Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 00:06

Tout au long de l'année vivent, sur les trottoirs de Jaipur, les "gens qui travaillent avec le sable". Ils fabriquent toutes sortes de poteries : les verres à lassi, les jarres pour décanter l'eau, des représentations de dieux... Au moment de diwali il est de tradition de décorer son jardin avec des statuettes de musiciens, de dromadaires, d'ânes ou d'éléphants. Les indiens placent aussi un peu partout des lampes à huile.

Pour l'anniversaire de Ganesh quelques familles sont installées près du temple principal, le long de JLN road. Ils ont abandonné l'argile pour le plâtre. 12-09-19-ganesha-trottoirIls modèlent avec beaucoup de soin des représentations du dieu à tête d'éléphant dans du plâtre fixé sur une ossature de fibres de coco et de bois.12-09-19-ganesha-structure Les proportions, le drapé des vêtements, tous les détails sont fixés par la tradition et magnifiquement représentés. Je ne sais pas si on peut les appeler des artistes parce qu'ils n'inventent rien, ils reproduisent à l'infini les mêmes statues dans des tailles et des couleurs différentes. Ils ont appris les gestes dès leur plus jeune âge et ils exécutent de façon parfaite leur technique.

12-09-19-ganesha-artiste-en-herbe

12-09-19-ganesha-peinture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hindouistes défilent pour acheter leur statuette. 12-09-19-ganesha-choix12-09-19-ganesha-prix12-09-19-ganesha-emballéLes prix varient en fonction de la taille : un ordre de prix 250 roupies (moins de 4 euros) la petite de 30 cm de hauteur comme celle emballée en rouge. Aujourd'hui dernier jour possible pour les achats, les prix sont donc en hausse m'a expliqué ce couple... Je n'ai pas réussi à évaluer la géante de plus de 2m de haut, le vendeur m'ayant donné le prix pour les blancs c'est-à-dire en ajoutant plusieurs zéros  ! 

12-09-19-ganesha-ricksha12-09-19-ganesha-scoot

 

 

 

 

 

VA 12-09-19-ganesha-voiture

 

 

 

 

 

 

 

 

Transportée à pied, en voiture, en scooter, en ricksha puis installée dans la maison la statue fera l'objet de dévotions avec rituels familiaux pour, à la fin du festival, être immergée dans un lac.

 

À Jaipur les endroits sont rares et le plan d'eau du Jal Mahal reçoit un nombre considérable de statues.

Ce qui autrefois respectait le retour de la terre à la terre est aujourd'hui dommageable pour les réserves d'eau car si le plâtre est un produit peu polluant, par contre  les peintures en Inde contiennent encore des métaux lourds...

Repost 0
Published by sylveno - dans sauver la planète
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 16:46

Il n'a presque pas plu en juin et juillet contrairement à l'année dernière... Là depuis le 12 août ça y est, l'eau est là...12 08 12 mousson 5e jour de pluie
et avec elle la verdure et les animaux. Encore aucune construction directement contre notre maison, le lotissement se transforme en pâturages.12 08 mousson autour de Jagatpura  
Les moutons, chèvres, buffles, chameaux arrivent de toutes les fermes alentour pour profiter de l'herbe.transhumance à l'est de la maisontranshumance au nord de la maison moutons : mousson 2012

Nos chiens ont fort à faire pour sécuriser le périmètre jardin de la maison du bonheur ! camels : mousson 2012Notez au passage que le jeune gardien de chameaux a grandi et apprécie nos pains au chocolat !12 08 repos des chiens
Le 21 dans la nuit il a plu "des chameaux et des éléphants", du jamais vu depuis la naissance de Zoé :
170 mm d'eau tombée en 2h, 14 morts dans les bastis ! Des quartiers entiers avec de l'eau dans les maisons à hauteur de cuisse d'homme ! Nous n'avons rien eu dans le sous-sol de la boulangerie puisque rien n'est goudronné ou bétonné autour de chez nous. Le sable a tout absorbé, de plus, le lotissement est entouré de canalisations. 12 08 mousson vue ouest

En ville rien n'est prévu. L'eau s'accumule à certains endroits obligeant les cyclistes à porter leur vélo sur la tête. Les voitures ou motos n'osent pas s'engager car les trous creusés par l'eau dans les routes ne sont pas visibles on ne peut jamais en évaluer la profondeur et donc on ne connait pas la hauteur de l'eau. Après la mousson généralement toutes les routes sont à refaire. 
L'an dernier sur une esplanade pour bus à Bikaner-house-Delhi, j'ai pensé que ce béton ne pouvait qu'être au même niveau : j'ai enlevé les chaussures, replié le pantalon, je marchais dans 20 cm d'eau, cool ! quand tout à coup je me suis enfoncée jusqu'au genou : une plaque d'égoût était cassée ! Je ne renouvellerai jamais l'expérience : j'aurai pu me casser une jambe ou disparaître au fond d'une conduite en béton !
Il ne fait pas bon voyager en ricksha-deshi, heureusement que le notre a des amortisseurs corrects. 
Mais la pluie est vraiment une bénédiction pour l'approvisionnement en eau de tous les puits et elle a aussi ses joies :mousson jaipur 
Zoé n'a malheureusement pas pu photographier les gamins qui faisaient des glissades "sans les bras, sans les jambes" devant Ganpati
 plaza, sur le marbre mouillé. Des marchands les ont chassés pour racler l'eau...

Repost 0
Published by sylveno - dans environnement
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 17:07

Anatomie et comportements comparés du chat européen barthésien et du chat asiatique jagatpurien
Les sujets d'étude : CHArabia, isis, niSHA, CHAnnamassala 


Anatomie comparée :

Le chat asiatique se distingue par
ses oreilles11 channa-les-grandes-oreilles beaucoup plus grandes que celles de son cousin européen. Le spécimen Channa est plus marqué que son frère Nisha.







La deuxième caractéristique qui frappe l'oeil est la longueur des poils.
Ceux de Charabia, chat dit "à poils courts", forme un épais pelage plus dense encore en hiver qu'en été. Idem pour Isis chatte européenne à poils mi-
longs.Isis 12 au coin du poëleCharabia 10 08 chat européen
Les poils de Channamassala et de Nisha sont ras.12 06 boule-blanche On voit le rose de la peau de Channa par endroits.
Pourtant la douceur au toucher est de soie pour Channa, de velours pour Nisha ou l'inverse..
.
Les points sur le pelage ne se voient que chez cette race.






12 peau-sous-les-bras
Un examen plus approfondi montre pour nos deux rajasthanais une peau reliant les pattes avant aux côtes, rappelant celle des écureuils-volants. Jusqu'à présent la faculté de planer n'a pas été observée chez l'un ou l'autre des sujets. 





Le miaulement se retrouve chez les 2 espèces. Les 2 indiens présentant une particularité : ils chevrottent quand ils aperçoivent une proie. C'est vraiment un bruit très particulier, on a entendu la mère de Channa le faire aussi.

12 06 chasse

12 06 à-l'affut











11 01 20 nisha-et-sa-proie
Le chat asiatique est plus longiligne, sa queue est plus fine que celle des européens. Cette forme évacue mieux la chaleur.


Pour les compo
rtements, le nombre de spécimens observés étant réduit il est difficile d'aboutir à une généralité. Je dirais que comme pour les chats européens, les chats asiatiques ont des comportements "chats" et des comportements "personnels".

Comportements chats :

Ils ont plus d'activités la nuit.Chara 12 06 lapin attrapé

Chara chasse le soir et vers 4h du mat'. Il rentre parfois avec un lapin attrapé près de l'étable à 200 m du hameau. Lapin qu'il mange entièrement ne laissant que les pattes et la peau. Chara 12 06 restes-lapin









Isis chasse quand elle a faim, campognols surtout mais parfois rats que Rémi "cueille" dans le silo à maïs ! Elle est plus rapide que Chara pour les attraper !Isis 12 j'ai un rat !








Channa et Nisha font de folles poursuites ds la maison qui les amènent à devenir les rois du "parkour". La spécialité non photographiable malheureusement consistant à tourner à fond la caisse dans le couloir en prenant appui sur le mur au virage à plus de 50 cm de haut ! Beaucoup de meubles ou objets placés sur leur route valsent ds tous les coins.

 

 

 


Ils dorment énormément de temps, surtout le jour.

1203 nisha-sur-l'autel11 12 channa-dort-sur-l'imprimanteIsis 12 au coin du poële
Ils sont demandeurs de caresses, ronronnent et signifient qd ils en ont assez, d'un coup de patte ou de dent léger mais ferme.
 

Comportements particuliers venant du caractère plus que de la race :

Chara a été maltraité par un gamin quand il était tout petit. Il en garde une peur des gestes brusques ou des mouvements trop rapides et soudains. Il n'apprécie pas être en présence de plus de 2 humains à la fois. La musique et le bruit de l'aspirateur le font fuir une pièce à toute vitesse. Le balai qui remue aussi. Il reconnaît Peter et sort de la cuisine en sautant par-dessus notre majestueux paon sans le craindre. Il fuit les autres et particulièrement les paonnes qui se précipitent pour le piquer s'il passe trop près à leur goût.
Ses défauts : il miaule le matin pour avoir sa pâtée et ne sait pas s'il veut des caresses ou manger !
Ses trucs mignons : il bave qd il est caressé longtemps et pétrit "son" humain de ses pattes de devant, pas forcément très agréable pour l'humain s'il est finement vêtu !

Isis a été adoptée à l'âge de 2 ans. Elle vivait chez un garagiste ce qui nous oblige à être très prudents car se placer sous les roues de la voiture est son endroit préféré pour s'endormir ! Aucun bruit ne lui fait peur : pendant les danses endiablées ou les exercices bruyants des stagiaires elle reste imperturbable dans l'atrium, passant totalement inaperçue étalée sur une peau de mouton. Lors du passage de la télé le mois dernier au hameau, elle a failli être piétinée plusieurs fois car elle avait pris place juste à l'entrée de la gloriette et dormait quoiqu'il advienne !
Son truc mignon : Elle est totalement "molle", se laisse porter comme une poupée de chiffon et fait semblant d'être trop petite pour sauter sur les genaux !
Ses défauts : elle "fait sa blonde" pour avoir ce qu'elle veut. Elle doit être surveillée car elle essaie de rester dedans la nuit et fait pipi là où elle est !
 

Nisha a un attachement particulier à sa patronne, il lui mord le poing comme un matou la nuque de sa femelle. Il lui voue un amour total et inconditionnel.
Quelques infidélités 
pourtant si elle part trop longtemps !11 10 calin12 06 ventru


Son truc ninin :
Quand Zoé le porte il est tel un poupon,
en totale relaxation,
"rien de mal ne peut lui arriver".



Son défaut : On l'a formé à l'attaque pour qu'il puisse se défendre dans les rues indiennes : quand on le caresse un peu trop il nous attaque.
On ne peut pas le laisser sortir malgré sa formation : 
reconnaitre un prédateur d'une proie c'est difficile à acquérir, les risques sont trop grands surtout à cause des bandes de chiens sauvages et des indiens qui ont une superstition négative sur les chats.

11 02 léopard

Channa reste très bébé,11 02 Channa tète ! très expansif, imposant totalement ses envies. Si je m'assieds pour écrire, il saute sur mon carnet et s'y installe en s'étalant un max. Quand il faut le caresser c'est de suite. Il a réussi à se faire aimer de Laboulette qui même si ça la surprend et parfois l'énerve, le laisse jouer avec sa queue ou se frotter contre elle.

Ses défauts :
Il continue à avoir besoin d'être "sollicité" pour faire pipi : il faut que sa litière soit toujours propre et qu'il entende le bruit d'un grattage de "graviers". Il ne baisse pas ses fesses ds la litière ce qui lui fait éclabousser les murs ! 12 06 j'ouvre-les-portes12 06 sens-difficile-de-la-porte






















     




Ses trucs marrants :
Il sait ouvrir les portes dans les 2 sens ce qui nous oblige à les verrouiller quand on ne veut pas qu'il passe
!



Repost 0
Published by sylveno - dans nos animaux
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 23:34

L'Inde est l'un des pays les plus polluants de la planète. D'après l’Agence Internationale pour l’Energie, l’Inde deviendra le troisième émetteur de dioxyde de carbone d’ici 2015. Et pourtant, l’Inde est aussi l'un des pays en pointe dans le domaine des énergies renouvelables, et plus précisément des éoliennes.
En Inde, la nuisance visuelle des éoliennes, sujet sensible en Occident, n’est pas du tout perçue : il y en a de nombreuses à Jaisalmer au Rajasthan, sur l’un des sites touristiques les plus populaires du pays. Si vous venez en Inde vous comprendrez en regardant toutes les constructions disparates, de béton, de tôles recouvertes de peinture criarde tout le long des routes du pays que personne ici ne perçoit l'esthétique de façon globale intégré à l'environnement ! Oui, bien sûr, individuellement une minorité (infime) soigne l'aspect de son habitation mais à côté de ça, jette comme les autres ses poubelles sur le terrain vide d'à côté...

L’Inde, avec ses milliers de kilomètres de côte, est un pays parfaitement adapté à l’énergie éolienne. Son potentiel d’énergie éolienne est estimé à 45 000 mégawatts, soit un tiers de la consommation d’énergie totale du pays. Au Tamil Nadu, en 2008, nous avons photographié ces premières éoliennes aux environs de Nagarcoil.
Tamil nadu : éoliennes de Nagercoil
Il y a un grave manque d'électricité, un déficit énergétique qui nuit au monde des affaires et à l'industrie. L'Etat indien le plus industrialisé, le Maharastra, a un déficit de quelques 4 000 MW par mois, ce qui l'oblige à des coupures de courant de 4 à 8 heures par jour. Nous au Rajasthan, un jour sur 2 l'électricité est coupée, c'est par quartier et surtout pendant les fortes chaleurs de mai-juin. C'est par rapport aux clim'. Pour la boulangerie on ne peut absolument pas prendre le risque de travailler le jour à cause des coupures.
C'est un gros industriel qui a lancé le premier l'installation d'éoliennes. Pour l'instant les parcs fournissent 7 % de la capacité indienne installée. L’énergie éolienne en Inde est toujours un secteur minoritaire comparé à l’ensemble des besoins d’énergie de ce pays immense, qui est dépendant du charbon et du pétrole.
Dans le Karnataka, une installation "énergies renouvelables" géante a commencé en 2011 : 20 % d'énergie éolienne et 80 % d'énergie solaire. 50 milliards de dollars vont être invertis dans ce projet sur 10 ans.Tamil nadu : éoliennes
La France occupe le 4e rang européen pour cette énergie propre, derrière l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie. Comparée à l’Allemagne par exemple, l’énergie nucléaire a un poids beaucoup plus important en France. Elle couvre environ 80 pour cent du besoin énergétique. En Europe, des associations protestent contre la dégradation visuelle provoquée par les éoliennes et les risques pour les migrations d'oiseaux...
Mais bon, une centrale nucléaire se fissure ou explose et qu'est-ce qu'il reste de l'écologie et des petits oiseaux migrant ou pas ?
Les éoliennes nécessitent du vent, un minimum d'environ 4 m/s pour entrer en fonctionnement. Il ne faut pas non plus que ça souffle trop en permanence, au-delà de 25 m/s (soit 90 km/h) ça craint pour elles...
Chez nous, en Midi-Pyrénées, l'électricité vient en gros pour les 2/3 du nucléaire (centrale de Golfech) et pour 1/3 de l'hydraulique (Pyrénées et Massif central). L'éolien occupe désormais la troisième place avec 4 % (200 mégawatts installés). panorama : éoliennespanorama : éoliennes

 

L'Aveyron est actuellement le plus grand parc éolien de France suivi du Pas-de-Calais.
Le Tarn a commencé à Assac. En descendant le chemin pour arriver au hameau on aperçoit les dix géantes, la nuit leurs feux rouges clignotent. Elles paraissent minuscules et pourtant : 200 tonnes chacune, 125 mètres de haut, avec des pales de 90 mètres de diamètre.

Repost 0
Published by sylveno - dans sauver la planète
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 19:00

Kovalam pêche 03Manger du poisson, quel régal ! La vie en dehors des massages et du varmkalai peut se résumer à ça... c'est parfait !
Goa est au bord de la mer mais dans les resto, du bœuf, du porc à la mode portugaise, peu de poisson. Ici, à Kovalam on a tout essayé... les calamars grillés restent mon meilleur souvenir. Et quand on a des envies végétariennes après cette orgie poisson on va au Lonely planet (eh oui le resto s'appelait déjà comme ça, avant le guide célèbre, parait-il).
Le matin tôt, les pêcheurs placent puis ramènent leurs filets. Scène typique, ravissant les touristes. Elle nous a donné l'occas' de belles photos !Kovalam pêche 01 Kovalam pêche 04Kovalam pêche 08Kovalam pêche 10Mais c'est beaucoup de boulot pour quatre poissons et la moitié d'un qui sont négociés directement sur la plage entre le chef des pêcheurs et les femmes.Kovalam pêche 15Kovalam pêche 16



















Rien à voir avec ceux, énormes, des vitrines du bord de mer : requins, crustacés... L'explication, on la comprend la nuit : des lumières par centaines à l'horizon, bien loin de la côte... celles des immenses chaluts qui raclent le fond de la mer et peuvent fournir tous ces hôtels blindés de riches touristes...
Pour combien d'années encore avant épuisement complet ?

Repost 0
Published by sylveno - dans voyage
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 13:47

Kovalam : plageCe minuscule village du Kérala était dans les années hippies un point de rendez-vous important avant le départ pour le Sri Lanka (Ceylan jusqu'en 1972). Les habitants ont su réagir et s'ouvrir entièrement au tourisme.Kovalam : plage Le bord de mer est une rangée d'hôtels et de restaurants servant essentiellement du poisson. Des centres ayurvédiques se sont ouverts un peu partout proposant médecine et massages. Même les tailleurs se sont mis au goût "western" et proposent de copier "same same" n'importe quel modèle. Et c'est vrai qu'ils sont aussi pro que notre tailleur de Delhi dans Paharganj ! Tous les tailleurs indiens savent recopier un modèle simple, très peu s'attaquent à un modèle complexe, je n'en connais qu'un à Delhi et un à Jaipur, ce qui est minime comparé aux milliers de tailleurs que ces villes abritent !
Dans ce petit village de Kovalam nous en avons trouvé 2. L'un de ceux-ci est même un phénomène dans le genre : il sait faire quelque chose d'impeccable à partir d'un simple dessin, ce qui, vue la différence de représentation graphique entre occidental et indien est proprement incroyable.
De même que pour les tailleurs, j'ai commencé des tests dans les centres de massage.Kovalam : centres ayurvédiques
Le premier : massage par une femme aux "mains mortes".
Explication pour ceux ou celles qui n'ont pas reçu souvent de massages ou qui croient qu'il suffit de connaître des gestes pour être un bon masseur :
point 1 :
le BA-ba du massage, un bon masseur doit avoir conscience qu'il touche quelqu'un, un corps vivant et un individu avec des émotions, des ressentis. Une masseur qui discute avec sa copine ou répond au téléphone ou sort fumer en milieu de séance peut créer un stress chez le massé plus intense que ce qu'il éprouvait avant la séance...
En point 2, je dirais : finir son geste. Quand on masse la jambe par exemple de haut en bas, ne pas s'arrêter à la cheville laissant le pied en "manque".
En point 3 : mettre une certaine pression. dans le toucher. Massage n'est pas caresses ou chatouilles...
Si ces 3 points ne sont pas respectés ça donne une sensation de "masseur aux mains mortes" extrêmement désagréable.
En point 4 : ne pas tirer vers le bas le visage ou ramener vers le centre le visage ou le ve
ntre. Ça donne une vraiment sale impression.

Dans les massages suivants, dans différents centres, je n'ai pas une seule fois trouvé les quatres points appliqués.

Je vais y renoncer quand Enoch semble avoir trouvé un maître en varma kalai.varma : fin-de-l'enquête Les jeunes du club nous font une petite démo :

varma-apprentissage : démo-écolevarma-apprentissage : école-démo












Le centre où le maître donne des soins propose aussi des massages.
Je décide d'essayer : je suis une femme donc on me confie à une masseuse et là c'est l'apothéose... de la bêtise: elle me fait carrément mal, très mal. Je demande de l'aide, on me répond qu'il arrive que le massage soit douloureux... oui ben ça va, je suis quand même masseuse aussi non ? Alors oui, ça arrive quand on tombe sur une zones bloquées ou engorgées mais là quand même non mais attends, elle me pince carrément. C'est pas calculé pour enlever des douleurs ça !
Elle continue néammoins. Bon peut-être que maintenant elle le sait et qu'elle va le faire autrement... mais non ! Bon, je la fais arrêter, j'ai tellement mal que j'en pleure...
Le lendemain mes bras sont recouverts de bleus. Je retourne au centre de soins pour le montrer au patron. Il a l'air très embêté et oblige la masseuse à s'excuser. Piètre compensation . Il me propose un massage gratuit par quelqu'un d'autre de plus compétent mais j'ai vraiment pas envie de tenter !

Quelques jours plus tard je rencontre une italienne sur la plage qui me dit venir à Kovalam depuis 10 ans car elle se fait soigner en ayurvéda. Son masseur s'appelle Gigi. Elle est tellement convaincante que je décide de tenter un dernier essai... Ouf, enfin... un vrai masseur. Une vraie technique.
Gigi me propose de rencontrer le médecin de son centre qui me prescrit des massages adaptés à ma problématique globale. Je peux lui poser plein de questions sur les plantes utilisées et me voilà lancée dans la partie ayurvéda qui bien sûr ne s'apprend pas en un jour. J'ai le temps car Enoch a réussi à négocier des séances individuelles 2 fois par jour avec le prof et de temps en temps du travail au kalari (l'arène où se déroule l'entraînement, on dirait en France le dojo ou le stade).
varma-apprentissage-1varma-apprentissage-2
















Ils utilisent le toit terrasse de la guest house, tôt le matin ou tard le soir.

varma-apprentissage-3varma-apprentissage-4















varma-apprentissage-5varma-apprentissage-shaolin

















Pendant qu'Enoch virevolte avec grâce (lol !), je m'aperçois vite qu'il me faudra des années pour assimiler l'ayurvéda, cette médecine traditionnelle indienne. Le massage n'y tient qu'une place minime. Il n'y a pas de gestes spécifiques de massage appris en relation avec la médecine car ce qui compte ce sont les effets des plantes et des huiles. Le new-âge a introduit la notion de massage ayurvédique comme massage relaxant alors que le massage et les soins ayurvédiques n’ont pas une vocation relaxante mais curative. Ils visent à rééquilibrer un terrain, à ôter des tensions, en faisant aborber par la peau des huiles et plantes curatives de première qualité… J'ai passé des séances dans des bains d'huile très chaudes ou recevant des applications de tampons bouillants sur certaines parties du corps, ce n'était pas un massage comme on l'entend ici.
En résumé pour moi ce type de soins que j'ai reçus tous les jours pendant tous nos séjours à Kovalam est intéressant mais pas plus efficace que le massage émotionnel. Je ne me vois pas le pratiquer en France car il est adapté au climat de l'Inde. Il faudrait des dizaines d'années d'études et des dizaines de spécialistes pour trouver les plantes adaptées au climat européen et même encore ça devrait changer en fonction de la saison. Les huiles utilisées sont faites avec des plantes fraîches et sont appliquées à une température très élevée. Pour avoir l'équivalent en France le local doit être surchauffé et masser dans ces conditions est très pénible. Et puis comment se procurer des plantes fraîches ? De plus et c'est le plus important, on ne peut pas pratiquer ce massage sans connaître la médecine associée. C'est extrêmement long, j'en ai eu un aperçu pendant les mois où nous avons séjourné à Kovalam. Ne voulant pas devenir médecin ayurvédique en France, je ne suis pas allée au bout de l'étude de cette médecine.
Intéressant de constater que "le massage ayurvédique" n'existe pas plus traditionnellement que le "massage tantrique" ! 2 noms et 2 techniques inventées par les new-âgeurs pour remplir
leur compte en banque et satisfaire leur ego ?

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 14:09

12-03-Guam-après-sa-nuit-dehors.perplexeVers 23 h Guam sort du jasse avec son patron et quand ce dernier rentre, Guam reste dehors.
OK, je t'appelle quand je me couche !
Quand Rémi l'appelle, Guam répond au bout de quelques minutes par un miaulement particulier et se précipite vers lui. Il aime être dehors seul mais il préfère de loin faire un tour avec le patron. Histoire de lui montrer que le frêne à fleurs au portail de la forêt est son arbre préféré par exemple.
Oui mais cette nuit-là, 2 h plus tard pas de Guam... Recherche rapide dans le noir, pas de chat-léopard...
Quand Charabia le poursuit (eh oui ils ne sont pas encore les meilleurs potes du monde... on est obligé d'envoyer quelques bouteilles en plastiques sur Chara pour qu'il finisse par comprendre que Guam n'est pas un chat-mendiant à chasser du hameau !), le jour, Guam se réfugie dans un houx. Des piquants, des branches fines, 4 m de haut... La sécurité absolue, Chara feint l'indifférence et décide négligemment que comme par hasard cet endroit, le pied de cet arbre est idéal pour se taper une sieste... empêchant ainsi toute descente !

Quand le patron finit par arriver, je descends un peu et je saute sur ses épaules. Là, c'est le pied, traverser le hameau en hauteur et donc totalement en sécurité ! Ce sainte-nitouche de Chara toujours mine de rien se "réveille" à ce moment-là et s'éloigne.
Mais cette nuit Guam ne répond pas à la voix de son maître qui finit par aller se coucher :
 
Il fait doux, c'est un chat, il trouvera bien un endroit pour dormir.
Jusqu'à présent il a toujours dormi sous la couette, collé au patron...
A
ux aurores, petit tour pour trouver le fugueur... Rien...
Enfermons Chara dans la cuisine, ça facilitera le retour du mini fauve !
Toujours rien, Rémi monte jusqu'à l'étable du voisin. Le long du chemin, sous les pruniers, un animal allongé, mort... une grosse fouine !
12-03-fouine-morte.jpg Ouf ! Mais toujours pas de Guam.
Retour à la cuisine :
Hou Hou, tu m'as enfermé avec Chara !
Guam s'est probablement glissé dans la cuisine dont la porte reste souvent ouverte, et s'y est endormi après bien des frayeurs qu'il nous raconte par son comportement le lendemain :
"Une bataille avec une fouine, notez que j'ai gagné sans même la toucher, elle a eu plus peur que moi et elle est tombée raide morte !
Et puis j'ai rencontré un mendiant : un chat étranger, passant dans la rue la nuit, bien plus craignos que Chara, il voulait vraiment s'incruster !
Et puis il y a plein d'odeurs bizarres d'animaux la nuit, ça fout les chocottes !"12-03-Guam-après-sa-nuit-dehors.désespéré

 

 

Maintenant Guaminet se réhabitue doucement à sortir seul mais le premier jour, son patron étant absent, il s'accroche à mes pas, se pose là où il peut me voir,











il hume l'air, en permanence sur le qui-vive !12-03 Guam après sa nuit dehors : prudence
Si tu vas dans la cuisine, j'y vais aussi, et le plus haut possible c'est mieux...12-03 Guam après sa nuit dehors : à l'abri
J'ai déterré la hache de guerre, vous ne vous rendez pas compte de ce qui se passe la nuit dans ce hameau !12-03 Guam après sa nuit dehors : hache de guerre

Repost 0
Published by sylveno - dans nos animaux
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 22:26

pichavaram-constructionNous passons quelques jours dans un village détruit par le tsunami où Enoch donne un coup de main à la rénovation d'une maison en torchis / bambou pendant que je continue l'enquête sur la mangrove (article pas encore écrit mais ça va venir) puis nous repartons...mangroveNous finissons par trouver la maison du prêtre qui bien sûr nous accueille chez lui. Nous préférerions de beaucoup être à l'hôtel vu l'état de la maison et l'attitude endoctrinante du prêtre mais bon, on se dit que c'est que pour une nuit. Manque de bol, Enoch a choppé un coup de chaleur et a une fièvre carabinée. Tard dans la soirée, le prêtre surgit dans notre chambre et se met à prier avec de grands cris et de grands gestes dignes des pasteurs blacks dans les films américains ! C'est la première fois que nous côtoyons les chrétiens d'Inde. Ils ont le même genre de pratique qu'aux US. De grandes acclamations, des chants... et un "vouloir convertir" impressionnant ! varmakalai : enquête-KanyakumariOn laisse passer l'orage et le lendemain, très tôt, nous voilà partis à pied et en bus à la rencontre du détenteur du secret des points vitaux. J'ai cru qu'on n'y arriverait jamais...bus








Nous changeons de bus je ne me rappelle plus combien de fois. Nous déjeunons dans un resto où le prêtre, en bon tamil qu'il est, s'empiffre au point de ne plus pouvoir se lever puis il tombe dans une lourde somnolence pendant laquelle il rote bruyamment des dizaines de fois.interminable-route Nous le secouons un peu et le pressons "d'y aller". Nous ne savons pas combien de chemin il reste à faire et je ne me vois pas dormant une seconde nuit chez l'habitant dans le coin... Encore des km dans des bus de plus en plus... pourris, n'ayons pas peur des mots. Heureusement la route est plate, et aucun fossé sur les côtés !route



Enfin, nous arrivons. Je me demande déjà avec horreur comment nous allons repartir de ce bled en plein milieu de nulle part à l'heure qu'il est. Le "n'import'nawak" indien continue. Cet autre prêtre chrétien a 92 ans. Après des heures de palabres il accepte de nous initier mais nous devons d'abord lui donner 2 000 ₹. Je suis désignée comme cobaye et je n'en mène pas large. Muni d'une plume pour ne pas toucher les points, ce qui pourrait "s'avérer mortel", le "maître" les pointe un à un.nuque
Enfin, LA révélation... Les points secrets n'en sont pas : tempes, milieu des sourcils, nuque, espace sous le nez, bref ce que n'importe quel pratiquant d'arts martiaux connait... zut de zut !

— Bon maintenant je vais me reposer un peu, vous sortez et on reparle après.
— Ah ben, non, heueu... ça va pas être possible là, on reste pas plus longtemps. Maiaiais à part cetteuh... démo mmmh... qu'est-ce qu'il y a d'autre ?
— Ho, vous savez, j'ai 92 ans mais je peux vous terrasser en 2 secondes.
Oui ben je vais pas risquer la démo, on va m'accuser de brutaliser un vieux et encore si par chance je le tue pas sans faire exprès alors bon...
— Mais pour voir la suite il me faut encore 2 000 ₹.
— Ah en plus ? Ben alors non, ça ira là merci...
Il faut savoir que ça représente plus de 30 € ce qui pour ce que nous venons "d'apprendre" n'est rien d'autre qu'une énorme "enc...de". Mais bon, un deal est un deal, connaissant les inidens, on n'avait qu'à se montrer plus prudents. Nous donnons les 2 000 ₹ (halala, notre honnêteté sera notre perte) et nous sortons de la maison sans un regard en arrière.
Miracle, un bus passe justement !
Il nous faut retourner chez le premier prêtre pour être sur une route nous permettant de continuer vers le Kérala. J'ai repéré le petit village de Kovalam dans le routard et je veux quitter le Tamil nadu de suite. Encore une nuit et au petit matin le bus pour le Kérala.
On arrive en ricksha à Kovalam. Il faut qu'on sorte de cette ambiance glauque dans laquelle on est depuis quelque temps. Je garde les sacs et Enoch entreprend une exploration du coin. Il est en meilleure forme et il est bon dans les dénichages de perles rares. J'attends donc totalement déprimée mais sereine devant ce beau paysage. janvier2 h passent. Ma sérénité va tourner à l'anxiété... quand je le vois apparaître rayonnant. On reprend un ricksha et Enoch lui indique la route, il n'est plus très sûr car il est venu à pied et par un autre chemin. On tournicote un peu et enfin il se repère et m'emmène vers LA guest house. Magnifique, il n'y a pas d'autre mot : cachée dans une forêt infinie de cocotiers, une maison simple...Kovalam guest-house
Kérala Kovalam fin janvier une chambre simple mais très très propre, pas chère, rien à voir avec les "resorts" au bord de l'eau et... à 5 min à pied de la plage... On dépose les sacs, on se douche et on y va et ça le fait à fond !
La mer ! La vraie.
Dans la mer d'Oman on peut se baigner sans crainte
des courants impardonnables ou des merdes qui flottent car oui, du côté Est, les tamils utilisent leurs plages comme crottoirs. Si tu te lèves un peu tôt tu assistes au vidage d'intestins matinaux de tous les villageois à la queue les uns des autres (sans vouloir être porno)...
L'enquête sur le varmakalai continue et comme nous savons qu'il faut également connaître la médecine et les massages ayurvédiques, je me lance dans la recherche d'un bon massage...
ça c'est profiter de la vie !
Enfin... je le croyais, avant d'avoir "subi" mon premier massage...

(à suivre dans "Kovalam beach" ou "sur la piste du varmakalai part 3")

Repost 0
Published by sylveno - dans voyage
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 16:11

 

varma-démo : bâtonsNous cherchons à connaître et éventuellement pratiquer un art martial dravidien : kalaripayat, marma ati, silambam, kuttu varisai, varmakalai... Dans les renseignements que nous avions pris en occident, toutes ces disciplines semblaient bien différentes, chacune avec un art de vie différent ou alors une graduation bien structurée d'un même art global. Sur place nous nous sommes aperçus que rien n'était aussi précis. Mais ne sautons pas tout de suite à la conclusion !
Nous atterrissons à Chennai puisque le varmakalai est originaire du Tamil Nadu.
Notre enquête commence péniblement, déjà à Mahaballipuram des passons des heures sur une fausse piste. Nous décidons de coupler cette recherche avec le projet "Plantons des arbres" pour ne pas déprimer ! Le tsunami de 2004 a déPondichéry : ritueltruit des km de côte et nous voulons voir si nos bras et ceux d'une future équipe pourraient être utile pour reboiser la mangrove. Nous décidons donc de longer la côte en allant vers le Sud.
En janvier nous sommes à Pondichéry. Le nouvel an est très fêté en Inde du Sud : j'ai l'occasion de participer à un rituel de femmes, elles m'apprennent à d essiner à la craie devant les maisons. Nous restons dans la ville quelques semaines pour profiter de l'ambiance très particulière de cette ancienne colonie française. Aucune possibilité de trouver du varmakalai ici, un chiropracteur nous parle de quelqu'un, peut-être, à Chidambaram.
Nous arrivons donc dans cette ville peu accueillante malgré les rues en fête "happy pongal". LA ville de Shiva dansant. Chidambaram : natarâjaToujours aucune piste sérieuse pour le varma kalai :
varmakalai-enquête j'ai déjà dit et répété dans ce blog que les indiens sont toujours prêts à rendre service mais écoutent rarement ce qu'on cherche vraiment et nous envoient ou amènent où il semble bien pour eux que nous allions : si nous cherchons un bon resto avec de la vraie nourriture indienne, ils ne nous indiquent pas où eux iraient mais où ils pensent qu'un occidental aimerait manger... Et comme leur idée sur nous est basée sur "on ne sait pas quoi" ça donne très (mais alors TRÈS) souvent du n'importe quoi ! Sur la photo de droite un prêtre nous confie qu'il connait peut-être en effet peut-être quelqu'un qui pourrait peut-être nous renseigner peut-être sur cet art. Il nous fixe d'abord un premier rendez-vous où après quelques propos sur le mystère qui entoure le varmakalai il nous indique un endroit qui s'avère être... une usine de fabrication d'iddly ! On se renseigne autour, dedans, encore autour : rien...happy-pongalEt par hasard 2 jours après la rencontre avec ce prêtre, dans ce même temple, c'est "happy pongal" aussi pour nous : il y a une grande fête dédiée à Shiva et... une démo de varma kalai !
Personne ne parle anglais mais on arrive quand même à se faire comprendre. Pour la démo on nous installe dans l'arène : bien pour les photos mais attention aux yeux, bonjour la poussière !varma-démo : souroulD'abord les débutants et leurs bâtons longs : varma-démo : bâtonsvarma-démo : silambam
plus l'étudiant est avancé plus l'arme est courte, là nous assistons à un combat entre deux maîtresvarma-démo : bâtons courtsvarma-démo : cornes-de-gazellevarma-démo : père-et-fille


 







Armes encore plus courtes : les madûs (cornes de gazelles).
varma-démo : fouet

 





Enfin entrent en jeu les ouroumi ou souroul pattaï, ces redoutables fouets métalliques à 2 ou 3 lanières coupantes comme des rasoirs. 

Shahruk Khan en manie une avec dextérité dans le film de Bollywood "Ashoka". Il fait d'ailleurs à ce moment une réplique pleine de sens à son adversaire qui a seulement une lance : "non, ÇA, c'est une arme".

 

varma-démo : fouets
varma-démo : 2 fouets ou épées souples

Contre ce genre d'épées flexibles qui partent dans tous les sens, point de salut !
D'ailleurs, avant d'en maitriser le maniement, les blessures ne sont pas rares.
Impressionnant !


Et on termine par le combat à mains nues. Les pratiquants sont dans une forme physique top, quelque soit leur âge. Beaucoup de démonstration de souplesse et de puissance.
 varma-démo : maîtres combat mains nues 















varma-démo : maîtres mains-nues
L'efficacité en compétition interdisciplinaire ou en combat de rue et comment les pratiquants intègrent leur discipline dans la vie de tous les jours restent à vérifier. Malheureusement le vieux maître ne prend plus de nouveaux élèves. Déception vite effacée : je n'aurais pas aimé devoir m'installer dans cet endroit pour un apprentissage long, même la côte n'est pas jolie ni sécure.
Après quelques jours à explorer la mangrove, nous reprenons notre route toujours plus au Sud, vers Kânyâkumârî où, paraît-il, un prêtre connait un très vieil enseignant, spécialiste des "points vitaux".
Le pratiquant accompli en varmakalai doit aussi connaître ces points pour vaincre son adversaire ou guérir ses partenaires ainsi que la médecine ayurvédique pour
préparer le corps au mouvement et pour soigner sur les champs de batailles. Ça tombe bien, pour nous, un art martial a une dimension spirituelle et philosophique, c'est une façon de vivre qui prend en compte tout l'être humain, ce n'est pas seulement une technique de self-défense. Ce qui nous intéresse, c'est l'ensemble de l'enseignement.

(à suivre dans "sur la piste du varmakalai part 2")

Repost 0
Published by sylveno - dans voyage
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:47

12 02 02 Guam et RémiGuam est au hameau depuis quelque temps et c'est vraiment intéressant de voir comment il s'adapte à sa nouvelle vie. Il est censé remplacer Petitechatte en tant que prédateur de rongeurs ! Petitechatte est née en 1995, depuis un an elle n'a plus une bonne vue.12 02 18 Petitechatte


Il faut au moins 4 chats actifs pour stopper la prolifération des rongeurs qui dès les premiers froid rentrent s'installer dans les greniers, pissent et crottent partout, s'attaquent aux réserves de fruits précieusement récoltés en automne
12 02 18 Isis à l'affût.



Kiwis, kakis, pommes se retrouvent taillés en petits copeaux plutôt que transformés en jus délicieux pour nous humains !



Quelques couleuvres aident les chats dans leur chasse. El
12 02 18 mue de couleuvreles sont discrètes mais on retrouve des mues un peu partout, j'en ai vu une bien vivante et énorme dans la salle-de-bain un matin et au printemps quand on ouvre la piscine il y a souvent un bébé qui nage dans l'eau tiède !



Je vais donc vous présenter ce nouveau compagnon qui n'est pas un chat ordinaire. Vous avez vu déjà que les paons ne réagissent pas de la même façon à son approche qu'à celle des autres chats. Odeur différente ou couleur de pelage ?12 02 Guam sur le muret près du zome Nous avons déjà remarqué que la couleur des poils donnait des réactions différentes : Charabia est gris et les paonnes l'attaquent dès qu'il sort ! Il les évite soigneusement. Ou alors c'est parce que c'est un mâle ? Il est castré mais a peut-être une odeur différente d'Isis ou de Petitechatte qui elles évitent les paons et leurs coups de bec mais ne se font pas poursuivre. Avec Guam l'attitude des paons n'est pas "on est dominants tiens toi à carreau" : ils se mettent en état d'alerte quand il arrive, se perchent ou s'envolent en poussant le cri d'alarme carctéristique qui met toute la bande sur le qui-vive.
Guam a peut-être une odeur de fauve lui venant de son ancêtre Prionailurus bengalensis
autrement dit le chat léopard du Bengale. Les paons ont peut-être une connaissance atavique de cette odeur puisqu'ils ont des ancêtres venant du même coin que le chat du Bengale...
Ou alors c'est la couleur du pelage...
Guam est un Bengal !12-02-10 Guam : première chasse
Historique : dans les années 60, Jean Mills, une californienne, est désolée de voir des chatons Prionailurus attrapés dans la nature et vendus sur le marché américain des animaux domestiques. Des gens les achètent pour leur beauté, pensant en faire de gentils animaux domestiques mais une fois adultes les chats léopards retrouvent leurs instincts sauvages et finissent dans des zoos. Jean Mills voulut créer un véritable animal domestique avec la robe et la beauté du Chat léopard. Elle croise son American shorthair noir avec une femelle Chat léopard du bengal. Les premiers chatons sont soit noirs comme leur père soit avec le pelage orné de rosettes de leur mère, chose alors inédite chez les chats domestiques. Elle continue la sélection en gardant toujours les chats ayant le caractère le plus doux possible. Travaillant sur la leucémie et la leucose féline, l'université de Californie avait aussi "fabriqué" les même hybrides nées de mariages entre des Prionailurus bengalensis et des chats domestiques. Les études terminées, il restait
huit femelles dont l'université ne savait pas quoi faire. Elle les offrit à Jean Mills qui poursuivit les croisements en intégrant diverses races : Abyssins, Burmese, American shorthair, Ocicat, Mau égyptiens. Ces deux derniers ont donné les robes à points.
Plus tard, un éleveur intégra à son programme des hybrides de Margay. Ce sont souvent les lignées à rosettes fermées.
Les rosettes ouvertes sont purement prionailurus.
Passons sur les difficultés de reproduction des premières générations dont les mâles sont stériles pour finir par aboutir à
un chat au "physique de panthère et au caractère en or". En tout cas, tout ça fait de notre héros le premier hybride multiple stable du monde animal.
La race  Bengal est ainsi née. Elle est reconnue depuis 1986.
Enchantés par notre vedette, des dizaines d'éleveurs de par le monde, l'ont repris pour tenter de fixer les couleurs et la texture de son pelage dans d'autres lignées. Ainsi, une trentaines de "nouvelles races" ont intégré du Bengal dans leur patrimoine génétique. Pour la petite bête, c'est un deuxième record dans le genre.

Tiens, en parlant de vedettes, il paraît que Nicole Richie, Paris Hilton, Laila Ali, Kevin Bacon, Jemina Khan, Hugh Grant entre autres font partie des admirateurs. Et depuis quelques années, le bengal est dans les dix premiers chats préférés passant devant le siamois et le ragdoll. En si peu de temps !
Troisième record !

Petite cours de biologie :
Qui est Prionailurus ?
C'est le félin le plus répandu en Asie. D'Afghanistan à Taïwan au sud et de Java à la Mandchourie à l'est. Comme le chat domestique, il mange des petits mammifères, des oiseaux, bref, toutes les proies à sa taille qui lui tombent sous la patte.12 02 18 Guam : griffes
Avec un territoire aussi grand, il existe plusieurs variations selon les régions et il peut peser de 2,5 à 7 kg, son corps mesurer de 35 cm à 1 m de long, sa queue de 20 à 40 cm, sa hauteur est d'environ 41 cm.
C'est un bon nageur, bon grimpeur, et très opportuniste. Le pelage du chat léopard arbore des teintes variées mais est toujours tacheté, de points ou d'ocelles.
 

12 02 18 Guam : patte









Guam a donc hérité de son ancêtre sauvage ses grosses pattes de chasseur, son aptitude au saut et sa magnifique fourrure, les fans disent que si vous caressez un Bengal vous n'apprécierez plus le pelage des autres chats !
Désolés d'écrire ça Nisha et Channamasala vous qui avez un pelage si doux, mais peut-être que vos ancêtres étaient aussi des fauves parce que les points de votre fourrure, ça se voit pas en Europe et les sauts que vous faites non plus et vos petits chevrottements face à une proie, c'est quand même très particulier ! Seulement vous êtes indiens et personne en Inde n'a eu l'idée d'étudier vos origines. Il est vrai que des hybrides naturels Prionailurus + chat domestique sont parfois observés alors...
Tiens, je ferai un article spécial sur vous rien qu'avec mes observations parce que vous êtes aussi une race "à part".
En attendant, revenons à Guam, il est acrobate et aime l'eau mais il ne boit que si l'eau coule. Rémi lui a acheté une petite fontaine décorative.12 01 Guam boit de l'eau en mouvement On a hâte que la baignoire soit posée dans la maison bleue pour voir s'il ira jusqu'à se baigner ! Le jasse est le lieu de vie idéal pour lui, des poutres où il peut sauter, 2 mezzanines pour saut
er de l'une à l'autre, Plusieurs lucarnes à escalader, les épaules du patron assis à l'ordi pour servir d'appui à des bonds parfois très périlleux !12 02 18 Guam : saut







Ses pattes arrières sont différentes de celles des autres chats, un peu plus longues et super musclées, des sauts de 1 m 40 (record attesté par Mètre Ruban) sans effort et sans élan !











"J'ai besoin de mouvement, je suis un sportif ! Ces plumes suspendues partout à des élastiques c'est une bonne idée et c'est encore plus amusant quand quelqu'un me regarde bondir et les déchiqueter quand je les ai !"12-02-18 Guam : jeu de la plume


12-02-18 Guam déchiquette sa plume







12-02-18 Guam : mission accomplie
 
















Et dehors... chaque arbre est évalué d'un coup
d'oeil en prévision d'une escalade.
"Là je suis en laisse pour mes premiers jours de découverte du hameau où vit le patron.
J'avais repéré un gros merisier...12 01 Guam premières sorties en laisse

12-02-18 Guam grimpe le merisierLe plus marrant : "s'approcher des paons, ça les fait s'envoler en criant... ça me donne quand même des frissons de crainte mais c'est trop marrant ! Dommage aucun ne veut jouer vraiment avec moi"...12 01 : Guam et les paons : envol-de-paon

Le moins marrant :
"se faire poursuivre par Charabia.12 02 05 : Guam habituation à Charabia










J'l'aime pas des masses ce vieux, il se croit tout permis dans Mon jasse : voler mes croquettes, squatter mon lit... et il s'arrange toujours pour se placer plus haut que moi histoire de me faire bien comprendre qu'il connaissait le patron avant moi ! J'avoue qu'il me fait un peu peur c'est pour ça que je crache quand je le vois. On nous met parfois ensemble dans une pièce plus neutre pour m'habituer soit-disant... Je veux bien ne plus me cacher mais bon j'explore sans trop m'approcher de ce gris !"

Le rituel obligatoire : "Le patron doit m'accompagner dans un tour du hameau 2 fois par jour, je peux jouer seul pendant des heures mais avec le patron c'est mieux. Et puis je peux lui montrer que je suis "propre", je fais mes besoins dehors, s'il n'est pas là comment le saurait-il ?"12 02 Guam et son patron : tour-du-hameau

Repost 0
Published by sylveno - dans nos animaux
commenter cet article