Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 12:20

 

Ceci n'est pas un procès des moines buddhistes. Plutôt quelques réflexions sur comment réagir face à des agressions sexuelles dites mineures. La sexualité est tellement réprimée ici en Inde ! Ah, qu'elle est loin le culture de Khajuraho et du kama sutra !

khajurâho temples
Quand on est une femme, c'est marrant quelques jours d'être un "white tiger" en Inde. Vous vous sentez regardée en permanence par les hommes. Désir conscient ou inconscient de chaque femme de se sentir belle et désirable.
Mais ça tourne très très vite au cauchemar !
Beaucoup "bloquent" sur vous : ils s'arrêtent en face de vous sans bouger et souvent en commentant vos faits et gestes avec leurs copains.
Mais ils ne font pas que regarder : quand vous les croisez en marchant, ils s'arrangent pour vous toucher les seins ou les fesses "par inadvertance" ou délibérément aussi d'ailleurs.
Et ce sans distinction d'âge !
Un jour des policiers en vacances se sont imposés pour une photo, Enoch a dû intervenir pour que ça s'arrête, chaque gradé réclamait une individuelle !

zoé prise d'asaut
Quelques réflexions de Zoé rentrant d'un tour en ville :
— J'en ai marre là ! Le feu est vert et je peux pas avancer parce que le gars en moto devant est retourné et me regarde bouche bée ! Eh, réveille-toi là ! On roule !
Ben non il fait des réflexions à son copain derrière et je dois le contourner !khajuraho zoé en a marre

— Je ne sais plus quoi faire moi : je marche tête baissée, je 'ai pas d'habit décolleté, je porte des salwar kamiz assez longs pour me cacher les fesses mais y en a toujours un qui s'arrange quand même pour me bousculer et me toucher au passage !
Enoch nous propose :
— Puisque les insultes ne suffisent pas, vous devez passer à la vitesse supérieure, la prochaine fois qu'un homme vous tripote, vous l'attrapez et vous le montrez en criant à tue tête. Les agressions sexuelles sont passibles d'emprisonnement. Rappelez-vous ce qui est écrit dans les trains.

Je fais des courses dans Pink city peu de temps après et je sens une main me caresser la raie des fesses ! Plus vive que l'éclair je me retourne et j'aperçois un jeune gars à l'air totalement innocent, j'ai quand même 2 secondes d'hésitation "Lui ou pas lui ?" mais il n'y a personne d'autre. Il me dépasse et là je l'attrape par le bras et je hurle comme une hystérique ! Il se dégage. Tout l'environnement se fige.
— This guy touch me ! He harassed me ! Il m'a touché en passant, agression sexuelle, la prochaine fois c'est les flics...
Bref je parle très fort et baragouine des trucs autour de l'agression sexuelle. Le gars se sauve sans demander son reste !
Je continue mon chemin.
Pink city c'es
t grand et on pourrait croire qu'un événement vécu à Bapu bazar n'aura aucune répercussion de l'autre côté de la vielle ville à Ajmeri gate... erreur !
Je n'ai plus jamais été "ennuyée" nulle part depuis !
Bon , c'est peut-être aussi parce que mon attitude intérieure a changé et puis on commence aussi à être repéré comme résidents.
Deux mois plus tard, je suis à Tripolia bazar toujours dans Pink city et je veux acheter des noix de lavage quand un commission-man m'aborde, je lui fais signe de me laisser, il insiste et ça commence vraiment à m'agacer quand le marchand de ritha intervient :

— Entre dans mon magasin. Repose-toi. Il va partir !
Il fait signe à l'homme de dégager.
— Où est ton scooter ?
— Juste là !
Comment il sait que j'ai un scooter?
Tu veux un chai ?
J'étais repérée et protégée !
 

Pendant le séjour à Bodhgaya, Zoé se fait plusieurs fois "tamponnée" et touchée. Elle en a marre et elle n'arrive pas à identifier vraiment si c'est sexuel ou juste un hasard :
"
Quand même c'est des moines buddhistes ici, je dois me tromper !"
Difficile de sortir des représentations que nous avons des religieux !


bodhgayâ, moine
Et puis un jour, plus de doute, nous sommes tous là :
— Lui ! Il m'a caressé la fesse !
— J'étais juste derrière. Je l'ai vu faire et il s'est retourné en ricanant !
Avec la rapidité qui caractérise Enoch, il choppe le moine et le soulève de terre en criant (le pauvre, un petit asiatique léger comme une plume) :
— Des excuses ! Fais des excuses à ma fille !
— Quoi, quoi, j'ai rien fait, quoi ?
— Fais des excuses et je te lâche, sinon on va aux flics !
— J'ai rien fait...
Toujours portant le moine et criant, Enoch commence à marcher vers le carrefour où nous savons que se trouvent des policiers. Le moine perd une de ses sandales en plastique que je ramasse en les suivant. Il se débat. Un attroupement se forme très vite. Zoé commence à avoir peur de s'être trompée et qu'
Enoch ait des ennuis. On s'arrête et Enoch repose le moine par terre sans lui lâcher le bras. Un jeune moine parlant bien anglais nous demande ce qu'il se passe. Il traduit à la foule et se met aussi à exiger des excuses du "contrevenant". Il parlemente pendant un long temps. On entend le mot "karma" plusieurs fois ! (Bien pratique cette croyance)
Pour finir bien sûr, le moine s'excuse, Enoch le relâche immédiatement et on continue paisiblement notre chemin...

Nous avons tous envie de rire mais vues les circonstances, ça paraît inconvenant. On marche en silence quelques pas tout en nous regardant en coin.
Chacun voit bien le frémissement retenue sur les lèvres des autres ce qui bien sûr empire encore le phénomène et on finit tous écroulés de rire au milieu de la rue en repensant à ce moine courtaud gesticulant à 20 cm du sol !

Partager cet article

Repost 0
Published by sylveno - dans sexualité
commenter cet article

commentaires

Armide 24/04/2010 20:54



Cet harcèlement (bien que naturel) est une atteinte à la liberté des femmes



sylveno 29/05/2010 18:28



L'envie de regarder et toucher on comprend mais pas le passage à l'acte !