Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 12:31

Des hommes masqués, déguisés en femmes passent dans les rues de Nagarkot. Comme les hijras en Inde, ils font peur. Les habitants ont tous donné de l'argent pour se garder du "mauvais oeil". La superstition est omniprésente au Népal comme en Inde. Les femmes  peuvent être accusées de sorcellerie à tout moment... Elles sont d'ailleurs totalement absentes dans la rue à ce moment.
Népal trek à Nagarkot
(Cet article est en lien avec les 2 précédents)


chiffres : 12 à 14 femmes indiennes meurent chaque jour parce que leurs maris estiment leur dot insuffisante, meutres essentiellement déguisés en incendies de cuisine...


EH BIEN NON !
Nous n'allons pas, nous ne pouvons pas rester tranquillement assis à énumérer tous ces scandales.
Putain de neutralité de la presse !!
Comme dans ses reportages animaliers où on vous montre froidement la vraie vie sauvage avec l'agonie pendant des jours du bébé kangourou abandonné.
Eh bien non, je ne vais pas vous raconter tout ça sans m'impliquer ! Comment ne pas s'exclamer : " Ah les enfoirés, ah les salauds ! "
Alors oui parlons-en des crimes d'honneur !
Définition généralement admise : meurtre prémédité d’une femme par sa famille ou sa communauté parce qu’elle est soupçonnée d’avoir commis une action considérée comme obscène. La femme est alors jugée coupable même sans preuves substantielles. Le meurtre prétend chasser la honte et maintenir l’honneur.
Ma définition : permettre à un frère, un père, un mari de massacrer volontairement sa sœur, sa fille, son épouse avec l'accord de la communauté !
Parmi les moyens de coercition les plus employés :
enfermées sans boissons ni nourriture, violées en groupe et en série, arrosées d'acide.
Même dans les façons de les éliminer, ils se comportent comme des salauds :
brulées vives (agonie consciente moyenne d'1 minute à plusieurs heures souvent non mortelle),
battues à mort (plusieurs minutes à plusieurs heures),
empoisonnées (agonie variable mais souvent plusieurs heures voir jours parce que poison non adapté),
étouffées (durée de l'agonie variable selon le procédé employé mais toujours plusieurs minutes jusqu'à plusieurs dizaines de minutes),
noyées (agonie consciente d'au moins 1 minute),
jetées sous un train (on le voit arriver de loin !!),
pendues (pendaison par hissement d'où agonie lente de 1 à 10 min).
Ils ne font même pas ça "proprement" : une balle dans la tête ou une dose létale de sédatif. Non, ils utilisent les moyens les plus crades entraînant de préférence le maximum de souffrances et au résultat souvent aléatoire.
Relisez bien les deux listes ci-dessus. Ce ne sont pas de simples mots.
Ce sont des actes perpétrés à l'encontre de femmes, de filles et de bébés.

Comment le vivriez-vous ?
Mettez-vous vraiment dedans, c'est à en faire des cauchemars.
Pendant longtemps...
Qui "ILS" me direz-vous :
ceux qui tuent et ceux qui ferment les yeux et ceux qui nient l'existence de ces pratiques, ils sont tous coupables.
Le prétexte de "c'est leur culture", ça ne tient pas dans un cas comme ça !

Pour ne pas focaliser sur l'Inde voici un témoignage de Biswokarma, dans le village de Pyutar au sud de Katmandou (Népal). Elle est de la communauté des dalits – les «intouchables» le dernier échelon de la hiérarchie des castes hindoues.
"Un groupe d'environ 35 personnes sont venues chez moi, ils m’ont enfermée dans une étable et m’ont forcée à manger des matières fécales et à boire de l’urine. Le lendemain, ils m’ont coupé la peau avec des lames. Je ne pouvais pas supporter la torture et j’ai avoué être une sorcière juste pour sauver ma vie."
Des centaines de femmes dalits sont victimes de faits similaires chaque année au Népal. La superstition et la discrimination fondée sur la caste demeure omniprésente dans ce pays comme en Inde. Les communautés continuent d’opérer sur les lignes strictes patriarcales, en dépit des efforts gouvernementaux.
En Inde comme au Népal, tout conflit peut exposer une femme à des accusations de sorcellerie :
être de basse caste oui
mais aussi refuser les avances d’un voisin
et surtout défendre sa propriété. Les veuves qui ne renoncent pas aux biens de leur défunt mari sont particulièrement ciblées.
Les accusations sont lancées par un "ojha", chaman local ayant des "moyens magiques" pour identifier les sorcières. En fait, il les désigne sur demande, contre un bakchich (pot-de-vin : paiement, nourriture...).Népal BudhnathQue réserve l'avenir à cette petite népalaise ? Une fois mariée elle deviendra une belle-fille et sera donc au dernier échelon de la hiérarchie familiale. Elle sera la dernière à manger, devant parfois se contenter des restes. Même enceinte. L'été, quand la conservation des aliments est plus difficile à cause de la chaleur elle souffrira probablement de la faim. Et si son mari vient à mourir ? Sera-t-elle éliminée, accusée de sorcelleire ou devra-t-elle servir d'objet sexuel à un de ses beaux-frères ? J'espère que ce joli vêtement est symbole de haute-caste et qu'elle sera épargnée...

Un des derniers cas parlant de sorcellerie paru dans le journal "Aujourd'hui l'Inde" : en janvier 2011, le chaman de
Shivni concocte une potion que les hommes font boire aux 30 femmes du village, le breuvage devant provoquer les aveux de celle qui est la sorcière. Quelle chance pour le village, aucun aveu, il n'y avait donc pas de sorcière à Shivni ! Par contre des femmes empoisonnées et hospitalisées il y en a 30 maintenant dont 5 frôlent la mort... Ces messieurs vont se retrouver bien seuls pendant quelques jours ! Les plus optimistes d'entre vous diront que ça les fera réfléchir...
Les condamnations contre les ojhas, quand ils sont jugés, excèdent rarement 6 mois.


Les femmes dont il s'agit ici n'ont absolument aucun moyen d'action. Elles pensent que c'est comme ça que les choses sont. Elles pensent que c'est partout pareil. Dans le monde entier. Les religieux (une autre sorte de pourris mais là tout le monde est dupe de tout le monde) leur disent que c'est l'ordre des choses éternel et immuable voulu par les dieux. Ces femmes ne vont pas demander secours, ni individuellement, ni collectivement et encore moins comme un peuple opprimés ce à quoi elles peuvent pourtant être assimilées de façon évidente. Elles ne savent même pas qu'un tel recours existe, n'oubliez pas qu'elles n'ont pas accès à l'information.

Que peut-on faire ?
Pourquoi pas la confiscation immédiate de toute autonomie ? Non, c'est justement contre la privation de vie autonome et de liberté que je me révolte.
Et pourquoi pas la peine de mort ? Non, bien sûr que non, on serait comme eux.
50 millions de disparues, c'est pas assez pour un massacre ? C'est une atteinte à l'intégrité de l'humanité. Là oui, il faut une intervention internationale. Là oui, je suis pour un déploiement de force pour stopper cette abomination.
Messieurs de l'Onu, faîtes intervenir les casques bleus et de façon réellement active. Comme une vraie force de police face à des terroristes et bien plus efficacement encore : ils SONT coupables. Tous coupables ! Avec application immédiate et sans autre jugement de la sanction maximale. Là au moins c'est pleinement justifié. Ils tuent impunément merde, rendez-vous compte quoi ! Ouvrez votre "âme" et ne me dîtes pas que vous pouvez vivre avec ça ! C'est quoi ces animaux qui torturent moralement et physiquement leurs femelles ?
Et qu'on ne me parle pas d'ingérence dans des affaires internes. Il s'agit toujours d'ingérence dans des affaires internes.

Évidemment, sur une population de plus d'un milliard, tous n'ont pas personnellement perpétré de crime. Après 8 ans de séjours dans le pays, je n'ai jamais été moi-même confronté au problème de façon directe : en tant qu'étranger je ne serai jamais intégré. Beaucoup de choses me sont cachées. Mais ayant vu comment circule la rumeur dans une ville de presque 4 millions d'habitants où nous pouvons rencontrer dans la rue de parfaits inconnus qui savent ce que nous avons fait la veille, je ne peux pas croire que les indiens eux-mêmes puissent n'avoir jamais assisté à un acte barbare envers une femme. Je ne suis pas sûr de pouvoir trouver un seul véritable innocent. Un qui ne soit pas au courant d'un crime ou d'un autre dans son voisinage immédiat... et qui a fermé les yeux.


Nous ne sommes pas juristes mais si tout ce que vous venez de lire ne répond pas à la définition de génocide et de crime contre l'humanité, qu'est-ce que c'est alors un crime contre l'humanité ?


Le gouvernement indien essaie de mettre en place des lois (vous verrez dans le tout dernier article de cette série : part 5) mais les traditions ont la peau dure ! Pour l'instant seules menaces et punitions exemplaires donnent de petits résultats...

Il y a d'autres pays où le viol n'est pas puni et où même c'est presque une institution. D'autres aussi où les femmes sont égales à des objets en pleine propriété d'un homme. Et d'autres encore où les femmes sont admises comme l'incarnation de satan. Encore une fois, je parle de l'Inde parce que je connais mieux. Nos écrits sont alimentés entre autre par les rapports d'Amnesty International et les articles de journaux comme "Aujourd'hui l'Inde", on vous invite à pianoter sur l'internet si vous voulez en savoir plus...


Ces info vous touchent, vous scandalisent, "partagez" ces textes...

Vous avez des compétences, mettez-les en oeuvre
Vous pouvez agir,
Vous avez des connaissances, faîtes-les intervenir
Contactez-nous
(à suivre dans "Naître dans une rose en Inde part 4")

Repost 0
Published by sylveno - dans ça m'énerve
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 22:10

chiffres Inde :
le décès d'une fillette sur six est imputable à la négligence et à la      discrémination

51 % des garçons sont nourris au sein, contre seulement 30 % des filles.Népal BudhnathLa baisse de population féminine en Asie est une catastrophe économique et écologique mondiale très grave. Regardez les stat' elles sont faciles à trouver : en Inde c'est 15 % des enfants conçus qui sont tués, toutes des filles. Dit autrement, c'est 33 % des filles qui sont abattues. Dit encore autrement : il "manque" 15 % de femmes dans la population. C'est 50 millions de femmes en moins. Oui 50 millions d'hommes qui ne trouveront pas de partenaires sexuelles et encore moins de partenaires de vie !
Après les meurtres à la naissance, il y a ceux perpétré sur les femmes adultes, si leurs comportements déplaient à leur famille ou belle-famille, on les nomme "crimes d'honneur". Ils sont aussi appliqués aux hommes dans le cas de mésalliances de castes. Népal Durbar-patan

Aucun chiffre
officiel sur les crimes d'honneur mais une étude indépendante de 2010 parle de 900 meurtres commis chaque année pour seulement trois états du nord de l'Inde (Haryana, Punjab, Uttar Pradesh).

Souhaitons que ces jeunes népalais soient de même caste et ne finissent pas lapidés pour l'honneur !

Amnesty international souligne qu'en Inde 40 % des femmes sont ou ont été victimes de
violences physiques ou d'agressions sexuelles.


Nous ne donnons que les chiffres pour l'Inde mais c'est pareil dans beaucoup de pays d'Asie. Au Népal, les militantes pour les droits des femmes confient, toujours à Amnesty International, qu'en osant révéler la violence domestique, les meurtres liés à la dot et la violence sexuelle, elles s'exposent aux menaces et même à la mort. Dans de nombreux cas, elles sont rejetées par leur famille pour avoir milité en faveur des droits des femmes et protesté contre la discrimination dont les femmes font l'objet.trek-nagarkot.146                        Aucune fille dans les rues de Nagarkot village népalais en fête

Uma Singh, jeune journaliste
et militante, a été tuée à l'arme blanche par un gang d'hommes le 11 janvier 2008 pour avoir évoqué la question de la violence contre les femmes. D'autres pays comme la Thaïlande, le Laos... ne tuent pas les filles mais sous-payées et esclavagées la plupart d'entre elles se prostituent...
 
Revenons à l'Inde : pour résoudre le big problème de manque de femmes, les hommes commencent à chercher à l'étranger, Népal et Bangladesh principalement, bien que ces pays soient aussi en déséquilibre démographique mais l'argent tout relatif des uns permet d'acheter la pauvreté toute relative des autres. Les riches, ceux qui étudient à l'étranger, cherchent à se marier dans les pays occidentaux. C'est là où ça se complique car si les népalaises et bangladeshies ont une culture totalement compatible avec leur nouveau mari indien, que se passe-t-il dans un mariage mixte avec une occidentale ! Comment celle-ci peut vivre la confrontation à des fonctionnements aussi barbares.
La presse révèle des scandales de plus en plus fréquents au Royaume-uni qui a une forte population d'indiens et de pakistanais et une tradition de non-assimilation des immigrés. La communauté asiatique y impose en toute impunité : vexations, harcèlement, mise à pied pour des mariages intercastes ou des "fautes de comportements" sans parler des dits "crimes d'honneur"... En Angleterre cette année 2011 enfin, une première : un couple anglais d’origine indienne a osé déposer une plainte aux prud’hommes contre leur ancien employeur, d’origine indienne également, pour discrimination à la caste. L’année dernière, Vijay caste des "intouchables" a été licencié après 7 ans de bons et loyaux services. De son côté Amardeep, issue de la haute caste des "jats", surchargée de travail et payée bien moins que ses collègues, a fini par démissionner en janvier. En fait, les supérieurs hiérarchiques du couple, issus de hautes castes, considéraient leur mariage comme une mésalliance, ils les ont donc harcelés au travail.

Pour le moment, les indiens se contentent des pays voisins amis mais quand ces pays-là aussi se mettront à chercher des femmes ? Où s’arrêtera cette recherche ?
Cela va-t-il amener de nouvelles pratiques sociales comme la polyandrie, plusieurs hommes se mariant avec la même femme ?
ça m'étonnerait dans un pays où la virginité de la femme est
encore vue comme un bien familial.
Cela va-t-il entrainer un développement du tourisme sexuel, les indiens allant chercher ailleurs ce qu'ils ne trouvent pas chez eux ?
ça m'étonnerait dans un pays au niveau de vie et
au pouvoir d'achat assez bas.
Va-t-on assister à l'ouverture de maisons closes ?
ça m'étonnerait dans une culture aussi
bégueule.
Va-t-on voir une augmentation de la prédation sexuelle dans un pays où la femme est un objet ? Une augmentation du trafic de femmes ? Cela va-t-il entrainer une agressivité par rapport aux pays disposant de femmes ?
Combien de temps une société peut tenir à ce rythme-là ? Pour le moment la population n'a pas vraiment conscience du problème. Mais quand ils vont s'en rendre compte, comment ça va péter ?
Même le tourisme sexuel des femmes maintient l'esclavage de la femme. Il atténue la frustration sexuelle ambiante même si peu que ce soit et empêche la bombe d'éclater.


Ces info vous touchent, vous scandalisent, "partagez" ces textes...
Vous avez des compétences, mettez-les en oeuvre
Vous pouvez agir,
Vous avez des connaissances, faîtes-les intervenir
Contactez-nous
(à suivre dans "Naître dans une rose en Inde" part 3)

Repost 0
Published by sylveno - dans sauver la planète
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 21:57

                                       Naître fille en Inde est encore difficile aujourd'hui...
                         Beaucoup, beaucoup plus difficile que vous ne pouvez l'imaginer...
khajurâho village
Les enfants du village de Khajurâho dont vous voyez aussi les photos dans l'article "Les filles naissent dans les roses, les garçons dans les choux", comme tous les enfants en Inde, sont encore plus marqués que nous par les différences fille-garçon.

Je me vois très bien dans cette page vous expliquer stoïquement et calmement :
En Inde, les femmes sont niées, bafouées, violées, assassinées. C'est de notoriété publique et implicitement admis par tous. Les conventions sociales issues d'une tradition millénaire veulent que les femmes ne soient rien. Avant même la naissance déjà elles sont vues comme un problème. La loi actuelle interdit aux médecins de révéler le sexe de l'enfant lors d’échographies pour éviter les demandes d'avortements systématiques en cas de grossesse-fille. Mais moyennant rémunérations ou par convictions religieuses ou par bêtise, beaucoup de médecins détournent la loi en adoptant un langage codé : "Vous pouvez célébrer" (c'est un garçon), "Il ne vous reste qu'à prier" (c'est une fille)...
Contrairement à ce qu'on pourrait penser ce n'est pas seulement dans les campagnes reculées que cela se passe. L'élimination avant la naissance est plus importante dans les villes et les régions riches qui ont accès facile à l'imagerie médicale. Les autres tuent simplement après la naissance. Les filles sont éliminées volontairement par manque de soin ou empoisonnement dès l'accouchement ou dans les premières années de vie.

En cas de sexe hors mariage, les femmes subissent brimades et sévices allant jusqu'au meurtre "voir pire".
Le seul destin admissible pour une femme est le mariage. Ceux-ci sont convenus par les familles à 95 % (stat' officielles) et 40 % de ceux-ci sont des mariages d'enfants qui sont évidemment des mariages forcés. La famille de la femme doit apporter une dot conséquente, interdite par une loi jamais respectée. Pour vous donner une idée de l'énormité de cette dot, sachez que les familles économisent depuis la naissance de leur fille sous forme de lingots d'argent ou d'or car il faut offrir souvent au moins une voiture, des appareils ménagers, des costumes et saris... Ces cadeaux sont offerts aux parents de l'homme, ils ne sont pas pour les mariés !

 
khajurâho village                        Cette femme hindoue n'est pas née au village de Khajurâho.
                     Elle doit donc se voiler dehors et dans la maison de sa belle-famille.
                   Elle ne découvre son visage que dans la cuisine ou seule avec son mari.
                    Elle peut aussi le faire pour nous qui sommes étrangers à toute caste !


Après le mariage, la femme vit dans la famille du mari et en devient l'esclave. Elle doit obéissance absolue aux hommes de la famille, les beaux-frères et surtout le père. Elle est la femme de ménage très soumise de la mère. Elle ne peut pas sortir seule comme elle veut. Elle sait très rarement lire (l'alphabétisation des filles même si elle est en hausse reste très faible), elle n'a le droit de communiquer qu'avec les autres membres féminins de la famille...

                                                        khajurâho village

                                                 Salle de classe à Khajurâho

                   1er avril 2010 une loi rend l'école primaire obligatoire et gratuite en Inde
                            avec mise à disposition d'un enseignant pour 30 élèves.
       8 millions d'enfants défavorisés, déscolarisés pourront rejoindre le système éducatif.
                      Encore faut-il que les familles voient l'intérêt d'y envoyer les filles
                  utilisées comme aides au ménage ou travaux divers dès le plus jeune âge
                                   et n'ayant pas besoin d'une instruction pour se marier !


 

chiffres : 80,6 % d'analphabètes pour les femmes, 50,2 % pour les hommes (en 1990, indiens âgés de + de 24 ans) 

Ces info vous touchent, vous scandalisent, "partagez" ces textes...
Vous avez des compétences, mettez-les en oeuvre
Vous pouvez agir,
Vous avez des connaissances, faîtes-les intervenir
Contactez-nous 

(suite dans "Naître dans une rose en Inde part 2")

 

Repost 0
Published by sylveno - dans sauver la planète
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 20:34

Relation hommes-femmes part 6 : les filles naissent dans les roses, les garçons dans les choux, toutes nos différentes viendraient-elles de là ?

(Pourquoi les parents vont-ils toujours baiser dans le jardin ?)

Cet article tente une explication sur nos différences psychologiques et donc comportementales : façon d'agir, de parler, de raisonner...
khajurâho village                                                 être vue...

L'homme et la femme sont différents psychologiquement parlant. Cest le sujet de nombreuses blagues sexistes ou de spectacles comme ceux de Florence Foresti ! Tout le monde sait qu'il y a des différences réelles et qu'on peut faire des généralités.

Bien sûr, ensuite, on affine selon chaque individu comme toujours en psycho.
Vous êtes-vous un jour demandé pourquoi toutes ces différences ?

khajurâho village
                                              en arrière-plan, la mère...

L'astrologie fait des coréllations en fonction de la date, heure et lieu de naissance, l'ennéagramme nous classe en 9 catégories qui ont des affinités entre elles ou non... D'autres systèmes encore essaient de nous décoder. Mais les différences hommes-femmes... Sont-elles seulement dues au fait que les filles naissent dans les roses et les garçons dans les choux ?!

Première observation, on n'est pas élevé de la même façon si on est une fille ou si on est un garçon. C'est le regard des parents qui nous façonne enfant. La place dans la fratrie joue aussi un grand rôle. Les enfants doivent se faire remarquer des parents et ils utilisent des stratégies qui s'élaborent en fonction de celles des frères et soeurs.
Pourtant il existe une "globalité-fille" et une "globalité-garçon" auxquelles s'ajoutent des différences de caractères en fonction des parents et de la place. À quoi est due cette globalité ?

Observation encore : nous sommes tous élevés par des femmes. Les pères qui changent les couches et s'occupent à plein temps des bébés ça ne se voit que depuis quelques années et c'est encore rarissime. N'entrons pas dans les polémiques du pourquoi, il y a un peu de tout, mais de toutes façons peu de femmes laissent la place aux hommes même si elles prétendent le contraire et
puis c'est vrai que peu d'hommes ont envie de changer cette habitude familiale ou sociale.
C'est encore une majorité de femmes qui s'occupent de la femme enceinte et du bébé : les puéricultrices et sages-femmes d
ans les maternités, les doulas à la maison... J'ai cherché, des masculins existent (pas pour doula) : "puériculteur", mais j'avoue ne jamais avoir entendu ce mot ! Pour "sage-femme" il y eu un essai idiot de "homme-sage-femme" puis on est revenu à "accoucheur" mais c'est souvent un médecin qu'on appelle comme ça, une sage-femme n'est pas médecin. À la crèche, presque tout le personnel est féminin, une nounou-homme vous en connaissez ?


J'ai observé mon propre comportement avec mes bébés et c'est vrai que je n'ai pas porté le même regard sur ma fille et sur mon fils. Attention hein, rien à voir avec aimer plus ou moins. Rien à voir avec je désirais plus une fille qu'un garçon ou l'inverse non mais j'ai beaucoup plus facilement assimilé ma fille à moi. Mon fils était quelqu'un d'autre, comme un complément. J'ai pensé que c'était à cause de l'histoire globale de ma famille. J'ai creusé cette piste... elle est intéressante, nous projetons beaucoup de notre histoire sur nos enfants mais ça n'explique pas tout.


Et j'ai croisé le chemin de "Laurence Olivier", psychanalyste et écrivain. Je ne mets pas en lien son site car il se trouve qu'il est tenu par un de ses élèves qui m'a jetée quand je lui ai écrit. Soit disant que n'étant pas une de ses élèves directes ça ne me donnerait pas le droit d'avoir un avis. Bon. N'empêche qu'étant lectrice assidue de ces ouvrages, je prends ce droit tout en précisant que cet écrit n'engage que moi.

L'ouvrage qui a éclairé toutes mes recherches c'est "Les enfants de Jocaste". Le début du livre est fastidieux, l'auteur rappelle à ses pairs qu'elle est une grande et bonne psychanalyste, ce dont je ne doute pas mais dont je me fous. La psychanalyse, je trouve que ça date et que ça commence à être bien dépassé !

Mais ensuite vient La révélation du livre, la mise en mots de plein de choses que je pressentais : toute cette explication sur le regard, le regard que reçoit le nouveau-né, regard-désirant ou non. Ce regard du parent qui s'en occupe, qui change la couche et donne le bain, regard qui est toujours sexué. Ce qui ne signifie pas qu'on pense au sexe avec son bébé naturellement mais que le sexe du bébé est très important.

côté ROSE :

khajurâho village
                        Ce regard qui leur manque, elles le posent sur nous...
 


Une mère change la couche de sa fille et tout ce qu'elle vit en tant qu'adulte, ce qui a rapport sa féminité, son acceptation (ou son rejet) de son sexe, sa joie d'être une fille, une femme, ses peurs, sa révolte de ne pas être un homme... tout ça est là et ressort devant ce petit sexe de fille. Il y a de l'émotionnel mais pas de "regard désirant" puisque c'est le même sexe que le sien. S'ajoutent à ce manque premier pour le bébé-fille, toutes les phrases des "mauvaises fées" autour du berceau.
Ça commence à la maternité avec la puéricultrice (pardon pour celles qui sont de bonnes fées mais j'ai eu tant de témoignages négatifs...) qui enseigne que pour nettoyer une fille il faut prendre beaucoup de précautions, "ce sexe est ouvert à toutes les infections, il faut le laver dans un sens particulier, ne pas introduire de caca dans le vagin"... Et on y croit quand on est une jeune maman, on veut tellement bien faire ! Mais en observant un peu on voit bien que quand un bébé fait caca dans ses couches, il y en a partout mais que ça part très bien dans le bain. Le vagin n'est pas un trou béant, ça, c'est une peur des femmes, la peur du viol. La vulve est fermée, certes pas avec un sphincter comme l'anus mais pas grande ouverte quand même !
1ère imprégnation imbécile : le sexe féminin peut s'infecter très facilement. L'hygiène est BEAUAUAUCOUP moins évidente pour une fille qu'un garçon.
L'extrême : la mère d'une de mes élèves l
ui donnait des bains de siège avec de l'eau de javel !
khajurâho village

2e imprégnation imbécile : "ATTENTION ne rentrez pas trop, faites gaffe à pas déchirer l'hymen. C'est une fine peau qui peut se couper".
La virginité des filles, c'est
TROOOP important, le sexe de la fille est fragile, on peut le déflorer si on n'est pas précautionneux.
 3e imprégnation imbécile : Ça continue à la maternelle : "Une filles c'est EMBÊTAAANT aux toilettes. S'il vous plait les mamans, ne leur mettez pas de pantalon à bretelles. Les garçons c'est facile, on sort leur petit bout et voilà !"
La foune, c'est une gêne, même faire pipi pose problème !


Donc au manque de regard-désirant qui aurait pu venir du père, s'ajoutent pour la petite fille, les craintes véhiculées par les autres femmes concernant son sexe.
Puisque ce sexe est si bizarre, la fille préfère l'ignorer. Elle le sentira sensible peut-être par hasard assise sur un bras de fauteuil ou en faisant du poney mais sa main ne va pas naturellement tripoter ce sexe. Ce qui explique que les filles découvrent souvent tard leur clitoris, parfois à l'âge adulte. La masturbation n'est pas souvent acceptée et pratiquée.
khajurâho villagekhajurâho village










Quant à l'intérieur du vagin, beaucoup trop d'interdits sont posés, elles ne pensent pas à l'explorer elles-mêmes.


Les petits noms pour désigner la vulve ou le vagin de la petite fille ne datent pas de très longtemps, pour ma génération il n'y en avait encore pas, on disait "la lune" comme pour le derrière. On dit d'ailleurs encore malheureusement un film de cul pour signifier un film de sexe...

D'autres messages directs ou non planent autour de ce sexe "Tu verras, quand tu te marieras" ou "quand tu rencontreras un homme" ou "c'est par là que passent les bébés". Rien n'est dit concernant un plaisir perso possible.
La fille attend donc, elle attend le regard de l'homme et elle attend l'homme qui la fera se connaître.
Ce manque de regard-désirant et cette attente l'amènent à être toujours en quête de relation, d'approbation. Les filles parlent souvent plus tôt que les garçons, créant de la relation là où elles n'en sentent pas venir naturellement. Elles cherchent à plaire pour être vues.
Toutes les nuances se créent à partir de ça : toute sa vie la femme aura besoin d'être sécurisée sur le fait qu'elle est intéressante, qu'on la voit. Pour ça elle a besoin que l'homme qu'elle a choisi la regarde et dise ce qu'il ressent en étant avec elle.
Quant au sexe, elle développera une rage énorme en s'apercevant qu'on lui a menti. Aucun homme ne la révèle un jour à elle-même, où aurait-il appris à le faire ?

 
Côté CHOU :
khajurâho villagePour les bébés-garçons, tout démarre plus simplement. Leur sexe est regardé comme complémentaire par la mère. Mère et bébé-garçon, comme mère et foetus, continuent à former "le couple parfait".
Cette situation va être amplifiée si l'homme-père ne correspond pas aux attentes de sa femme-mère. La femme ne recevant pas ce qui lui plairait de son homme, elle va façonner son bébé pour en faire un homme idéal.
En général, le bébé-garçon éprouve peu le besoin de parler, il n'a rien à expliquer, rien qui lui manque, jusqu'à environ 2 ans.

khajurâho village
Son sexe étant à l'extérieur et juste à portée de main, il découvre la masturbation comme allant de soi. Même si un interdit familial est posé on en parle. Plus tard, à l'adolescence, personne ne s'offusque de draps tachés même si c'est souvent passé sous silence.

Les difficultés pour le garçon arrivent dans une autre étape, sur un autre plan que le corps : dans la relation affective il a du mal à trouver sa place. Sa mère domine cette relation, il sent quelque chose d'étouffant, l'empêchant d'être lui hors de cette relation-fusion. Il va faire beaucoup de tentatives pour diriger la relation.

khajurâho village



 


Beaucoup de "non" dans la vie d'un petit garçon. Un garçon est souvent moins vite "propre" qu'une fille. Refuser le pot est alors la première démonstration du besoin de ne pas se sentir dirigé.
Il fera des tentatives pour que son père le sorte de cette relation. Les relations avec les autres hommes plus tard découleront des réactions du père face à ses appels.

Rester proche de sa mère, compris sans parole et vu, tout en pouvant être lui, seul.

Toutes les nuances se créent à partir de ça : en fonction du comportement de la mère.

Si la mère est très étouffante, il aura aussi besoin d'être rassuré sur son droit à être un homme, qui passe souvent par le droit d'avoir un sexe et de l'utiliser. D'où les comparaisons de taille de pénis, de besoins de prouver qu'on baise bien, qu'on est viril... Certains hommes ont une rage très souvent inconsciente ou inavouée contre leur mère qu'ils expriment en baisant le plus possible de femmes. 

 

 Toute sa vie dans sa relation à la femme, l'homme oscille entre l'envie de fusion et le besoin d'éloignement (seul ou avec d'autres hommes). Il ne trouve pas d'intérêt à mettre des mots sur ce qui se passe en lui.
Quant à la sexualité elle fait partie de ses besoins au même titre que manger, boire et dormir.


La mère dans cet article semble responsable de beaucoup de difficultés pour la vie à venir de ses enfants.  Je précise ici et je complète dans un article suivant ("résumons") que le père par son absence a autant de responsabilités que la mère dans ces difficultés.

Il est temps d'entamer une nouvelle ère où la guerre des sexes se transforme en union pour le plaisir de chacun/chacune et des enfants qui naîtront de cette union !  

 khajurâho village 

Pour partager vos réactions face à cet article, chers lecteurs,  n'hésitez pas à cliquer sur "écrivez vos impressions" en bas de l'article.

Je ne parle pas d'homosexualité, féminine ou masculine, dans ces articles hommes-femmes. J'ai reçu quelques homosexuel(le)s en séances mais pas suffisamment pour en tirer une expérience.


(suite dans "les enfants de Khajurâho")

Repost 0
Published by sylveno - dans sauver la planète
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 09:11

11 10 26 diwali : paniers décorés, garnis, emballés, étiquetésDiwali, la fête des lumières, l'événement le plus important de l'année en Inde.
Les gens se font des cadeaux comme nous à Noël. Nous avons eu l'idée de proposer des assortiments de 10 petits-fours. Zoé a une commande de plusieurs paniers. On a aussi prévu d'en offrir à titre publicitaire à des personnages-clé ouverts à la découverte des produits "over-seas" !

Comme toujours, il faut toute l'ingéniosité de Zoé pour trouver des déco correctes pour présenter nos produits. Les fleurs et les papillons viennent de noeuds pour les cheveux, le bolduc ne se vend qu'en rubans trop larges. Elle achète de jolis paniers tressés et armée de son pistolet à colle se lance dans une activité qu'elle aime bien :

petits travaux manuels.11 10 26 diwali : décor des paniers Enoch conçoit une étiquette où apparaît la date de fraîcheur, il s'agit que tout soit mangé le jour même.

Arrive le grand soir !
Le stress dans la boulange c'est que tout peut foirer au dernier moment : le chef pâtissier Felder parle de 50 paramètres à maîtriser. En tout cas, un simple coup de fatigue en fin de nuit et tout brûle. Une mauvaise appréciation du temps de pousse qui se résume à "un certain temps", tout dépendant des ingrédients, température, âge du capitaine, et ce sera tout plat !
Là en plus, pour des petits-fours, la découpe prend un temps fou mais on a mis au point un système ingénieux qui nous facilite grandement la tâche.11 10 26 diwali : paniers décorés, garnis, emballés

Comme tout doit être vég' pour Diwali, nous avons remplacé les petits pains aux raisins par des chaussons aux pommes. Pommes qu'il a fallu tester car les variétés ne sont pas les mêmes qu'en France et un bon chausson ne peut être fait qu'avec de la bonne pomme exprès pour ça.11 10 26 diwali : paniers décorés, garnis

Enoch libère Madan à 4 h pour qu'il puisse fêter Diwali et lui se couche à 5 h 3O au moment où mon réveil sonne. Je dois être prête pour aider Zoé à l'emballage. On travaille à la chaîne !11 10 26 diwali : paniers prêts à être livrés


Et c'est le départ en ricksha,
avec dans les cheveux une cocarde bleu-blanc-rouge offerte par une amie.11 10 26 diwali's-day N'ayons pas peur d'en rajouter, on a une réputation mondiale de meilleurs cuistots à défendre. C'est parti pour la révolution au niveau des papilles indiennes puisque cette fois c'est les indiens que nous essayons de séduire avec ces goûts nouveaux. Un peu prétentieux, nous nous sentons comme les frères Petrossian à l'exposition universelle de Paris en 1925, présentant le caviar aux parisiens pour la première fois. Les gens faisaient beurk avec une grimace et le crachaient par terre !
Pour nous, heureusement, ça a l'air de "prendre" tout de suite : notre CEO de fille est reçue dans de superbes maisons et de nouveaux clients pointent à l'horizon...

 

En rentrant, Zoé cède à la tradition : décorer le jardin de poteries qui ne se trouvent qu'au moment de Diwali.
11 10 26 diwali clay11 10 26 diwali nains















11 10 26 diwali poteries sur la maison-de-garde


Il est 16 h, tout le monde dort dans la Maison-du-bonheur.

Repost 0
Published by sylveno - dans au jour le jour
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 10:40

Après un premier article sur les difficultés de la circulation en ville, voici un petit reportage-photos. Rien que du banal... moi, je suis souvent encore surprise !circulation : éléphant dans une rue de JaipurCroiser un éléphant se rendant à un mariage, marchant tranquillement à contre-sens sur une rue très fréquentée...
Observer les choses les plus invraisemblables que transportent les rickshas...

transport : objets encombrants

Les vélos sont employés en priorité 
pour transorter les marchandises.
Encombrantes ou non ! Acheter
et être livré dans la journée. 
transport : objets encombrants

transport : objets encombrants








transport : vélo pour bidons d'huile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les recycleurs aussi utilisent le vélo :
cartons, ferraille, papiers, plastiques...
Certains ramassent dans les poubelles,
d'autres "à la criée" dans les lotissements.

 

 

Nous avons remarqué que le lotissement a depuis peu été repéré comme habité puisque nous y entendons de temps en temps les hurlements des récupérateurs et ça c'est nouveau.
 

 

Ce cycliste fait d'une pierre deux coups : ils ont ramassé des déchets dans des sacs pour les revendre aux recycleurs et son guidon sert de présentoir à des tasses proposées aux automobilistes arrêtés aux feux rouges... "Ah chic, j'avais justement cassé mes tasses ce matin, quelle opportunité sur mon chemin, ça m'évitera d'aller au bazar...".transport : recyclage-et-tasses C'est impensable en France mais ici, les gens se disent ça, ces tasses vont se vendre, comme des lampes de chevet !
Les journaux, les livres, les gadgets pour enfants, les pare-soleil, vendus aux arrêts feux, je comprends, mais des lampes de chevet ! pourtant j'ai vu, de mes yeux vu, des automobilistes en acheter !

transport : camion pour légumes et gens
Le matin, des camions amènent depuis les villages les vendeurs de légumes puis chacun gagne sa place de trottoir assignée, à pied ou en vélo.transport : vendeuses de légumestransport : vélo pour légumes et vendeur


La hauteur est vraiment calculée pour nains, Enoch ne peut pas entrer sous la plupart des capotes, alors assis sur des sacs d'oignons, c'est pas tout confort mais on est à l'abri du soleil !

Quand c'est plus lourd, les charrettes sont tirées par de petits chevaux tout maigrestransport : petit cheval

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ou par des dromadaires.
transport : livraison-en-chameau
Les pierres qui servent au sous-bassement de toutes les maisons et aux fondations des murs d'enceinte, sont transportées par des tracteurs toujours trop décorés. Il y a des magasins spécialisés dans la vente de ces cheveux qui pendent et de tous ces objets bizarres qui peut-être ont des significations rituelles comme les citrons ou courges peintes porte-chance pendues un peu partout autour des maisons du Sud.transport : tracteur de pierres


 

Repost 0
Published by sylveno - dans voyage
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 13:18

Cet article est la suite de 4 autres articles sur les relations hommes-femmes

Si je devais classer les difficultés de la vie en couple, je mettrais
en numéro 1 la place que chacun a l'envie et la possibilité d'occuper dans le couple,
en numéro 2 la place et la fonction de la sexualité dans le couple .

Aujourd'hui je parle du n° 2 : sexualité dans le couple

géko accouplement           On ne joue pas à "la bête à 8 pattes" uniquement pour faire des bébés !
gecko bébé                          Même si les bébés c'est très mignon !


Tous les couples rencontrent à un moment une difficulté d'ordre sexuel. Je ne parle pas ici des "pannes" ou du manque temporaire de désir tout cela la plupart du temps dû à une fatigue ou un stress sans raport avec le partenaire, je parle de la difficulté d'être à deux sur le même rythme, de garder intacte la relation intime sans la mélanger aux difficultés du quotidien, de rester dans l'envie et la séduction, après une prise de tête sur l'usage de la voiture ou une dispute sur la répartition des tâches ménagères.
Il est rare d'aller voir un psy. Encore moins un sexologue car ce serait avouer qu'on n'est pas les meilleurs pour le sexe. Pourtant, comment être les meilleurs dans un domaine où on n'a jamais rien appris !
En Europe, répond
ant à cette réalité des difficultés du couple liées à la sexualité, des stages dits de tantra venus "des Indes" en passant par "les Amériques" ont commencé à fleurir ! Dénaturant totalement la pensée du tantrisme originel.
Un indien très charismatique, Osho Rajneesh, mort en 1990, en a fait la base de son enseignement. Il a très savamment occidentalisé les tantras pour en faire un outil de résolution des problèmes sexuels et a créé des exercices pouvant rendre la méditation accessible à tous... C'est ainsi que le "tantra-sexuel" est né, divulgé aux
États-Unis d'abord puis un peu partout en occident. 

 

N'ayant pas connu Osho en dehors des écrits de ses disciples et des CD de méditations, j'ignore si son but était de faire de l'argent ou d'éveiller le maximum de gens à la méditation. Ce que je constate simplement c'est que beaucoup d'animateurs qui se recommandent de lui sont des charlatans du point de vue tantrisme. Les exercices inventés par Osho, génialement efficaces, sont utilisés hors de l'objectif méditation. Nous-mêmes avons rencontré plusieurs fois le problème des récupérateurs : l'exemple le plus parlant est cette femme qui, venue une seule fois en session " première approche du tantrisme" sur 4 jours au hameau, organise, dirige et enseigne des groupes le mois suivant ! Et en plus, elle a le culot de nous envoyer ses plaquettes dans lesquelles heureusement, elle oublie de mentionner le passage chez nous. Vus les dégâts que son activité doit faire il est heureux qu'elle ne nous cite pas comme source.
Et le cas n'est pas isolé, une autre fait de même pour la sexologie : "4 jours sur le point G" avec nous et elle démarre des groupes de femmes sur le sujet !
Évidemment, nous ne pouvons qu'assister impuissants à ces débordements.

Mais il y a encore plus fort : des stages de formation au tantra. À l'issue de quelques week-ends, les participants obtiennent un diplôme. Reconnu par quoi ? un groupe de gens qui se reconnaissent entre eux ?
Ces sessions n'ont pas comme thème "le sexe comment ça fonctionne" mais se contentent de présenter une compil' invraisemblable et incohérente de techniques partant dans tous les sens, issues des raccourcis behaviouristes californiens de la belle époque de San-fransisco.
Certaines expériences proposées sont de réelles expériences tantriques ou de réelles expériences thérapeutiques mais sans suite et sans suivi.

Pour ceux qui ne connaissent pas, je précise :
l'objectif est d'attirer le plus de monde possible et de gagner le maximum d'argent.


Pourquoi ça marche ?
Les couples ne connaissent pas la place de la sexualité dans leur vie. Dans ces sessions, cette place est présentée comme bien définie : elle permet à l'homme et à la femme d'accéder au divin en eux, c'est clair, net et ça donne une bénédiction pour des essais en tout genre.
L'animateur se garde bien de parler de plaisir, de jouissance et d'orgasme car cela entrainerait les participants dans des problèmes émotionnels que le staff serait bien incapable de gérer car n'ayant aucune formation psy. Il propose l'espace de la fête, du coconnage de soi et de l'autre. Ce qui ne peut faire que du bien me direz-vous... Oui, quand c'est dit clairement, or là l'objectif énoncé est de vous faire entrer dans la spiritualité.

La toile de fond est le tantra, voie spirituelle d'origine indienne qui propose d'utiliser la sexualité pour transcender l'animal en nous, apprendre à maîtriser l'énergie qui nous habite en faisant du sexe pour entrer dans le monde de l'extase spirituelle. L'axiome de base est que chaque femme est une Shakti (la manifestation dans la matière de l'énergie divine) et chaque homme un Shiva (la conscience universelle incarnée). En s'unissant sexuellement ils décuplent leur énergie sexuelle et atteignent l'orgasme cosmique.
Il n'y a pas souvent de relations sexuelles réelles c'est-à-dire avec pénétration dans les exercices de groupe proposés. Par contre bien sûr, entre adultes vivant ensemble des expériences émotionnelles fortes, les rencontres se succèdent et le passage à l'acte pendant les pauses est très courant !.
Pour vous donner un exemple : l'expérience de respirer au même rythme, bouche contre bouche entraîne des sensations physiques indédites. Certaines femmes identifient ce qu'elles ressentent à "aimer, être amoureuse" et enchaînent naturellement avec ce qu'elles ont l'habitude de faire dans cet état : du sexe.
L'expression favorite dans ces stages est "avoir une ouverture du coeur". Ah là là, sacrée "ouverture du coeur". Nous avons tous besoin de reconnaissance, de montrer aux autres combien on est sensible. Mais on ne peut pas dire "regardez-moi, j'ai une sensibilité hors du commun, chouchoutez-moi je le mérite."

Alors révéler qu'on a eu une "ouverture du coeur" prétend tout résumer, d'une façon qui ne sera pas taxée d'égocentrisme, les autres ayant ressenti aussi cette ouverture t'accueillent dans la grande famille des tantrika.

J'ai eu droit à ça au festival d'Avignon où nous y proposions des séances de  massage émotionnel et de jardin de la création.avignon
Des femmes m'ont prise dans les bras en voyant Tantra apparaître dans nos pub. Ne croyez pas que je me moque, je compatis, sentant la douleur et l'isolement de ces gens. Car une fois seules dans la tente de massage, les masques tombent et les femmes parlent de leur besoin fondamental de rencontrer un homme ouvert à la communication, de l'espoir déçu après ces sessions où elles ont reçu de la reconnaissance en échange de sexe le temps d'un week-end et de quelques soirées, elles y ont cru et n'osent rien dire de leur déception. Et, comportement humain typique, elles y retourneront avec le même espoir, le même objectif "Non, je me suis tellement ouverte que ça ne peut pas être faux !" au lieu de profiter du moment de détente et d'accepter de recevoir de la reconnaissance san sautre attente.
Et ainsi, elles abandonnent un vrai travail sur soi en profondeur au profit d'un soulagement immédiat mais éphémère et elles le savent et me demandent ce qu'elles peuvent faire. Inscrivez-vous sur des sites de rencontres, au moins ce sera clair. Mais elles n'osent pas.

"Ouverture du coeur", il est vrai aussi que c'est la meilleure façon de décrire ce qui se produit : quelque chose de physique. Dans la poitrine. On a l'impression de vivre dans le monde des Bisounours. On sent qu'on peut aimer la terre entière. Et c'est là qu'il faut un enseignant réellement formé pour vous accompagner, vous diriger et vous expliquer ce qui se passe et comment l'utiliser par exemple pour se débarrasser de tout conditionnement car, rappelez-vous c'est ça le but de la pratique tantrique et c'est aussi ça le but d'une bonne thérapie !
Si, ensuite, c'est bien pour vous de passer vos moments de loisir dans ces stages que j'appelle "club-méd-du-sexe" pourquoi pas. Mais vous le ferez en connaissance de cause et vous en retirerez probablement du plaisir.
Les dégâts viennent des mensonges : des animateurs qui se présentent comme des gourous et des stagiaires qui jouent à celui qui en fera le plus.
Certains participants se retrouvent avec de grosses décharges émotionnelles pendant et souvent après le stage. Le résultat est un week-end fabuleux et une retombée impressionnante dans la semaine. J'appelle ça "se shooter à l'orgasme" et c'est une drogue. Et comme n'importe quel shoot, il est accompagné de son retour désagréable. Et il débouche bien entendu sur une addiction : en vouloir toujours plus dans des expériences hors du commun.
Le pire c'est qu'au début ça donne l'impression qu'on va bien. On a tellement besoin de reconnaissance. Comment résister à se sentir divin pendant quelques jours.

Alors, y aller uniquement pour prendre une bouffée d'oxygène, recevoir des calins de Bisounours dans ce monde de brutes, pourquoi pas, ça vaut bien un week-end thalasso, il suffit d'en être conscient. Le pathétique c'est que les stagiaires se racontent avoir un accès à la spiritualité et que ça, c'est faux !

 

Je connais des sessions qui, sous couvert de spiritualité, proposent carrément des expériences libertines ! Je n'ai rien ni contre ni pour n'importe quelle forme de sexualité consentie mais ayons l'honnêteté d'appeler un chat un chat ! Une chatte une chatte en l'occurence !
Ces sessions accueillent aussi des célibataires et servent de lieu de rencontre où il est possible de faire du sexe sans honte, en l'enrobant d'exercices de respiration, de nettoyage émotionnel, de communication et de spiritualité "romantiquisée".
 Pourquoi ne pas le dire clairement au départ ?

Il existe pourtant suffisamment de filières pour le sexe libertin ou échangiste : boîtes de nuit, magazines, clubs...*


 Pourquoi ces stages ont-ils plus de succès que les clubs libertins ?
T
out simplement parce que ces sessions prennent en compte le côté romantique et l'expression, attirant de nombreuses femmes. La communication verbale des ressentis est un domaine où les femmes sont plus à l'aise que les hommes qui eux sont plus à l'aise avec le physique. J'explique le pourquoi de cette différence dans relations hommes-femmes part 6.

Dans les clubs libertins comme dans la pornographie, la sexualité est présentée de façon crue, donnant accès aux fantasmes. Mais beaucoup de femmes sont coupées de leurs fantasmes par leur éducation. Toujours est-il que, quand la sexualité est "spiritualisée", elle sort de ce côté animal qui fait peur aux femmes. Dans ces stages, je l'ai dit, il est d'usage d'appeller les femmes de "sublimes shaktis", avouez que même si vous ne connaissez pas le sens de ce mot sanskrit, ça jette plus que "chiennes en chaleur" !
Il est de même plus entendable de dire qu'elles offrent leur "Yoni" ou leur "Grotte de jade" au "Lingam" ou à la "Tige de jade" de Shiva
(l'homme, mais on dit Shiva), plutôt que de dire qu'elle "se font défoncer la chatte" !singe : la-guenon-et-buddha                                 Qu'est-ce que je dois faire d'autre pour qu tu accèdes au divin ?

                               (Pardon Buddha pour cette photo un peu osée !)

  
Lors des pseudo-rituels tantriques, elles sont les prêtresses qui sont censées maîtriser parfaitement (tu parles !) les mouvements de leurs corps, leur respiration, leurs muscles vaginaux, pour permettre à Shiva, d'accéder au divin. Ceci dit pourquoi n'y accédrait-iltout seul puisse qu'il est un dieu !
 
                                              

Pour les hommes, les différentes techniques proposées, pouvant aller jusqu'à la maîtrise de l'éjaculation leur apprennent à "durer" plus longtemps. Les échanges de souffle, le côté "communication spirituelle", plaisent aux femmes et du coup ils ont une ouverture pour avoir droit à la baise...

Beaucoup d'hommes, et certaines femmes aussi mais elles ne le savent souvent pas, sont multisexuels ou ont une période multi. "Faire du sexe pour honorer la skati" passe mieux dans les groupes de ce tantra à l'occidentale que "j'ai besoin de baiser tout ce qui bouge"...
Car l'évidence est là : homme ou femme, on a tous besoin de sexe.

buffles : la-bufflonne-se-révolte                     Les femmes ne s'ouvrent pas sans préliminaires :
                             "Why don't we just fuck ? Just fuck ! Tu me prends pour qui ?"

Mais comment le dire : pour un homme sans passer pour un "je pense avec ma queue comme tous les hommes", pour une femme sans passer pour "une salope chaudasse tout le monde est passé dessus" à ses yeux ou à ceux des autres.
Alors on masque : "Je recherche autre chose, un aspect spirituel, l'union avec ma moitié...".


Mais qui est capable de voir qu'il ou elle utilise le sexe à des fins de pouvoir ou de satisfaction personnelle ? Qu'il ou elle fait du sexe de telle façon parce qu'il ou elle n'a pas réglé tout ce que l'éducation nous a inculqué sournoisement ? Tout le monde croit faire l'amour pour une raison qui est rarement la vraie ! Déjà, observez le nombre de gens qui osent dire "faire du sexe", ils emploient tous un autre mot.

Si vous avez travaillé à décortiquer les pièges de l'ego pour vivre libre, alors vous savez que c'est très difficile de faire du sexe pour le sexe ou de faire l'amour pour l'amour avec ou sans sexe... ça demande beaucoup de pratique et pas seulement pratique sexuelle !



*J'ai fait une enquête dans des clubs libertins pour savoir s'il existe des femmes "demandeuses premières" d'échangisme ou de sexe libertin. Je ne parle pas de célibataires mais de femme avec leur homme.
Toutes étaient là sur une demande venant de l'homme. Pour lui plaire, pour ne pas le perdre, elles sont ok pour certaines expériences. La plus courante est la relation avec une autre femme sous le regard de l'homme.
Il y a des codes pour se rencontrer. Quand il y a échangisme, le couple se met d'accord et c'est la femme qui va vers le couple repéré et entame la rencontre par la danse. Ensuite, à une table, les hommes discutent pendant que les femmes dansent à 2.
"C'est rassurant pour moi de le savoir avec une femme qu'il ne voit que pour le sexe, dans un cadre particulier. Je préfère qu'on soit dans la même pièce, on continue à se regarder et je sais que c'est avec moi qu'il est complice".
Il y a souvent des relations homo femmes mais jamais homo hommes.
Enfin, beaucoup de couples sont là mais à part quelques attouchements ne font du sexe qu'avec leur partenair de vie. La vue des autres couples les excitent et les fait fantasmer. C'est seulement ça qu'ils recherchent.
Un témoignage : "Quand je vois un beau couple avoir des rapports sexuels, ça m'inspire pour le sexe avec mon homme."


Questionnés dans les douches, un autre couple d'habitués qui venait de faire du sexe dans une cage au centre de la piste de danse me dit : "On aime faire du sexe ensemble. On aime se montrer, montrer qu'on est beaux. En plus aujourd'hui on a gagné un voyage en se faisant plaisir ! c'est super... Mais là on file car la baby-sitter n'est là que jusqu'à 3 h !"
Pour ma part, je trouve très agréable de pouvoir danser, s'amuser, flirter, faire du sexe sans toutes les sournoiseries qu'on trouve dans les boîtes de nuit classiques
ou la danse comme partout est un préliminaire à l'amour et au sexe mais où il est très mal venu de trop le montrer. Ces boîtes libertines sont pour moi des boîtes pour adultes responsables où il est possible de dire son envie et son désir sans provoquer de bagarre et où le "non" est toujours respecté.
   iguanes danse-préliminaireiguanes : elle-et-luiCes boîtes libertines sont pour nous des boîtes pour adultes où il est possible de dire non sans provoquer de bagarre, où le non est toujours respecté (du moins pour celles qu'on a testées !).

Repost 0
Published by sylveno - dans sexualité
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 15:37

Anjuna : le village le plus particulier de Goa.
Quand vous y êtes hors saison, ça paraît désertique et à part louer un scooter et vous balader aux alentours, il ne semble ne rien n'y avoir d'intéressant à faire.
Pourtant c'est le village des ex-soixantuitards, celui des rave, d'une des boîtes de nuit les mieux côtées au monde (en journée comme toute boite, on ne voit rien de spécial).

08 Goa buffles d'Anjuna

À partir d'octobre, s'installe tous les mercredis LE grand marché aux puces. Derrière les buffles on aperçoit les cahuttes en bambou qui servent de structures pour les stands des exposants.

08 Goa marché d'Anjuna

Une faune bien particulière y vend des habits, des bijoux, des disc... à une faune pratiquement la même. S'ajoutent, côté voyeurs les touristes divers et variés. Les photos vous montrent mieux que des mots.

anjuna composition 2
Enoch a capté l'ambiance en shootant des "figures" pendant que je fouillais les étals !


goa-composition-faune

08 Goa arrivée au resto pour le nouvel-an

Le soir de la Saint-Sylvestre nous avons retenu une table dans un restaurant chic de Calangut. On ne le regrette pas, on s'est régalé. Enoch et Zoé sont déjà pompettes à l'apéro ! Et on a calé sur le dessert tellement on est "full" !08 Goa resto du réveillon














08 Enoch et Zoé saouls










Après le feu d'artifices, en voiture pour la mythique boîte d'Anjuna ! Le chauffeur de taxi avait trop bu mais on était nous aussi dans le même état alors on a pas trop réagit... L'entrée est chère pour l'Inde : environ 50 euros par couple, les hommes seuls ne sont pas admis. 08 Goa la célèbre boite de nuit d'Anjuna Certains attendent la gentillesse d'une fille seule qui voudra bien lui permettre d'entrer. Zoé en fait passer un. Le lieu est à ciel ouvert avec des terrasses disposées en escalier sur plusieurs niveaux à flanc de falaise. 08 Goa la célèbre boite de nuit d'AnjunaAmbiance psychédélique, alcool fort à volonté, bonne musique !
08 Goa Zoé on the floor !

 

 

Le bar est assailli en permanence c'est pas zen pour avoir un verre et ça tourne très vite à trop pour beaucoup. Ils vont "cuver" dans l'espace réservé à ça dans le bas de la boîte près de la mer.

 

 

 

Nous on s'en fout, on s'amuse !









08 Goa
Et le lendemain on retourne au même resto pour les desserts !

08 Goa death-by-chocolate

Repost 0
Published by sylveno - dans voyage
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 13:03

11 10 dans les yeux de ma blonde...Mi-septembre Zoé décroche un contrat avec le Pearl palace. Nous connaissons depuis longtemps sur son toit le Peacock-restaurant, le restaurant des paons. La déco est très originale, on ne peut être que sous le charme ! Les chambres de l'hôtel sont réservées tout au long de l'année plusieurs mois d'avance. C'est bien situé pour nous, tout près de MI road, pas loin de Pinkcity et surtout plein de touristes qui ont les moyens. Le patron demande à nous rencontrer : visite très intéressante de son second hôtel de style Heritage qu'il est en train de construire

. 09 07 30 studio pub


Nous concluons par un essai de quelques jours pour définir les heures de vente. Nous nous lançons dans la réalisation des cartons à poser sur les tables. Nous avions installé un studio photo au hameau et nous avons dans l'ordi pas mal de maquettes qu'il ne reste qu'à travailler.
 

 


Zoé recherche un présentoir et des sacs "foodgrade".







Tout, je dis bien tout, a posé problème !
L'imprimeur. Si vous êtes habitués du blog, vous vous en doutez : on a eu une enquète de plusieurs jours l'an dernier pour trouver le mieux de Jaipur... eh bien il n'a pas de papier jaune paille, il nous découpe des feuilles à l'arrache, aucune n'a la même taille et les bords sont effilochés !
Il ne peut pas imprimer nos créations car il n'a aucun logiciel compatible adobe. Même pas acrobat... ça nous a trop énervés on finit par tout reprendre et faire nous-mêmes avec l'imprimante et du papier en ramettes trouvé ailleurs. J'assure le découpage au ciseaux. Trop dur.
Zoé se mets à la recherche d'un massicot.  Trouvé !
Enfin, une sorte de massicot : on le regarde et ensemble :

 Mais, tu t'es fait avoir, il coupe pas ton truc !
Zoé en roulant des yeux :
Ah oui, je sais, j'ai vu aussi mais c'est "desi" (ça signifie "local" en hindi, moi je dis "d'ici" mais bien sûr si vous avez l'oreille hindie c'est pas du tout pareil !) regardez bien. C'est la planche qui est aiguisée. Si si j'ai essayé ça coupe.
Quoi ? mais qu'est-ce que tu... ah ben mince alors ! C'est vrai, c'est la planche qui est aiguisée. Non mais il sont trop fort. Imagine "ils ont aiguisé la planche". tu t'entends le dire ?
Vous ne pouvez probablement pas comprendre tout de suite mais c'est simple. C'est super créatif : la planche où on pose les feuilles présente un petit bord remontant qui est effectivement aiguisé comme un rasoir et qui fait effet ciseau avec le "couteau" qui descend mais qui lui est non coupant. Trop fort ! Comment on aiguise ? mystère...
11-09-28 au pearl 1e jourLes paniers présentoirs en osier (bambou ici) coûtent plus chers qu'en Europe, faits sur mesure ce n'est même pas envisageable, ils ont 2 tailles "point". Zoé finit par trouver. Cher. Tout en plastique pas alimentaire mais l'aspect esthétique est correct. (La couleur verdâtre sur la photo est donnée par la tonnelle du peacock-restaurant !)
Et le bouquet pour la fin : les sachets-boulangerie, vous savez ces trucs que vous ne remarquez même plus en France... il n'y en a aucun de type "alimentaire" ici ! Zoé se lance dans la recherche de feuilles de papier foodgrade dans lequel on pourrait faire faire des sacs. Elle finit par trouver : 8 à 12 roupies (15 centimes d'euros) le sac taille 2 croissants. Ce qui signifie aucun bénéfice sur un croissant ! En France pour vous donner un ordre d'idée 0,8 centime d'euro le sachet taille 4 croissants.
Zoé au vendeur de sac :
Mais comment font les vendeurs de pâtisseries indiennes ?
Ils en achètent des lakhs et des lakhs (unité indienne, 1 lakh = 10 000) !
Parce que c'est moins cher si on en prend beaucoup ?... Ben dîtes-moi : combien je dois en prendre pour avoir le prix minimum ?
Non, c'est pas moins cher mais ils vendent beaucoup de gâteaux. Des lakhs de gâteaux.
... mais... c'est pareil, ils gagnent pas plus sur chaque vente.
— Mais si puisqu'ils en vendent beaucoup.

Si vous avez envie de continuer cette conversation, euh... bizarre... Elle, elle a laissé tomber...
On a été obligé de prendre des sachets d'un genre de kraft. Mais méfiance, au bout de quelques heures ils donnent un goût de carton au contenu. Nous reviendrons de France avec des "alimentaires". 

 

Après, départ de Zoé pour le Népal, pas de possibilité d'arrangement pour le permis de séjour...

Enfin, le lundi on peut commencer... Le patron du Pearl :
 Euh oui c'est vrai j'avais dit lundi mais en fait, c'est Dashera mercredi (jour où Râma a tué Ravan dans la mythologie).
Mais tu n'est pas hindu, t'es sikh !
Oui mais bon, les croyances hindues sont bonnes aussi, ça porte chance de commencer quelque chose ce jour-là...

Ok, on démarre mercredi 28 à 8 h...
11-09-28 peacock-rooftopEnoch et Madan se sont calés pour tourner la pâte la nuit. Ils commencent à 22 h pour finir vers 2 - 3 h.

11-09-28 au Pearl-palace






 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                            J'accompagne Zoé pour l'encourager à aborder les clients, c'est parti... et ça plaît... on peaufine notre approche et notre présentation pour être au top le le11-10-10 accident au pearlndemain avec des badges.

Et vlan, je tombe dans les escaliers ! la saga continue mais version sombre pour moi... Je souffre un max, j'ai une épaule déboîtée et le tendon d'Achille coupé ! pour une marche, la dernière, plus petite que les autres alors que je connais les escaliers du Pearl, et je sais que cette marche est plus basse. Incompréhensible !
Je parlerai du système hospitalier dans un autre article. Là je reste sur "la maison du bonheur" où un taxi nous ramène après la 2e opération.
Impossible de marcher même appuyée sur Enoch. Je finis en rampant sur le sable brûlant pour arriver aux marches du sous-sol. Non, c'est vrai, je ne la joue pas mélo. Le plâtre pèse un âne mort. Il remonte sous le genou donc je ne peux pas plier et tout mon corps me fait mal, jusqu'à ma main devenue bleue à cause de l'interface de la perf'.
Zoé m'a acheté un fauteuil roulant. Maintenant je vais mieux...
                                         11-10-05 toilettes sèches 


Je capte internet grâce à une rallonge parce que dans le sous-sol ça captait pas. J'ai un talky pour que ceux de l'étage ne m'oublie pas, j'ai même mes toilettes perso à côté du lavabo : Enoch m'a fabriqué des toilettes sèches car les toilettes de la fabrique sont dehors, genre "cabane au fond du jardin" ! Nous avions étudié ce système pour le hameau mais on avait abandonné par flemme de vider le "tiroir" une fois par semaine. Du coup là on a essayé et c'est vrai, avec la sciure, il n'y a auncune odeur. Enoch s'amuse à me dire "t'as gratté ta litière ?"




Le ricksha est revenu, tout pimpant, customisé à l'indienne. Ils ont écrit "rickshow" sur la vitre, jeu de mots non voulu mais marrant !11-10 ricksha customisé On ne sait toujours pas qui peut le conduire : on nous a dit qu'il y avait un permis différent pour chaque véhicule. On s'est demandé si il y avait des permis chameaux et des permis éléphants. En tout cas là, il faut une licence commerciale, un conducteur avec une licence privée peut-il conduire ? Pour l'instant personne ne nous a donné la réponse. On a vraiment besoin d'un avocat compétent mais où le trouver ? c'est pas faute de chercher... Pour éviter que la batterie ne se décharge, Zoé le conduit pour faire les courses proches.

11-10 ricksha customisé







11 09 doggies sur le palier de l'escalier









Les marches de l'escalier sont posées, Enoch et Zoé ont montré le roof aux chiens, résultat ils y ont élu domicile ! Nous leur avons offert un matelas, Goulu était si content ! Laboulette l'a détruit en une nuit mais bon, les 2 autres sont bien quand même, ils dorment direct sur le kapok ! Laboulette fait souvent des trucs bizarres qui nous surprennent. Zoé dit qu'elle est un peu bête mais Enoch lui réponds "Non, elle n'est pas bête, elle pense différemment c'est tout !" : elle a été la première à s'installer près de la porte de la boulangerie. Comme je suis en permanence coincée dans le bureau-chambre, la clim marche. Elle profite d'un petit air frais qui passe sous la porte et un peu plus quand quelqu'un entre ou sort, si c'est pas malin ça !

C'est rageant mais je n'ai pu avoir qu'un aperçu photos des nouveaux meubles installés dans le salon... Les chats s'y plaisent à fond. D'ailleurs il y a une histoire qui dit que les chats créent le monde pour leur bien-être, comme ils n'ont pas de mains et pas d'envie de faire eux-mêmes de tout manière, ils dirigent leurs maîtres par télépathie. Vous savez, quand les chats regardent fixement quelqu'un pendant un long moment sans vraiment dormir ? Eh ben voilà. Nous en avons des exemples tous les jours ici : Nisha s'installe sur les journaux pour que Madan sache comment laver les vitres, il dirige Enoch de la fenêtre pour qu'il trouve un système ingénieux de fixation des marches...

11-09-11-marches-enoch






11 09 11 nisha et les marches de l'escalier









mais le spécialiste reste Channamasala, il s'occupe de tout :
oblige Madan à balayer pour retrouver ses balles disparues sous les meubles, lui explique les dosages de chaux-plâtre, inspire Enoch pour le tadelakt,11-10 channamasala fait du tadelakt gère mon cahier de notes d'électricité en s'y couchant en permanence, a suggéré à Zoé de trouver des sièges confortables pour le salon, hurle à la mort quand il faut changer la litière : "un pipi et c'est sale"...11 09 chanamassala-et-la-chaux11-10-08 salon meublé11-10-08 meubles

Repost 0
Published by sylveno - dans au jour le jour
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 10:24

08 Goa loin-des-plages Pourquoi installer le premier spot de la boulangerie à Jaipur ? Nous avons visité plusieurs coins de l'Inde avant de nous décider.
Nous vous emmenons faire un petit tour des endroits où nous avons séjourné.


Je commence par Goa, 2 articles carrément, c'était tellement bien...
Situation géographique : sud de l'Inde, côte ouest

Conclusion de l'enquête :
pas intéressant pour y installer une boulangerie car la saison touristique est extrêmement courte (déc et janv). On ne peut pas louer un local, l'isoler et entreposer des machines coûteuses pendant 10 mois sans rentrée d'argent.
Le reste de l'année c'est très calme, impec' pour quelqu'un qui veut se reposer, les paysages sont beaux, il n'y a pas de surpopulation comme à Jaipur par exemple. Mais nous les touristes, on a besoin...

C'est raté pour l'entreprise mais pas pour un mois de vacances en décembre ! Le pied !

Colonie portugaise jusqu'en 1962 Goa a une ambiance totalement différente du reste de l'Inde. 27% de la population est chrétienne, catholique. Il y a à Panjim des monuments impressionnants comme l'église Saint François d'assise et la cathédrale Sainte Catherine. En décembre, toutes sortes de crèches décorent les rues, les magasins, les jardins.

08 Goa scooterGoa est l'endroit idéal pour se déplacer en scooter sans risque pour ceux qui ne sont pas habitués au mode de circulation à l'indienne. Il s'en loue un peu partout et on les alimente avec de l'essence vendue dans des bouteilles en plastique au bord des routes. C'est bien sûr totalement interdit mais couramment pratiqué !

Nous ne sommes plus au temps des hippies et les célèbres raveparty sont maintenant interdites mais une faune humaine particulière (voir Goa la part 2) continue à donner son charme à cet état.
Le plus impressionnant est le nombre de russes. Très riches et très jeunes ils débarquent en jet privé. Tout le monde dit que c'est des enfants de la mafia en vacances. Ils ont un quotidien en cyrillique édité à Calangute ! Après renseignements nous avons appris qu'en 2010, pas moins de 80 000 Russes ont visités Goa ! Au début du mois de février 2011, les autorités indiennes ont limité les visas à un mois, au lieu de trois ou six comme avant et ont appliqué cette règle à toute l'Europe ! Selon l’ambassade de l’Inde à Moscou, 1 400 russes ne sont pas rentrés chez eux l’an dernier. « Certains ont même brûlé leur passeport russe pour rompre tout lien avec la mère patrie ». Nous avons par ce biais l'explication de la difficulté pour Zoé d'obtenir son droit de résider plus d'un mois sur le territoire indien !

Plages : on se baigne en décembre
. Même si la qualité de l'eau laisse à désirer, les distractions ne manquent pas : parachutes ascensionnels, moto des mers... 

08 Goa la plage de Calangute scooter des mersactivités nettement moins chères qu'en Méditerranée ! 08 Goa plage de Calangute08 Goa villa de bord de mer









08 Goa parachute ascensionnel pour Zoé





Dans ces villas du bord de plage, le service à domicile est assuré par les resto voisins.

08 Goa Enoch en scooter
 En ville, vrai marché tibétain mais cher, "le tibétain connait la valeur de son art" ! *
 

*Vous trouverez de temps en temps des généralités de ce style, c'est devenu une blague interne dont je vous explique l'origine : nous sommes à Kovalam (pointe sud du Kérala) au restaurant "Lonely planet" (il portait ce nom avant le fameux guide !). Deux françaises occupent la table à côté et nous ne pouvons pas faire autrement que d'entendre leur conversation : dans ce resto super tranquille où nous venons presque tous les jours, elles sont les seules à parler fort... Elles viennent de se rencontrer, elles sont toutes les 2 anciennes enseignantes et partagent comment elles "occupent" leur temps en retraite. Caricatural au possible, plus stéréotypé tu meurs. Le ton... surtout de l'une, les récits de voyages ! et le discours est étayé de généralités pour étiqueter chaque peuple "le chinois est sale", "le thailandais est servile"... et j'en passe ! ça nous a fait trop rire... depuis, nous nous amusons à classer bêtement, d'où "le tibétain connait la valeur de son art", celle-là est de Zoé devant les prix pratiqués dans les marchés tibétains ! "le tibétain se sent soutenu par le monde entier" ce qui l'autorise à faire raquer les touristes, celle-là est de moi ! lol

L'intérieur du pays est très différent de la côte, nous ne résistons pas au charme des habitations, en briques de latérite et aux toits pentus comme en Europe, couverts de tuiles.  

08 Goa maison traditionnelleLa latérite est une roche rouge, qui se forme par altération des roches en climat tropical, les indiens y taillent de grosses briques. Quand elles sont laissées brutes, elles noircissent car elles contiennent du fer. En décoration intérieure, beaucoup les vernissent ce qui leur garde leur couleur rouge, c'est magnifique. 08 Goa latériteCes maisons d'un style très européen sont toujours entourées de grands jardins plantés de bougainvilliers, de palmiers et d'anacardiers.

  cajous fraîches

 

Ce sont les Portugais qui découvrent l’anacardier en 1538 au Brésil. Ils l’introduisent dans leurs colonies. En Inde, à Goa, il sert à contrôler l’érosion.
Au-dessus de la coque, on voit un faux-fruit rouge ou jaune
en forme de coeur retourné appelé pomme cajou. On peut la manger telle quelle ou en confiture. Dessous, la noix qui contient l'amande.
Le décorticage pour atteindre l'amande est délicat, traditionnellement on place la noix sur le feu ce qui
élimine ses huiles caustiques et brûle la coque.





En 1920, les indiens ont trouvé comment récupérer l'amande dont ils raffolent, sans perdre l'essence inflammable
contenue dans la coque. Cette essence se vend chère car elle sert à fabriquer des encres indélébiles, des vernis... 

Jusqu'à l'invention des machines à décortiquer (1963), les autres pays leur envoyaient leur production brute, ils étaient dans une situation de quasi-monopole.

Au cours de notre premier séjour en Inde, on a trouvé pour la première fois des cajous fraîches dans un marché. Enoch savait que la pomme au-dessus se mangeait et il a aussi voulu casser la coque avec ses dents. Il ne connaissait pas cette histoire de péricarpe caustique. En 2 secondes ses dents étaient colorées, ses lèvres collées, toute la bouche lui brûlait, il s'est rincé tout de suite, hyper longtemps... Pour réparer ses lèvres il a fallu des feuilles d'aloes, un tube de baume Himalaya et plusieurs jours ! Le jaune sur les dents a fini par céder au brossage. Ça m'a fait une de ces peurs !
L'Inde reste le premier pays consommateur et producteur avec environ 250 000 tonnes annuelles de noix brutes (près de 60 000 t de noix traitées). À Panjim (capitale de Goa), surtout ne vous repérez pas par rappor
t à un cajou-shop ! il y a des centaines de boutiques vendant et exportant des cajous : nature, grillées, salées ou colorées et parfumées... c'est très impressionnant. Il y a aussi des plantations de cajou au Kérala.
On a goûté au feni, alcool fort obtenu par distillation des pommes cajou fermentées
.

L'alcool étant autorisé dans cet état, la sève de palmier est récoltée pour en faire un vin. Nous avons enquêté et trouvé un producteur...
08 Goa vin de palme
vin de palme
  

08 Goa vin de palme






 

 

 

 

 

 



Il coupe le bourgeon floral
en haut du palmier ou il incise directement le tronc comme pour le latex ou la sève de bouleau.





La sève est recueillie dans une bouteille. Un arbre peut produire plusieurs litres par jour, pendant un mois. Le vin ressemble à du cidre mais doit être bu très vite : 72 h après la récolte il est déjà à 12° et 4 jours plus tard c'est du vinaigre.

Nous sommes partis tester ce liquide blanchâtre et pétillant le soir sur la plage. On a vite été un peu pompette et quand on a visité le casino, on a eu la sagesse de ne pas jouer; Même dans cet état "libéral" les jeux d'argent ne sont pas autorisés, la loi qui les interdit sur le sol indien est détournée en proposant des casinos sur la mer !08 Goa casino sur l'eau(suite dans "réveillonner à Goa")

Repost 0
Published by sylveno - dans voyage
commenter cet article