, ça fait pourrir les racines. Le lendemain, je prospecte les alentours et reviens avec deux seaux pleins.

Les buffles ne sont lâchés qu'en cette saison, le reste de l'année les propriétaires achètent du fourrage. livraison de fourrageCes puissants animaux sont sous surveillance constante, généralement d'une femme. Je pense que mobiliser une personne quand il y a peu de nourriture ne doit pas être rentable et pas question d'utiliser un enfant, trop dangereux.11-09 canne-à-sucre

 

 

 

   

Quand ils s'approchent de la "haie" de blocks qu'on a mise pour protéger les boundries, heureusement qu'il y a les chiens qui les éloignent : sans même sans rendre compte et juste en avançant la tête pour attraper l'herbe évidemment plus verte de l'autre côté du barrage, ils font tomber les protections comme des brindilles ! On a dû doubler la protection de la canne à sucre car ça leur plait au point de faire mourir la plante !




11-08 Clarias BatrachusMadan a ramené 2 poissons-chats qu'il a mis dans la station d'épuration d'eau. Un jour on en a retrouvé un complètement sec sur la route on avait cru à un tour à la façon Laboulette mais après renseignement : le Clarias Batrachus peut marcher ! Il a la possibilité de respirer hors de l'eau mais doit avoir la peau humide en permanence. L'abondance d'eau lui aura fait croire qu'il pouvait gambader ! Mais les routes sableuses d'ici sèchent à la vitesse grand V car dès que la pluie cesse le soleil se remet à darder... 11 09 Clarias marchantMadan en a ramené un autre. Nous l'avons photographié en train de marcher prenant appui sur les épines de ses nageoires, Zoé l'arrosait de peur qu'il se dessèche !

Repost 0
Published by sylveno - dans nos animaux
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 06:24

Pendant le montage de l'escalier, un tracteur se pointe dans le coin. 11-08 jdaSur le moment personne ne fait attention à ce qu'il fait mais au bout d'un moment Sylvie s'exclame :
"Hé, c'est le JDA (Jaipur development authority) qui creuse des trous pour des arbres et Madan lui a déjà dit de pas en faire devant la maison".
Effectivement, le tracteur a creusé des trous le long des routes de tout le lotissement. Travail fait "à l'arrache" : des trous espacés de 2 m, parfois 60 cm, parfois 30 m ! pas spécialement alignés bien sûr !

Les futures maisons vont devoir calculer leurs entrées pour louvoyer entre les arbres. Je sors constater et avise deux trous juste devant la maison. Je descends et tout en jouant avec les chiens, je les rebouche discrètement avec le pied. Pas n'importe quel arbre, n'importe où devant la maison !11-08 jda 

Il pleut encore souvent ce qui serait bon si les arbres étaient plantés mais depuis 3 semaines que les trous sont faits, pas d'arbres en vue... On s'est dit : "Parions qu'avec cette flotte, les trous se reboucheront tout seuls avant que le JDA se rappelle avoir envoyé quelqu'un les faire..." 

 

rrroooh les mauvaises langues !
Le 4 septembre, une équipe de planteurs est arrivée, les trous étaient encore là et chacun a reçu son arbre. 11 09 jda plantations arbres11 09 jda plantations arrosage11 09 jda plantations rebouchage11 09 jda plastique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous allez dire qu'on a toujours quelque chose à redire mais...
les protections des petits arbres arriveront trop tard, une semaine après, les buffles ont mangé les jeunes feuilles parfois en tirant dessus laissant les racines à l'air. On verra l'an prochain combien ont survécu.
Quant aux plastiques qui contenaient les mottes... le lotissement est trop grand pour qu'on envoie Madan tout récupérer !
On attendra ceux que le vent amènera devant la maison.

 

Peut-être que ces plantations sont un signe que le JDA ne va pas tarder à faire la première partie de notre route, au moins jusqu'au tailleur de pierre car les pluies ont défoncé tout l'empierrage.11-09-08 route de shiv nagar-3

Repost 0
Published by sylveno - dans au jour le jour
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 10:13

Quelque temps après "tîj festival", deuxième arnaque pour les femmes rajasthanaises : Raki ou "la fête des frères et soeurs".
Toutes les femmes ce jour-là doivent offrir à leurs frères un bracelet en échange de leur protection.

Au Rajasthan, dans les familles pauvres et les villages, ce sont des bracelets à une roupie. Les femmes par cette coutume, reconnaissent qu'elles ont besoin de la protection de l'homme mais point de fête marquant une reconnaissance de l'homme face à la femme.
Madan
a raison d'être fier de ses bracelets : cette fête est celle des frères !

En ville, dans les familles aisées, la mère choisit celui à qui la fille (adulte) doit offrir le bracelet, c'est souvent à un autre homme que son frère. Elle doit aussi donner des cadeaux de valeur (magnétoscope, télé, vélo...) à cet homme ainsi qu'à ses descendants mâles, objets qu'elle n'a souvent pas les moyens d'offrir à ses propres enfants !raki madan braceletsComme pour l'excision en Afrique, les systèmes anti-femmes continuent de par les femmes elles-mêmes. La mère ou la belle-mère a énormément souffert du système mais une fois en haut de la hiérarchie elle fait subir à sa fille ce qu'elle a subi ! Les hommes n'ont même plus besoin d'intervenir... Les femmes entretiennent elle-mêmes les luttes hommes-femmes et en plus les luttes femmes-femmes.

En France nous avons aussi des arnaques dans nos coutumes, comme la fête des mères. Cette fête est au départ en France issue d'une politique nataliste et ne rend hommage qu'à une facette de la femme, la maternité, mais au moins le jour-dit, ce sont bien les mères qui reçoivent des cadeaux.
Notez aussi que ce n'est pas un jour férié mais un dimanche choisi durant le mois de mai, mois de la vierge des catholiques...
Nous avons vu arriver ensuite "la journée des femmes" puis "journée de la femme"... mais elles n'ont pas donné droit à des cadeaux ni à un jour non travaillé !

Peut-être un jour verra-t-on "la journée de l'égalité des droits hommes-femmes" ou mieux, plus de fête du tout puisque cette notion sera tellement ancrée dans les moeurs qu'on n'imaginera rien d'autre !  

 

 

(suite dans relations hommes-femmes part 5 : tantra à l'occidentale)

Repost 0
Published by sylveno - dans sexualité
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 14:16

Cet article est la suite de relations hommes-femmes part 2

Si vous démarrez à cette page vous pouvez vous demander ce que cet article vient faire dans ce blog l'Inde-autrement ! Vous pouvez lire notre présentation " qui quoi où". Sinon, voilà un petit résumé. Nous racontons nos aventures indiennes : création d'une boulangerie avec Zoé et organisation de Voyage-autrement. Le choc face à la culture et aux comportements des indiens amène à se poser des questions sur nos habitudes françaises tellement ancrées qu'on ne les perçoit plus comme des conditionnements. Dans les sessions de connaissance de soi au hameau en France et en voyage en Inde nous pointons ces conditionnements pour qu'une fois identifiés nous puissons nous en libérer. Ce texte est en lien avec tout ce qui concerne les relations hommes-femmes.guerriers-complices

 

Cet article tente d'expliquer le mot Vîrya qu'on peut traduire par "puissance" dans le sens "force" de "que la force soit avec toi" de l'enseignement de Yoda ! Mais c'est pas encore tout à fait ça, il y a une notion de tenacité, de détermination, pas de force uniquement physique. Vîrya s'applique autant aux hommes qu'aux femmes. C'est plutôt un état d'être qu'on incarne toujours, genre quand on est un jedi un vrai, ou à des moments. Le vîrya s'exprime différemment selon les êtres vivants, on a le vîrya de la primevère et celui du chêne, différemment aussi selon les circonstances, vîrya du ressenti et vîrya de l'action.

 

Les photos qui agrémentent (on l'espère !) cet article, sont de nous ou de proches. Nous ne sommes pas les seuls à incarner le v îrya dans nos vies par des actes de guerriers ou de guerrières, de princes ou de princesses, dans notre vie quotidienne, mais nous attendons vos photos pour les ajouter !
guerrières-complices 

Après avoir été exploitées pendant des années, les femmes françaises ont réussi à avoir (à peu près) un statut équivalent à celui des hommes grâce au féminisme. Je rends honneur à cette lignée de femmes qui se sont battues pour notre égalité et je suis heureuse d'être de la génération d'après !envol-de-guerrière Mais ce qu'on fait aujourd'hui de tous ces beaux acquis ne me plait pas. Comme si après la guerre on n'arrivait pas à construire la paix. Pourtant, il est vraiment urgent d'arrêter la lutte contre les hommes pour entrer dans la relation. À force d'avoir peur de retomber en esclavage, les femmes françaises focussent sur elles et tout ce qu'elles veulent à tout prix, sans voir que le prix actuel est élevé : beaucoup d'hommes perdent leur "vîrya", comme on dit en Inde, leur virilité.guerrier-s'entraînant

 

 

 

 

 

Et à ce jeu les femmes ne se rendent pas compte qu'elles auront beaucoup perdu si elles gagnent !

J'essaie d'enseigner ça dans les sessions "sexologie" ou "relations homme-femme" au hameau.

Les femmes françaises veulent des hommes qui prennent des décisions, sur lesquels elles peuvent compter, s'appuyer. Vrai, non ?
Et en même temps dès qu'un homme entre dans son rôle, quelque fois il suffit d'une voix un peu trop marquée hormonaleme
prince-affirmént, elles ont peur, peur que le machisme ne revienne, peur d'être de nouveau écrasées. Alors elles cherchent à contrôler la situation en utilisant les besoins des hommes comme outils de pouvoir, le sexe surtout...guerrière-séductrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes veulent des femmes sexy et maternantes qui soient OK pour le sexe à tout moment et qui soient aussi là pour les cocconner. Vrai ou pas ?
En même temps dès q
 u'une femme intègre ce rôle, ils s'éloignent ou s'abritent derrière une bande de copains par peur d'être prisonniers. Ils utilisent le besoin de proximité des femmes comme outil de pouvoir.

princesse-qui-se-la-pèteLes filles, bébés, ont toutes manqué de regards d'hommes puisque le pouponnage est le domaine des femmes. De la puéricultrice de la maternité aux premières classes de l'école primaire, calculez le pourcentage d'hommes dans votre vie ! Mères, ne culpabilisez pas, ce n'est pas dû à vous mais à cette p..... de mauvaise répartition des rôles homme-femme dont on est en train de parler !
De plus les femmes sont toutes encore très imprégnées de la société machiste, normal, c'est encore très proche et pour certaines c'est encore leur actualité. Rester vigilante est nécessaire mais prendre du recul pour regarder vraiment l'homme qui est là est très important.fleurs-pour-un-princeJ'ai saisi ça un jour dans une session de thérapie. J'en profite pour remercier ma thérapeute pour toutes les expériences qu'elle a eu le génie de proposer et qui chacune ont débarrassé mon chemin d'un rideau de toile d'araignée m'empêchant de voir la liberté. Le groupe de femmes était placé face au groupe d'hommes et à tour de rôle nous devions nous "balancer" tout ce que nous nous reprochions. Chacun hurlait tout ce que vous pouvez facilement imaginer, tout ce qui a été vrai dans notre enfance, tout ce qui est véhiculé par la société, tout ce qu'on a pu subir... dans un camp comme dans l'autre. Et moi j'arrivais à rien dire ! Pourtant des reproches, des haines contre mon propre père ou contre d'autres hommes, j'en avais, comme les autres femmes ! Mais en face, pour moi, il y avait Enoch puisque nous faisions cette session tous les 2, je n'avais pas tout ça à lui reprocher...guerrier
Il y a un temps et un lieu pour tout, un temps et un lieu pour revivre, dire et laisser s'en aller les traumatismes du passé : c'est l'espace thérapeutique. Mais dans la vie de tous les jours, avec notre homme et les hommes que nous choisissons de fréquenter, c'est le temps d'apprendre à RELATIONNER. D'apprendre les bases, le comment-ça-marche de nos mécanismes émotionnels... le comment-ça-marche du sexe, pas le mécanisme de l'autre, le nôtre d'abord...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les garçons ont tous une relation à leur mère difficile pour leur vie d'adulte. Soit cette relation est trop parfaite et l'homme a du mal à en créer une autre, soit elle est trop étouffante ou trop horrible et il a peur de créer une relation quelqu'elle soit avec une autre femme. Mères, ne vous culpabilisez pas, ce n'est pas dû à vous mais à cette p..... de mauvaise répartition des rôles homme-femme dont on est en train de parler !sourires-de-princes-frères


Nous recevons à l'école des arts de l'amour, beaucoup de couples pour qui la place à tenir en fonction de son sexe est la plus grande difficulté, plus importante encore que les relations sexuelles. Les hommes et les femmes sont différents : physiquement mais aussi dans la façon de penser, d'agir... Personne ne remet en cause les distinctions mises en place  dans les disciplines sportives pourquoi ça devient différent dans la vie de tous les jours ?

Je vais prendre pour exemple 2 couples que nous recevions en séance, je mélange leurs histoires pour qu'ils ne soient pas reconnus !
Ils ont envie de rester ensemble, ils se connaissent depuis le lycée, 2 domaines de désaccord, les sorties à 2 et le rôle face aux enfants (15 et 18 ans).
Elle : Je choisis toujours le lieu de nos vacances, le moment où on part, j'organise tout. J'aimerais qu'il prenne des initiatives, qu'il m'emmène en week-end, ne rien avoir à décider...
Lui : J'ai toujours l'impression que ce que je fais ne sera pas à la hauteur de ses attentes. Par rapport aux enfants je n'ai aucune place dans les décisions, je sais qu'elle fait mieux que moi, elle est plus pédagogue. Pourtant souvent je pense que je pourrais faire avec eux des choses tout seul mais elle ne veut pas...
Elle : Je n'ai pas confiance dans sa façon de faire, quand il leur parle ça les bute, quand il est fâché il hurle et je dois ensuite arranger les histoires !

Nous avons passé 6 mois, à raison d'une séance par semaine, à mettre en place des actions que Lui devait entreprendre sans qu'Elle n'émette d'objections :
Lui a proposé un week-end en vélo (ils adorent le vélo tous les 2), Elle n'a pas pu s'empêcher de ne pas être libre avant 2 mois (stage pour le travail ou obligations familiales, toutes de vraies bonnes excuses !) !
Lui a proposé de lui faire un massage, Elle l'a guidé du début à la fin car chacun de ses gestes lui créait un mal de tête !
Lui l'a invitée au restaurant, pour Elle ça ne valait pas le chinois où ils avaient l'habitude d'aller...
À chaque refus Lui a lâché l'affaire de suite, pensant qu'il avait fait un mauvais choix.

Nous avons "travaillé":

-avec Elle pour qu'elle fasse des choix pour mettre sa vie de couple en priorité réelle qu'elle utilise son "vîrya" féminin quand c'est nécessaire, pas à tout moment pour conjurer sa peur, qu'elle sorte de la relation à sa mère qui ne faisait que de mauvais choix pour elle ce qui l'a mise en danger permanent. qu'elle donne à son mari une chance...

-avec Lui à travers un art martial essentiellement, pour qu'il sente sa puissance d'homme, son "vîrya", qu'il sorte de l'emprise de sa mère qui le traitait d'incapable comme son père.guerriers-conquérants

-avec les 2 ensemble pour établir des règles du jeu.
Elle a eu droit à 2 refus pas plus par mois ! Lui devait faire une proposition par semaine : soirée, repas, sexe... Lui a peaufiné avec nous de plus en plus de détails pour qu'Elle ne puisse pas refuser !guerriers-expérimentateurs
On a redéfini le rôle du père et celui de la mère. On ne peut demander à une mère d'être un père et inversement. Ça pourrait se résumer à "La mère entoure de ses bras et nourrit, le père coupe le lien à la mère quand c'est nécessaire, protège et emmène les enfants vers l'extérieur". À partir de là chacun brode avec sa sensibilité et sa personnalité...

Ils sont au bout de quelques mois rentrés dans LE JEU.
Lui est allé seul voir les matchs de hand de leur fils. Il a aidé leur fille à aménager son 1e appartement.rire-de-guerrière
Elle a choisi de grouper 2 stages de travail pendant que sa fille déménageait, pour Lui laisser la place. Elle a réussi à Le complimenter pour ses initiatives.
Lui a proposé des vacances à 2 dans un gîte, Elle a été ravie.

Leurs "ardoises" de reproches respectives se sont effacées devant la volonté de l'un et de l'autre de passer à autre chose, devant la prise de conscience de la difficulté de l'un et de l'autre à passer à autre chose. On pense souvent que l'autre "le fait exprès" ! Puis on s'aperçoit que non, qu'il a des bloquages mais a vraiment envie de bien relationner avec nous... Alors, la colère peut être désamorcée, voire, souvent, replacée sur le parent concerné par cette colère qui est en nous depuis l'enfance et qui n'a plus lieu d'être dans notre vie actuelle.mini-princesse-et-le-baobab

Ensuite ce fut à eux de maintenir grâce au vîrya, ce jeu dans leur vie.
Elle "mignonne-guerrière-princesse-bonnasse", Lui "beau-guerrier-prince-affirmé" ! lol !prince-princesse

Une vie heureuse et équilibrée, ça s'entretient tous les jours. Vîrya signifie aussi persévérance...

guerrières-bonnasses

















           D'autres photos dans l'album pour rire
                   "princes-et- princesses"...



(suite dans relations h-f part 4)

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 06:17

suite de relation h-f part 111-08-02 teej pink-cityIl y a quelques jours nous sommes allés au Teej festival. Cette fête hinduiste appelée aussi "fête des femmes" a lieu dans toute l'Inde et au Népal, elle explique le code respecté par les femmes.

   

Elle se passe au moment de la mousson car la mousson est symbole de fertilité.
Dans pratiquement toutes les cultures, c'est la femme qui est responsable de la fertilité, on connait encore en occident la phrase "Elle ne m'a donné que des filles" or qui ignore encore que ce sont les spermatozoïdes qui déterminent le sexe ?
Certains guides touristiques traduisent même "tîj festival" par "fête des moussons" double erreur car d'une part "mousson" étant un régime météorologique de vents, c'est un mot qui s'emploie au singulier et d'autre part ce n'est pas la mousson qui est fêtée. Mais qui est fêté exactement ? 

 

Pour les plus passionnés d'histoire des religions, une mythologie d'origine non védique raconte que Shiva dieu masculin suprême est la personnification de l'ascèse.
 Pârvatî la déesse veut être proche de lui alors elle fait pareil, elle se lance intensément dans la prière et le jeûne. Par identité d'action, ils deviennent un. Ils sont unis, ils sont un seul être et cette union ne peut jamais être cassée, elle est éternelle.

Pushkar Shiva

Ce qui donne pour le peuple : Shiva médite pendant des siècles. Parvati voudrait l'épouser, elle prie et jeûne pour qu'il la regarde. Touché par sa dévotion, Shiva finit par s'apercevoir de son existence et se marie avec elle et ils "s'unissent" (disent les indiens) pendant des siècles.


Pârvatî est une forme de la déesse Durgâ : quand elle est l'épouse de Shiva. Elle envoie ce message à toutes les mortelles : "Pour trouver un mari et assurer prospérité et longévité à votre famille, priez et jeûnez"...
 

Pushkar Durgâ 

Depuis, chaque année la femme mariée remercie car elle a un mari, la non-mariée (à partir de la puberté) prie pour qu'un "homme bien" vienne à l'épouser. La tradition veut qu'elles s'habillent de beaux vêtements, se parent de bijoux, se décorent de henné. Elles jouent sur des balançoires, racontent des blagues, dansent, prient et jeûnent pour que leur mari et leur union soient bénis.


11 08 02 teej-festival lingam

 

Un immense défilé part de City palace et parcourt les rues de Pinkcity. Des groupes d'hommes présentent des mâts ornés entre autres de noix de coco symboles de Shiva. Tous ont une ceinture et se passent le mât. C'est apparemment très lourd mais ça ne doit jamais toucher le sol : grands lingams dressés avec au sommet une image de Pârvatî.

 

 

 

Dans le langage populaire "Tîj festival" est devenu "la fête des femmes" mais cette dénomination aussi est une erreur puisque les femmes célèbrent leur mari et prient pour le bien de leur famille ce ne sont pas elles qui sont l'objet de la fête... 11 08 02 teej-festival hommes11 08 02 teej-festival danse des hommes-copie-1

 

 

11 08 02-teej-festival femmes11-08-02 teej-festival encore des hommes

De nos jours, dans les villes, seuls quelques hommes hindus cultivés savent ce que font les femmes. Pour les autres, ça concerne les femmes alors ça n'a aucun intérêt.
Dans les villages il parait que la tradition est respectée, ici à Jaipur, les femmes prient et jeûnent mais je n'ai vu aucune danse ni balançoire...

 

(à suivre dans relation femmes-hommes part 3 : Raki, fête des frères et soeurs)

Repost 0
Published by sylveno - dans sexualité
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 06:43

mariage hindu

Les occidentaux sont généralement très choqués lorsqu'ils apprennent que les mariages arrangés sont, à quelques exceptions près, les seuls pratiqués en Inde. Ils expliquent alors qu'en Occident il n'y a que des "love-mariage", que les mariages arrangés ont disparu depuis longtemps et que le mariage est un libre choix des conjoints. Et les indiens s'extasient de cette affirmation.
J'ai envie dans cet article de vous inviter à prendre du recul sur les relations de couple en comparant France et Rajasthan, puisque je connais un peu ces 2 endroits.


Mise en garde de l'auteur (!) : Je vais naturellement devoir faire des généralités ce qui quand on étudie les humains est plus que difficile. Car bien sûr chaque famille et chauqe personne a sa particularité et beaucoup de choses varient en fonction de la couche sociale et du degré d'éducation, en France comme au Rajasthan.

Je redis bien que mon but est de prendre du recul par rapport à des croyances que nous n'identifions pas quand nous sommes totalement immergés dans une culture. Profiter d'être confronté à d'autres habitudes pour se poser des questions, pas se contenter de réactions épidermiques.


Les photos ajoutées à ce texte ont été prises à 2 mariages hindous à la réception du dernier jour. Les invités peuvent parfois être plusieurs milliers parfois.
Ils servent de témoins car le papier administratif de mariage, qui de toute façon est très rarement effectué, n'a absolument aucune valeur aux yeux de la communauté.
1 préparatifs mariage

2 écran géant

Rajasthan : La relation à la "famille-papa-maman" domine toute autre relation. Pour le mariage, les gens pensent en priorité à l'honneur de leurs parents sans tenir compte de ce dont eux-même ont envie. Beaucoup de ces arrangements se font maintenant en passant par une agence matrimoniale. Les filles et les garçons y déposent leur profil. Les parents choisissent et se rencontrent...
Dans cette société, le mariage est un point d'honneur important. Un homme qui ne se marie pas est un minable, une femme qui ne se marie pas est une incapable. Un célibataire, ça déshonore la famille entière.
Les indiens n'envisagent que rarement qu'ils puissent y avoir une option différente de celle qui est préconisée par la pression sociale et bien sûr, les oncles et les prêtres se mettent de la partie. À la limite, il est parfois possible au jeune homme de présenter à ses parents une fille de "bonne famille"et ce n'est certainement jamais une initiative laissée à la femme. Par "bonne famille" entendez de même caste car c'est dans la caste que les parents placent leur honneur. Les castes sont officiellement abolies depuis l'indépendance( 1947). Pour contourner la difficulté il est toujours indiqué dans les profils d'agence où se situe le jeune : high class, middle-upper-class. Quand il n'y a rien c'est signe de basse condition. Il est excessivement rare que soit indiqué "caste no bar", (aucune préférence de castes) mais c'est souvent que justement, le candidat est de "basse" caste. Pour mieux imaginer le système; reportez-vous au scandale actuellement en Angleterre de ces employeurs (indiens) qui ont viré un employé (indien) parce qu'il s'est marié hors caste  ("aujourd'hui l'inde"). Moi j'aurais foutu les employeurs à la mer sans autre forme de procès.
Cette histoire se déroulant en Europe où les immigrés voient d'autres cultures ce qui "ouvre" généralement, imaginez en Inde comment ça se passe...

France : La relation à la "famille-papa-maman" ne rentre pas en compte dans le choix d'un partenaire de vie. Hommes et femmes choisissent selon leur coeur.


Questions :
Que signifie "coeur" pour nous français ? Quand j'écoute un couple en séance, sentiments, hormones et émotions forment souvent une masse informe. D'où viennent nos sentiments, notre attirance, qu'est-ce qui nous fait envisager la vie commune avec Lui ou Elle précisément ?
Quelques heures de "connaissance de soi" nous mettent en face de l'imprégnation invraisemblable, familiale et sociale, dont on est l'objet enfant et ado...
Par expérience, je sais que l'attirance vient toujours d'une réaction antinomique par rapport au parent qu'on aimait pas ou d'une réaction mimétique par rapport au parent qu'on adorait...
Vous pensez peut-être que je parle en psy et que ça ne concerne que les gens à problèmes... mais observez autour de vous, combien de couples non assortis, combien de couples qui s'aiment, combien de divorcés que vous voyez craquer pour le même genre de partenaire ?

Il est évident que la communauté sociale et la religion règnent en maîtres au Rajasthan. Mais avec ce système, aucun homme ni aucune femme ne restent seuls (le problème des hommes seuls au Rajasthan vient du "manque" de filles). Chez nous beaucoup de femmes et d'hommes se retrouvent seuls après une séparation et le restent car dans leur cercle d'amis tout le monde est "casé", sont-ils heureux ? Qui décide vraiment de sa vie, qui décide de ses choix ?

3 voitureLa famille de la fille paie tout : buffet, salle, taxis pour les invités... Elle offre aussi des cadeaux luxueux à la famille du garçon : voiture(s), saris de noce, télévision, appareils ménagers, costumes des hommes... façon détournée de payer la dot traditionnelle qui est interdite par la loi !4 buffetLes invités, à n'importe quel mariage, se jettent sur la nourriture. Dès qu'une nouveauté apparait dans le buffet, elle est prise d'assaut. Le bar qui sert des mocktails est souvent doublé par un service de boissons alcoolisées, camouflé par des paravents, fréquenté uniquement par les hommes.
Sur le cheval du marié un petit garçon, symbole de fertilité, symbole surtout des garçons qu'aura le couple.
5 marié à cheval

France : La femme attend le Prince charmant qui la révélera à elle-même d'un baiser. Elle attend qu'il lui révèle son corps et l'amène à l'orgasme. Elle attend d'être vue comme unique par son Prince, qu'il la comprenne d'instinct. Elle attend un partage équitable des tâches ménagères.
L'homme parle "des femmes", il veut une femme sexuellement attirante et entreprenante avec lui et en même temps mère aimante et attentionnée, proche et distante, cocconnante et le laissant libre.

Rajasthan : L'homme et la femme attendent que dieux et déesses leur accordent une vie maritale et familiale heureuse. Ils passent énormément de temps en dévotion pour empêcher le courroux des dieux d'atteindre leur famille ou pour recevoir leurs bienfaits. La femme doit jeûner 100 jours dans l'année pour préserver son mari. Elle prie et cuisine pour la déesse afin d'éviter le mauvais oeil. L'homme aussi jeûne pour des raisons que je n'ai pas comprises jusqu'à présent, mais qui semblent plus en liaison avec lui qu'avec sa femme...

 

Questions :
C'est quoi une vie heureuse ? Que l'autre comble nos attentes ou guérisse nos manques d'enfant ? Pourquoi parler d'amour s'il s'agit de partenariat ? 

Il est évident que les indiens vivent dans la peur des dieux qui sont cause de tout ce qui leur arrivent et ne prennent pas leur vie en main. Et chez nous, que fait-on pour se connaître, combien de temps passe-t-on à se découvrir et à découvrir l'autre ?

 

 

Rajasthan : Quand les époux ne s'entendent pas. Pas question de divorcer. On s'accommode l'un de l'autre en disant que les dieux le veulent ainsi.

France : Quand la femme s'aperçoit que son homme n'est pas le Prince charmant, elle pense qu'elle s'est trompée et qu'elle le trouvera une autre fois, elle divorce pour se remarier ou se remettre en couple.
L'homme prend plutôt une maîtresse avant de divorcer, espérant résoudre sa demande de femme double (mère et amante) en ayant 2 femmes.

 

Questions :
Comment sortir du cercle infernal bien décrit dans le spectacle de Florence Foresti "mother fucker" : totale illusion quand je suis amoureux, désillusion quelques années plus tard ? !
  Est-ce qu'on peut aimer et ensuite ne plus aimer ? Y a-t-il une différence entre aimer et être amoureux ?

Il est évident que d'attendre que les dieux hindus changent l'autre est une déresponsabilisation totale. Et nous, qu'est-ce qu'on fait pour changer, que met-on en place pour relationner vraiment ?

6 mariage offrandes7 mariage offrandes nourriture

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France : Femme ou homme, on n'attend pas d'être marié pour quitter la maison des parents. Généralement on la quitte avec le premier emploi, les premiers sous. En couple, chacun reste souvent dans son propre appartement avant de s'installer ensemble. On garde des liens avec la famille d'origine mais c'est souvent très compliqué : quand on retourne dans son ex-famille on se perçoit comme enfant car notre place d'ex-enfant n'est pas redéfinie... Notre partenaire a une place encore plus difficile : il est le beau-fils, elle est la belle-fille, pièce rajoutée qui dépend de l'acceptation de sa belle-famille mais n'a généralement pas "son mot à dire" dans les décisions ou discussions...

 Rajasthan : L'homme reste toujours dans la maison de ses parents. Il amène sa femme chez eux. Une fois mariée, la femme ne fait plus partie de sa famille parentale et devient possession (à proprement parlé) de la famille du mari.

Questions :
Pourquoi veut-on garder des liens avec les gens qui nous ont élévés ? Pourquoi garder ces liens s'avère-t-il si compliqué ? Et si la famille, quand les enfants sont majeurs, avait à se redéfinir complètement ? L'âge et le fait d'avoir été parents donnent-ils tout pouvoir ?

Il est évident que les rajasthanais se plaisent dans ce système. Les "enfants" règneront à leur tour, à la mort des parents, femme en tyranisant ses belles-filles, homme en dirigeant toute la famille. Et nous ? Pourquoi éviter toute remise en question ? Une famille élargie a beaucoup d'avantages pourtant : garde des enfants partagée, par exemple. Mais beaucoup de parents supporteraient-ils de ne pas être seuls influents dans la vie de leurs enfants ?

8 arrivée de la mariéeLa mariée arrive à minuit, elle n'a pas assisté à cette journée. Une heure plus tard les mariés s'en vont.9 frèreLa mariée baisse la tête sous le poids du voile ! Il est si chargé de pierres et de fils d'or qu'il pèse plus de 10 kg ! simple hasard ?12 voile

Rajasthan : La femme n'échappe jamais à la surveillance de sa belle-mère, elle exécute toutes les tâches ménagères, obéit aux ordres de tous les hommes, beau-père et beaux-frères, qui ne s'en privent pas (voir la vie de Phûlan Devî pour mieux comprendre le problème du statut de la femme en Inde). Son mari sort pour travailler et gagner de l'argent qu'il donne à ses parents. S'il travaille dans l'entreprise familiale, le père reste le patron.

France : Les 2 partenaires du couple travaillent généralement et ont chacun un salaire. Il est de plus en plus courant d'avoir 3 comptes : un compte joint pour les dépenses famille et un pour chaque travailleur qui le dépense à sa guise. Les décisions de dépenses pour le couple sont prises à 2.

Questions :
Pourquoi l'argent est-il lié à la notion de travail ? Pourquoi une division si "carrée" des revenus ? Une réaction au couple parental ?

Il est évident que la société rajasthanaise est machiste à 200% ! Le machisme en France, théoriquement aboli avec le féminisme, est encore présent dans les mémoires féminines et dans la vie de certaines femmes... Quand entrera-t-on dans la confiance ?

10 canon propulseur de pétales de roses11 estrade

France : Hommes et femmes parlent de vie maritale ou sexuelle très facilement mais pas de la leur... Chacun fait des généralités et des plaisanteries douteuses souvent sur le sexe opposé. Tout magazine a une rubrique sexualité.

Rajasthan : Hommes et femmes ne parlent pas de leur vie conjugale et encore moins sexuelle, on ne peut que déduire les choses par certaines phrases ou blagues gentillettes... Par exemple lors de la fête du Teej, les femmes jouent entre elles à essayer de faire prononcer par une autre le nom de son mari puisqu'elle n'en a pas le droit. Le mari est considéré comme une sorte de dieu qu'on nomme avec des mots appropriés, une épouse ne doit jamais prononcer son prénom (le père de mes enfants, l'homme de mon foyer...). De fait, le sexe reste un mystère absolu pour les indiens. Dans certains journaux des villes les plus occidentalisées, comme Mumbai, il commence à y avoir une rubrique sexologique, voici 2 exemples de questions :
"On l'a fait debout plusieurs fois mais je n'ai jamais eu de vrai rapport sexuel avec un garçon... Que faudra-t-il faire pour ne pas être enceinte si j'ai un rapport sexuel ?"

"Il m'a embrassée, est-ce que je vais être enceinte ?"

Questions : Pourquoi pensons-nous que la connaissance de son propre corps et du corps de l'autre est innée ? Pourquoi le sexe reste-t-il si tabou malgré les apparences ? Nous apprenons à marcher, à manger, à lire, pourquoi refuse-t-on d'apprendre quoique ce soit de sérieux au sujet de notre sexualité ? 

Il est évident que la condition des femmes rajasthanaises est maintenue dans la dépendance et le romantisme. Elles n'ont aucune éducation sexuelle. Et chez nous qu'est-ce qui nous empêche de passer au dialogue, à la légèreté et au plaisir ? A-t-on une réelle éducation sexuelle ? A-t-on une éducation au plaisir ?
Le film "eat, pray and love" a fait un tabac en 2010, mais va-t-on s'arrêter à l'histoire d'amour romantique avec l'Homme idéal-parfait de la fin et oublier tout le parcours indispensable accompli avant ?
Q
ui va en rester aux beaux principes et qui va se lancer dans de vraies expériences comme le fait l'héroïne ?
Le message retenu "L'homme parfait existe" (c'est encore une fois cette salope de Pretty woman qui l'a vous avez remarqué ! lol) ne serait-il pas plutôt "Plaisir et Rigueur dans la découverte de soi débouchent sur Ouverture et Possibles" ?


Quand les mariés sont partis, les hommes de la famille de la fille sont soulagés,
la fête a eu lieu, le show off de la famille a été une réussite !

13 danse
N'hésitez pas à partager vos expériences de vie de couple dans les commentaires et si vous avez des réponses aux questions ou d'autres questions, allez-y, ce blog est interactif ! 

 

(la suite dans "teej festival")

Repost 0
Published by sylveno - dans sexualité
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 08:18

Un mois d'août riche en événements
L'escalier pour accéder à l'étage est posé.
Un ferronnier "du coin" l'a réalisé dans son atelier. Il y a un nombre invraisemblable d'ateliers-fer dans Jaipur. Celui-là est à Jagatpura, c'est un copain de Madan.11-08-05 ferronnier
Tout d'abord, je (Enoch) vais à l'atelier avec un plan et fais réaliser trois marches histoire de vérifier la fonctionnalité de la conception et d'être vraiment sûr que le "ironvala" a bien compris ce qu'on veut. Après une journée de rectifications et de mises au point, on s'accorde sur le prix et il n'y a plus qu'à attendre "une semaine".11-08-05 ferronnier
Après trois semaines et d'innombrables relances par téléphone et sur-place-en-personne, le ferronnier nous annonce que "Ça y est, on est prêt à livrer, vous pouvez venir voir si ça va."
L'objet se présente en trois parties de plus de 200 kilos chacune qu'il faut assembler sur place à la maison.11-08-05 ferronnier
Ben, oui, tout a l'air bien sauf peut-être un peu là, et là, et tu oublies pas ce détail ? et tu as bien prévu que là et là ...? Bon ben alors on y va..."
Oui mais c'est que pour le transport...
Quoi ? C'est pour ça qu'il y a trois vélos qui attendent devant ton atelier ?
Ben ouais mais je crois que ça n'ira pas en vélo et j'ai pas de camion."
Je me retiens pour ne pas me rouler par terre de rire. Bref, trois jours de plus, il a fini par trouver un camion et ça y est, l'escalier est enfin là. 11-08-06 ferronnierPour la première partie, ça va, Madan crie quelque chose vers le chantier voisin et trois gars se pointent. À sept hommes, ça fait une plume à soulever pour chacun et nous n'avons aucun problème pour l'installer.

11-08-07 escalier

 

 

 

 

La deuxième partie est une autre histoire. Je refuse d'essayer de la monter au deuxième étage et insiste pour faire venir une grue. Madan fait un peu le grognon et veut appeler d'autres "mazdur" et aller chercher des cordes mais nous insistons et après deux heures d'attente la machine est là et ça y est, l'escalier est monté.11-08-07-escalier.071
Nous l'essayons et nous nous rendons compte qu'il faut des renforts sur les côtés des marches. Ça fait maintenant deux semaines qu'on les attend. Évidemment...11-08-07 escalier

11-08-12 escalier scellé




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est incroyable comment l'herbe et toute végétation poussent pendant la mousson, on peut dire "green Jaipur" comme sur les affiches publicitaires, "clean Jaipur" pas encore et loin s'en faut, à part autour de la maison que nous faisons régulièrement nettoyer par Madan les papiers et autres déchets qui ont volé jusque-là !
On a un nouveau palmier et plein de cannas, le géant de Barthès qui avait tant de mal à pousser au hameau dépasse déjà les 1 m 70 et c'est encore un bébé !


 11-08-14 jagat'
 

11-08-14 agat'

 
 11-08-13 jagat'Vaches, buffles, chevaux sont lâchés des fermes le matin pour aller pâturer gratos. Le cheval est un marwari, du même nom que le dialecte local, reconnaissable à ces oreilles retournés en demi lune qu'il tiendrait d'après la légende de la mère fondatrice de la race fécondée dans le désert une nuit de croissant de lune.11-08-13 jagat'J'ai entraîné les chiens pour qu'ils éloignent tous ces mangeurs de plantes, mais les bananiers ou les cannes à sucre des boundries sont trop tentantes... Nous avons dû protéger nos trottoirs par des colonnes d'ACC blocks ! De plus la nuit les chiens vadrouillent parfois loin d'ici, notre essai d'attache de Laboulette a totalement raté ! Elle ronge corde aussi bien que câble électrique... 11-08-13 jagat' labouletteCette petite chienne semble un peu molle vue comme ça mais c'est un vrai chien paria qui déjà petite, rapellez-vous, ne supportait pas d'être enfermée pour soigner sa patte. Les essais de mise en laisse pour se promener ont eux aussi lamentablement raté. 11-08-13 jagat' labouletteElle se laisse tomber comme le font les chats dans la même situation et aucune persuasion douce ou ferme n'y fait. Bon, faut dire aussi qu'on veut pas trop se fouler avec ça mais quand même un chien qui ne supporte pas la laisse, faut le faire !

Lamère et Goulu eux suivent bien en laisse. Pas tout à fait au pied mais c'est pas mal.
Lamère est d'ailleurs tout à fait OK pour être enchaînée la nuit, les 2 autres ne partant pas sans elle, ils sont un peu sédentarisés. Non mais c'est vrai quoi, on les nourrit pas de steacks de buffles pour qu'ils aillent garder une autre maison la nuit.



Nous avons acheté un riksha d'occas' pour les livraisons. 11 08 09 french-helicopterOn ne peut pas encore l'utiliser car personne n'est capable de nous renseigner exactement sur la loi qui nous le savons prévoient que les riksha sont seulement des véhicules de sociétés. 11-08-09 french-helicopter arrivéeMais dans ce cas, qui peut le conduire ? Zoé probablement, mais elle devra faire internationaliser son permis la prochaine fois qu'elle rentre en France. Madan une fois qu'il aura le permis mais lequel doit-il passer ? La licence privée s'obtient en un mois mais pas pour un véhicule d'entreprise, la licence entrprise c'est un an mais comment procéder ? Encore des difficultés en perspective qui se résument en une seule : où trouver un avocat qui sache vraiment trouver les lois (avec leurs références !) et qui ensuite sache réellement les interpréter ! Parce que notre expérience jusqu'à présent avec des hommes de lois divers et variés...11-08-14 jagat'
En attendant, nous avons mesuré le ricksha sous toutes les coutures pour calculer une forme pour que les paniers de transport puissent s'empiler de façon optimale.  11-08-13 jagat'

 

 

 

 

 

 

 

J'ai construit une maquette de panier en contre-plaqué pour faire une simulation.
Reste à Zoé la galère de trouver un fabricant de paniers en osier soigneux !

 

 

 

 

Le 14 août sera la date anniversaire de l'entreprise : nous avons livré notre première vraie commande. Des mignardises pour une réception dans un hôtel :  croissants, pains aux raisins et chocolatines. Une coupure d'électricité de 5 minutes en plein milieu du laminage, nous a juste donné le temps d'avoir bien peur !11-06-26 échantillons
Le lendemain, le client nous dit que tout a été mangé en 15 minutes...
C'est le truc qui m'a toujours énervée dans la cuisine : le temps de préparation à rallonge (dans ce cas 7 h) et juste le temps de cligner des yeux pour tout faire disparaître...
mais si ces quelques minutes sont du plaisir pur, je (Sylvie) recommence quand tu veux !

Les chats ont eu un cadeau exceptionnel : Madan leur a ramené un rongeur non identifié mais vivant. 11-08-19 1e sourisApparemment un bébé de quelque chose un peu bizarre avec un museau très court et une petite queue. C'est Channamassala qui a fini par le manger !
J'imagine bien le dialogue :
"— Mince un nid de souris.
Attends, je vais chercher un sac pour en ramener une aux chats de ma patronne."

 

 11-08-19 1e souris channamasala

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Côté travaux, les interrupteurs et prises de la boulangerie sont enfin scellés. On n'a pas encore travaillé de nuit mais quand il le faudra, pas de problème d'éclairage, le labo est éclairé comme un studio photo !
11 08 20 tadelakt vaporisation

 

 

 

Enoch, qui a absolument besoin de créer, s'est lancé dans des essais de tadelakt pour les murs chez Zoé. Il a conçu un outil spécial ergonomique en pierre de kota pour remplacer le galet de polissage. Le résultat est magnifique, lisse comme du verre ! Maintenant reste à savoir si ça tient sur l'enduit primaire que nous avons et si oui, sachant qu'un maître marocain ne peut faire que quelques m² par jour on appréhende un peu la réalisation des murs entiers !
À suivre...

Repost 0
Published by sylveno - dans au jour le jour
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 05:02

L'article "Rituels,tantra et tralala" part 1
m'a donné envie d'écrire cet article pour partager le cheminement qui d'enseignante m'a amenée à créer une activité lucrative en Inde.
Apprendre est au centre de la vie des humains. Être humains, c'est apprendre, vivre c'est apprendre par le corps et par l'intellect mais surtout par le corps... d'où cet article sur l'apprentissage.
            
La vie est mouvement et imprévu...

 

Nous avons appris : le corps, les émotions, le psychologique... Il nous restait à explorer davantage le domaine de la spiritualité.
Nous voulions apprendre d'autres cultures. L'Inde nous semblait l'endroit idéal puisque c'est là qu'est né le tantrisme qui a bouleversé nos vies et donc nous avons voulu contacter des "gurus tantriques".
Nous avons volontairement mis de côté le maître réputé Osho et son ashram de Puna puisque ce maître est mort et qu'il a lui même enseigné qu'une fois le maître mort, il n'y a plus d'enseignement.ashram yogi ramsuratkumar

Après Mahakaal nous sommes allés à Tiruvannamalai dans le sud de l'Inde : ayant suivi les enseignements de Lee Lozowick quelques années en France, nous voulions voir l'ashram de son maître (photo ci-dessus). Mais yogi Ramsuratkumar est mort et à présent Lee Lozowick également.
Nous sommes allés au centre nord de l'Inde voir le pays de Bouddha, à la recherche d'
une lignée tantrique issue des montagnes du Bihar selon Daniel Odier... Mais, point de montagnes au Bihar (voir polémique dans la vache cosmique)...

De séjour en séjour nous avons appris beaucoup de choses même si ce n'est pas ce que nous attendions. C'est d'ailleurs souvent le cas, vous avez remarqué ? Quand on cherche, on trouve toujours. Mais très peu souvent ce qu'on attendait.
Ça fait partie de la magie de la vie !

Nous avons découvert comment nous laisser toucher par les événéments tels qu'ils se présentent. Nous pressentions que la vie débouche sur la créativité et inversement et c'est ce qui s'impose à nous encore aujourd'hui. Nous avons appris à consciemment nous laisser envahir par la vie et laisser sortir de nous quelque chose de concret qui nous relie aux autres vivants.masques

De ce point de vue de la créativité, l'humain fonctionne selon trois pôles :
- J'apprends
- Je crée
- Je partage
Pour exprimer cette vie qui est en nous, le moyen le plus facilement accessible mis à notre disposition, c'est l'argent. L'argent, dans notre société actuelle... non, depuis nombre de millénaires maintenant, l'argent est le lien entre ces 3 choses. Eh oui, l'argent qui paraît si trivial. L'argent si décrié par les tenants d'une certaine spiritualité. L'argent qui empoisonne aussi effectivement les sociétés ("côté obscur de la force" !). Eh bien l'argent, ("côté clair de la force" !) est la concrétisation de notre énergie de vie, de créativité et de communication.30.des sous

Lorsque nous renonçons à l'argent, nous renonçons à notre pouvoir d'expression personnelle.
Il faut de l'argent pour se payer des voyages, des prof, des stages, une connection internet... pour pouvoir apprendre de différentes sources.

Pour se procurer cet argent on propose ce que l'on sait faire à d'autres qui ne savent pas le faire. À partir de nos connaissances de base on crée ce qui nous plait pour le partager avec d'autres qui nous donnent de l'argent pour continuer nos apprentissages dans d'autres domaines ou bien pour approfondir dans le même domaine.

Alors d'instit' qui bloque trop de temps et n'en laisse pas assez pour voyager, je suis passée à thérapeute psychocorporel qui me permet de travailler avec Enoch, avec très peu de contraintes horaires.

Et un jour, au cours d'un retour interminable dans un train indien, avec Rémi comme regard extérieur, nous avons mis sur pied "Voyage-autement"
Il nous manque beaucoup d'argent pour réaliser ce projet. Il faut un gros capital de départ pour monter en France une agence de voyages et ce côté nous bloquait. En France les assurances coûtent une fortune, les employés pareil... qui quoi où

Comment voyager pour continuer à apprendre et monter notre idée ?...
Se laisser toucher par une autre boule de billard et ricocher : Zoé et son envie de vivre en Inde...
Ici on continue à apprendre, dans le domaine de la boulangerie bien sûr mais aussi dans la connaissance de soi en général. Comment entrer dans le jeu de la société indienne sans se perdre, comment profiter de l'espace laissé libre pour les créateurs et entrepreneurs sans être entraîner dans l'agressivité, la folie et le stress permanent de ce pays.
En parallèle nous recevons une fois l'an un séjour de Voyage-autrement et nous étudions des dizaines de thèmes que nous pourrons faire expérimenter si c'est ce que l'avenir nous réserve. Sinon on se sera bien amusés à les préparer...

...

Cette intro, une peu longue j'en conviens, pour ressituer dans ce blog cet article en lien avec "rituels, tantra et tralala", reprenons...
...Quand le pays se réveille, les kapalikas sont là aussi et les rituels sont les mêmes que dans les autres stands. Pourquoi ? "Le peuple a besoin de rituels, de croyances... L'éducation n'est pas pour tous... mais la protection des kapalika oui..." Peut-être vais-je vous choquer mais je partage cet avis...
Mahakaal le guru, parle des gens des castes dites inférieures. Comme tous les indiens il fait ses classements en fonction de la naissance.
Moi je définis autrement les critères : pour avoir accès à l'enseignement il faut être ok pour s'y ouvrir. Je ne parle pas seulement d'enseignement spirituel mais d'apprentissage tout court. Et ce n'est pas une question de QI froid et rationnel, (d'ailleurs dépassé de nos jours) mais d'intelligence dans le sens faculté d'adaptation.

Quand j'ai démarré instit' je croyais que pour faire passer l'enseignement, seule comptait la pédagogie de l'enseignant. Si un enfant n'arrivait pas à entrer dans l'apprentissage c'est que je n'avais pas trouvé le moyen pour accéder à sa forme de compréhension... J'ai découvert en cherchant ces moyens pas mal de techniques passant essentiellement par le jeu. J'ai d'ailleurs fait ma thèse de prof des écoles sur ce thème.
Mais pour certains élèves l'apprentissage restait hermétique. Il pouvait y avoir une ouverture si des liens affectifs se créaient entre moi et l'enfant mais ces liens ne devaient en aucun cas mettre la famille en compétition avec moi. Si je n'avais pas le soutien inconditionnel des parents la relation avec l'enfant était biaisée et donc l'apprentissage.
Physiquement parlant, l'enfant se doit d'aimer ses parents en priorité et leur donner raison. Sinon il développe de la culpabilité, se sent mal à l'aise. Je voyais donc qu'il y avait autre chose que le QI ou la pédagogie.
En étudiant le fonctionnement du cerveau et du psychisme de l'humain durant la formation de psy, j'ai mieux compris ce que j'avais expérimenté ou vaguement survolé dans la formation d'instit : les liens étroits entre affectif, psychisme et apprentissage.
Un bébé humain à la naissance est loin d'être "fini". Il ne peut pas se débrouiller seul, il est totalement dépendant des personnes qui s'en occupent, les parents ou ceux qui en font office. Il a besoin de nourriture, d'être protégé du froid ou du chaud, lavé, touché, aimé. Sans ça son développement physique et émotionnel ne se fait pas, c'est vraiment pour lui une question de vie ou de mort. Il est vital pour lui de s'assurer la protection des parents. Il n'est pas encore "fini" quand il marche et mange seul. Peu de parents savent que :
Jusqu’à l’âge de 8 ans, le champ visuel d'un enfant est moitié moins étendu latéralement que celui d’un adulte. L’enfant ne voit bien que ce qui est devant lui. Le sens du mouvement est moins développé : un e
nfant de moins de 7 ans met trois à quatre secondes pour distinguer une voiture à l’arrêt d’une voiture qui roule lentement. L’enfant ne localise pas bien les sons. Il a l’ouïe fine mais il a plus de mal que l'adulte à localiser spacialement la source d'un bruit.
Il ne peut porter
son attention que sur une seule chose à la fois.
Dès l’âge de six ou sept ans un enfant maitrise la notion de quantité . Il est généralement absolument certain que la quantité de matière, par exemple d’une boule de pâte à modeler, ne change pas lorsqu’on change la forme de la boule ou qu’on la partage en morceaux.
Ce nest qu’à huit-neuf ans en moyenne qu’il acquière la notion de poids. Il peut formuler un jugement de conservation de la quantité de poids d’une boule soumise aux mêmes modif' et c'est vers dix ou onze ans qu’il saisira la conservation du volume (Je me réfère à Piaget).

Tous ces exemples pour vous faire bien comprendre le fait qu'il est vital pour un enfant de s'assurer la protection de ses parents.
Pour ça il va mettre en place, en observant les réactions de son entourage, une tactique de survie. Chacun a la sienne, il est important de la connaître pour ne pas en rester prisonnier. Nous proposons ce travail de connaissance de soi comme base, aussi importante que la connaissance du fonctionnement des émotions.
Arrivés à l'âge adulte, puisque nous sommes en vie, nous imaginons que notre technique de survie est la seule, la bonne. C'est de là que découlent beaucoup de nos difficultés à vivre !
"Vivre ici et maintenant" c'est tout simplement admettre que ce qui a marché dans le passé, dans des circonstances définies, dans un cadre défini : celui de notre ex-famille, n'est plus d'actualité, n'est plus adapté à notre vie actuelle. Cette technique qu'on peut être fier d'avoir échafaudée car elle nous a permis de survivre, cette technique qui nous servira encore quand on l'aura identifiée , cette technique nous joue des tours dans notre adaptation à la vie de tous les jours dans un autre cadre, un autre temps et d'autres circonstances.
Mais il est extrêmement difficile d'admettre ce fait. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien, je constate seulement que tous nous avons tendance à vouloir rester fidèles à notre ex-famille même si elle nous a fait du mal. Combien d'élèves (adultes) en connaissance de soi payent pour apprendre montrant ainsi leur motivation et pourtant lâchent l'apprentissage ou le sabotent. Trop accrochés à leurs croyances, à leurs acquis, trop fidèles à leur ex-famille pour se permettre de sauter dans autre chose.
Enseigner dans ces conditions est comme essayer de remplir un puits sans fond, stupide et inutile.



Que faut-il apprendre me direz-vous ?
Partir de l'axiome de base : tout ce que j'ai appris jusqu'à présent est à revoir !
Apprendre en premier comment débusquer les croyances, pas seulement religieuses, toutes les croyances, celles qu'on vous a transmises à l'école ou en famille,

TOUTES !

Je raconte souvent en session une histoire pour illustrer ces choses auxquelles nous sommes accrochées sans nous en rendre compte et que j'appelle "transmises sans réflexion" :
Une petite fille voit sa mère couper les 2 bouts de l'os du gigot avant de l'enfourner :
— Pourquoi tu coupes l'os des 2 côtés ?
— C'est comme ça que faisait ma mère et son gigot était très bon...
L'enfant, qui a ce petit plus qu'il faut pour vraiment apprendre, s'en va voir sa mère-grand
— Mamie, pourquoi tu coupais les 2 bouts du gigot avant de l'enfourner ?

— Ma mère faisait ça, son gigot était très bon, je fais la même chose pour que ce soit bon...

— Mémé, pourquoi tu coupais les 2 bouts du gigot avant de l'enfourner ?

— Oh, tu sais ma Petite, de mon temps, on avait pas beaucoup de charbon alors ma cuisinière avait un four minuscule, un gigot entier n'y rentrait pas...saveurs

Je reçois un père en conflit avec son fils de 10 ans. Les disputes démarrent généralement à table. Le père tient à ce qu'il enlève ses coudes de la table.
— C'est quoi le problème avec ses coudes ?
— Ben... on ne met pas ses coudes sur la table !
— Ben pourquoi ?
— Ça ne se fait pas !
— Et pourquoi ?
Continuez vous-même l'histoire !
Le père essayait de faire passer les discours de ses parents dont lui-même, adulte, ne comprenait pas le pourquoi... Parce que si vous avez une bonne fois une vraie explication à "pas de coudes à table" je l'attends avec impatience dans les commentaires ! lol
On ne peut faire passer que des apprentissages ressentis, justifiés... sinon c'est du dressage mais à tout dressage il faut un but...

J'ai appris dans l'enfance comment poser une division, c'est très difficile à enseigner croyez-moi. Je me suis donc documentée et j'ai trouvé dans un nouveau livre de pédagogie (Ellier, nouveau pour l'époque !) une tactique incroyablement logique. Je me suis rendue compte que j'avais mémorisé une façon de faire mais que je n'avais pas compris la logique de la division.
Je l'ai immédiatement essayée avec les gamins. Résultat plus que bon ! Tous ont compris de suite... Le plus difficile a été de convaincre les parents de ne pas vouloir faire passer ce qu'ils avaient appris comme moi à l'école... ça a marché seulement après plusieurs réunions d'explication.
Le seul cas indécrottable a été une grand-mère ancienne instit' qui a refusé catégoriquement d'envisager que ce qu'elle avait enseigné toute sa vie pouvait être nié...

Trouvez vos propres exemples...

Même si vous avez compris profondémment  tout cela, le plus difficile reste quand même à faire : apprendre à apprendre. Le plus ancré des conditionnements est bien celui par lequel nous apprenons.

D'après notre expérience, pour rester hors des on-dit-que-il-parait-que-c'est-ce-qui-se-fait :

- avant d'assimiler une info, nous devons la confirmer par au moins 3 sources différentes (attention aux forums internet) et, si possible expérimentée personnellement. 
- apprendre dans les 3 domaines de base:
le corps (physique et intellect), les émotions, le psychologique

Apprendre à être à l'aise dans le corps

Voilà quelques exemples de ce que j'appelle s'occuper de son corps
-Savoir le nourrir "du bon, du beau et du sain"esthétique

La cuisine est, comme le sexe, un domaine où beaucoup, allez, presque tout le monde, croit savoir sans avoir jamais rien appris... Nos sessions de découvertes des saveurs, comment les marier harmonieusement, créer du goût autant que du sain, ont toujours été les plus difficiles à mener dans la joie et la légèreté !!
Chacun prend ses goûts pour valeurs universelles, une recette de maman comme la seule savoureuse... ou au contraire connait les valeurs nutritionnelles ou médicinales de tel ingrédient et néglige le goût.
Il nous est arrivé de voir des "tenants de la nourriture bio" boire des litres de tisanes et de thés divers et variés, au point de se détruire les reins. Alors que telle tisane a tel effet bénéfique, prise en trop grande quantité elle fait plus de tort que de bien.
Venant du Nord de la France j'ignorais que les poivrons verts n'étaient pas mûrs... je trouvais que l'huile d'olive masquait le goût des aliments... la pomme-de-terre était une base de repas... J'avais pourtant fait la démarche d'apprendre à cuisiner... mais mon livre de recettes était un cadeau d'anniversaire de mon Grand-père pour mes 7 ans et ne prenait pas en compte les saveurs du monde !
eh oui, l'affectif embrouille même les papilles !art-culinaire

 
Autres indispensables pour s'occuper de son corps :

-Avoir des notions d'anatomie, connaître les relations des organes entre eux
-Pratiquer des techniques simples de self-défense ou de respiration ou de relaxation, de massage...

-Savoir faire du sexe, connaître notre fonctionnement, connaître celui de l'autre en communiquant, savoir ce qui nous fait plaisir et s'autoriser au plaisir, pas seulement sexuel.
Une élève ne supportait plus sa fille ado qui passait des heures dans la douche. Elle coupait l'eau, sous prétexte d'économies pour la planète et pour son porte-monnaie... Cette femme ne s'était jamais accordée de douche excédant 5 minutes... Le problème n'était pas la planète mais la notion de plaisir, s'autoriser à être bien dans son corps, dans la vie de tous les jours, tous ces moments qui font aimer la vie et sentir qu'elle circule dans le corps.


Apprendre le fonctionnement des émotions
pour savoir à quoi elles servent et s'en servir, jouer avec...

La mer ne serait pas la mer s'il n'y avait pas de tempête, de vagues en pic et en creux, de calme plat...

identifier l'injustice qui nous fait monter la colère,
la non-adaptation qui inhibent les réactions saines face au danger,
le mauvais choix qui nous rend triste...

Une stagiaire était dépressive et avait des problèmes de foie et de digestion. Enfant, quand elle allait trop mal, sa mère la sortait du pensionnat et lui faisait boire du chocolat chaud, elle se sentait mieux puisque le problème était le pensionnat et la séparation d'avec les parents... mais elle, adulte, gardait l'idée de cacao au lait quand elle avait mal au foie.
C'est ce que j'appelle "tomber dans la bêtise", le chocolat chaud n'arrange pas le foie ! Par contre le chocolat chaud, un câlin et de l'attention soignent les problèmes affectifs...
Elle a arrêté le travail de connaissance de soi pour cette histoire de chocolat !! il est impossible pour nous de dire que le cacao soigne le foie mais cette stagiaire refusait d'admettre que sa mère, bourrée de bonnes intentions évidemment, ne la nourrissait (alimentairement) pas convenablement.
Cette histoire peut vous paraître énorme mais elle est très fréquente. Comme si dire "j'aime ma mère" et en même temps "elle a fait des erreurs dans mon éducation" était impossible.
"J'aime ma mère" ne peut aller qu'avec "elle est parfaite, donc la diététique a tort donc mon foie a tort donc ces thérapeutes sont nuls donc ce médecin n'y connait rien..."

J'arrête de recevoir en thérapie de base des élèves qui commencent le jeu :
"Je te p
rouverai que c'est possible de vivre libre sans laisser tomber l'ancien".
Un bras de fer avec le thérapeute ou l'enseignant demande beaucoup d'énergie pour l'un comme pour l'autre et tant qu'on est dans cette lutte la Vie ne s'installe pas !



Apprendre les bases de nos comportements psychiques

Un jeune enfant n'apprendra pas à lire s'il vit dans une famille trop perturbante émotionnellement ou si sa famille ne lui en donne pas l'autorisation verbale et psychologique.
J'ai connu un enfant dans un village reculé du Nord qui n'arrivait pas à apprendre à lire car ses parents ne savaient pas lire et n'estimaient pas que c'était nécessaire puisque le gamin reprendrait la ferme. Dépasser un parent aimé est impensable si le parent ne formule pas que c'est sa demande.
Alors que j'ai eu en classe des enfants des boatpeople qui ont appris en quelques mois à parler, lire et écrire notre langue car les parents les poussaient en ce sens pour sortir de leur condition d'expatriés, de même que des maghrébins juste arrivés, vivant dans des conditions que tout le monde connait, finissant réellement toujours premiers de classe, les parents ayant besion d'eux pour les papiers et leur intégration.

Le psychique, l'affectif, ne peuvent être séparés du corps ou de l'intellect, ils sont étroitement liés. On peut agir sur l'un pour débloquer l'autre et inversement. relationnerLes relations hommes-femmes sont souvent difficiles car nous ne nous connaissons pas nous-mêmes et encore moins l'humain de sexe opposé. L'éducation et l'environnement dans la petite enfance sont déterminants dans nos façons de nous percevoir et de percevoir les autres. Si ça vous intéresse je développe cette partie dans un article à part.


Ce trépied bien posé, stable, aborder une spiritualité saine
Nous avons tous une aspiration à "autre chose", certains la nomment dieu...

Apprendre le discernement en enquêtant ou expérimentant ce qui n'est pas encore et ne sera peut-être jamais explicable scientifiquement.
Nous utilisons certaines expériences tirées de traditions reconnues. Ce que nous expérimentons avec le Vijñana BhairavaTantra reste le plus efficace pour nous. Ce livret de "méditations" tantriques contient tout ce qu'il y a à explorer, dans chacun des domaines de notre vie de tous les jours. Enoch en a fait une traduction en langage accessible aux occidentaux d'aujourd'hui et nous avons inventé des expériences sous forme de jeux à partir de ces textes :

Veiller dans un arbre toute une nuit sans sommeil.

 

Construire un nid douillet,prendre-dans-les-bras y entraîner quelqu'un et sous le regard d'un troisième, se prendre dans les bras,
observer ce qui monte en nous,
du bien-être à la gêne
passant par le désir ou le rejet,
observer sans s'y attacher,
rester dans le contact et la respiration,
laisser circuler librement
ce quelque chose en nous
qui va de l'un à l'autre...

statue

 

 

 

 

 

 

 

 

Se couvrir de terre humide et laisser sécher, vivre un instant immobile, figé au coeur de la forêt ou de la rivière,

 

statue vivante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le corps aux prises avec cette carapace,
observer les pensées qui défilent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Parcourir encordé et en aveugle un long chemin dans la nuit pour se retrouver tout au bord d'une falaise au lever du jour.

 

Observer la réalité sans rien enlever sans rien rajouter.regarder la réalité

Se laisser enterrer et sentir la terre lourde et froide sur notre corps.

Passer la nuit au fond d'un trou dans la roche.

Inventer des poèmes.

Courir nu dans la neige.

Attendre des heures en silence le lever du jour, laissant les ténèbres disparaître emportant nos noirceurs, acceuillir la lumière et la joie d'une nouvelle journée...

La liste est bien plus longue puisqu'il y a plus de 100 méditations avec lesquelles nous nous sommes amusées !hutte de sudation

Toutefois nous pouvons aussi utiliser des expériences tirées de diverses traditions :

 

 

 

- Soufi et tourner comme un dervich.

 

 

 

- Chamaniques et construire une hutte

de sudation pour y vivre un rituel.

 

 

 

 

- Chrétiennes et incarner Marie-Madeleine, sainte ou prostituée.

 

 

 

- Hindouistes et suivre la circumambulation.

 

 

ashram de ramana maharchi
- se laisser envahir par des peurs primitives : dans le temple de Karni mata la colonie de rats consangunins maladifs n'inspire pas vraiment l'envie d'en faire des animaux de compagnie !temple des rats près de Bikaner rajasthan
 

 

- Yodiques (vous lisez bien ! je parle de yoda pas de yoga...) et se rendre compte que "la force" peut être avec nous...puissance

 

- Buddhiste et planter des arbres.

Petite aparté sur un mail que nous venons de recevoir : "la méditation vipassana dans les prisons indiennes".
Il est important de noter qu'avant d'introduire ce programme buddhiste, l'organisatrice met en place tout un processus thérapeutique :
elle nourrit mieux les prisonniers, leur permet les visites
elle intervient auprès des gardiens pour qu'ils changent leur façon de vivre la prison et de traiter les détenus
elle s'implique à fond en suivant elle-même l'enseignement...
Avant de propager que cette méthode fait des miracles (et c'est sûr que ceux qui rentrent à fond dedans sont transformés) j'aimerais savoir combien de passeurs de messages ont pratiqué cette technique ou une autre, combien sont engagés et je dis bien engagés, pas seulement intellectuellement mais avec tout leur être, à vie, dans une démarche de connaissance de la réalité ?
C'était le "coup de gueule" du jour ! lol

 

S'amuser comme un enfant, en étant à fond dedans,
c'est LE secretjouer

Vous remarquerez que tout apprentissage passe par le corps, pas seulement par l'intellect.
Ressentir dans le corps, connaître intellectuellement et de nouveau ressentir à travers notre corps. Un apprentissage ne peut s'intégrer qu'en passant par le corps.
La vie est mouvement et imprévu...


Récemment encore je rassurais quelqu'un qui me demandait si, dans les expériences proposées au hameau, on respectait le rythme des gens. Si on pouvait s'arrêter dans la connaissance de soi quand on le décidait... Que voulez-vous que je réponde ?
La vraie question sous-jascente est "est-ce que vous n'êtes pas une secte comme celles dont on parle à la télé ?"
Mais la vraie vérité c'est que la secte dans laquelle vous êtes maintenant vous ne savez même pas qu'elle existe, ce qui en fait la plus enfermante de toute, c'est la non-connaissance et l'arrogance du soi-disant savoir...
Oui on respecte le rythme des stagiaires sinon ils s'enfuieraient !
mais ce n'est pas la bonne technique, nos vrais élèves, ceux qui ont décidé de nous faire confiance et qui entreprennent une vraie démarche, on les bouscule, tout en les entourant d'amour.

C'est en entrant dans le fleuve de la vie qu'on vit, pas en restant sur la berge.

L'apprentissage se fait quand on se pose des questions certes mais aussi
quand on arrête d'avoir peur, que consciemment on décide de faire confiance à quelqu'un qui a fait un "bout de chemin de plus",
quand on est capable de reconnaître qu'on s'est trompé pendant des années, que nos parents aussi se sont trompés.

Pour arriver à ça, il faut avoir reçu de l'Amour étant petit. Peu importe de qui, un père, une mère, un des grands-parents, quelqu'un qui a fait office de Maman...
Ceux qui n'ont rien reçu je ne suis pas en mesure de les aider actuellement.
Leurs facultés d'adaptation sont perturbées par leurs émotions.

Dans le travail de connaissance de soi, il faut sortir de l'attente des parents, puisqu'ils n'existent plus en tant que tels (quand on est adulte, les "parents" n'ont plus le même âge et sortent d'un contexte d'éducateurs), sortir de la réactivité aux parents, décider seul mais vraiment seul, soutenu ensuite par des enseignants compétents et aimants;

Je finirai par une dernière histoire :
Un homme démarre une thérapie avec nous :
— Pour ce qui est de mes parents, j'en suis libéré depuis longtemps. Mon père voulait que je sois médecin et bien j'ai fait le contraire, je suis berger sur le Larzac...
Alors si votre vraie vocation était d'être médecin... vous êtes peut-être passé à côté uniquement par opposition à votre père... vous semblez être encore bien dépendant de lui...

Nous avons eu matière à 4 jours de connaissance de soi avec cette simple introduction !...

Et vous ? vous en êtes où ?
Déjà si vous êtes allés jusqu'au bout de cet article trop long, chapeau !

Repost 0