Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 17:16

 

contre-paonJe m'appelle Peter, je suis le premier paon né à l'écohameau. été 2010 PeterLes patrons se sont "accrochés" pour introduire ma race ici : ils ont acheté un couple puis 2 femelles, le mâle est mort le cou brisé par un chien, avant d'avoir une descendance. l'année suivante, ils ont racheté 2 petits. Ignorant que les jeunes ne peuvent quitter leur mère avant un an... ils sont morts... L'année encore d'après, ils ont essayé et réussi à attraper un mâle adulte dans un château (avec l'accord du propriétaire). Lâché quelques jours plus tard il s'est sauvé... après des tentatives pour le rattraper, des femelles mangées par le renard et quelques dizaines d'autres aventures du même genre ils allaient se décourager quand au hasard d'un coup de téléphone une dame s'appitoie sur le sort de son dernier paon mâle. Sa ferme, dans la banlieue de Toulouse, se retrouve cernée par des lotissements et les nouveaux habitants ne veulent pas d'un paon dans leur jardin (un paon a besoin d'un territoire d'un hectare environ et il est très curieux des agissements des humains tout en restant à petite distance). Elle a donc dû enfermer son vieux paon dans un poulailler ! Elle le donne volontiers pour qu'il finisse sa vie en liberté... C'est comme ça que mon père est arrivé au hameau, il s'est vite adapté, trop content : une campagne illimitée autour de patrons toujours remuants et deux femelles toutes jeunes ! Je suis le seul survivant d'une couvée de 2. Mon père est mort heureux, libre, couché au soleil, l'été de ma naissance, à l'âge avancé de 14 ans.
été 2010 Peter paon






Pour favoriser l'implantation, après toutes ces années d'observation de quelques spécimens, les patrons ont pensé qu'une colonie était nécessaire pour s'autogérer. Ils ont donc décidé de la mettre en place : quand j'ai eu un an, ils m'ont acheté 3 copains de mon âge dans un élévage renommé, en baie de Somme.
paon blanc et paon noirLe couple de nigripennes est mort mais Blanc a survécu. Après de sévères batailles pour décider qui serait le chef, ses 2 mois de plus et son habitude des autres ont fait la différence, je lui ai laissé la place de mâle alpha. L'année suivante, adultes, nous nous sommes partagé le territoire. Je suis en hauteur sur la terrasse de la bergerie et Blanc a tout le reste en bas. Ce découpage strict et sévèrement puni s'il n'est pas respecté ne tient que pour la moitié de l'année, celle où on a la queue. Mais je vous explique ça mieux un peu plus tard, trop d'info tue l'info et quelques bonnes photos valent un long discours. Je vais donc faire les présentations en images :

                                                         Moi, aussi beau de dos que de face
Peter séducteur
                                                              Blanc qui se la pète !
                                   Ce n'est pas un albinos, mais une mutation de bleu.
Blanc, l'alpha mâle
Blanc-qui-se-la-pète
                                                 Ficelle ma mère, la femelle alpha

Ficelle, la paonne alpha

Nos autres femelles, avec 2 jeunes de 2008


paonnes dans la neige

les paonnes dans la neige


 

 






Il y en avait 3 mais une est morte mangée par le renard le lendemain de la naissance de ses petits. Les patrons ont réussi à les faire adopter par l'autre mère, heureusement qu'il n'y avait que 10 jours de différence. Il a quand même fallu user de diplomatie et insister en mettant tout le monde dans le poulailler 2 jours pour que l'adoption se fasse : contrairement à une poule, nos femelles savent compter et 4 bébés en plus, ça passe pas inaperçu ! Le plus difficile a été le 15e jour. C'est un moment marquant pour les petits : la mère ne les couve plus au sol la nuit mais se perche et les encourage à la suivre sinon... morts de froid ! enfin ça n'arrive jamais parce que si les petits ne sont vraiment pas prêts elle redescend, c'est ce qui est arrivé là, elle a "coupé la poire en 2", elle a couvé par terre 9 jours de plus et forcé les tout-petits à grimper à 10 jours !
paonneaux de 15 j perchés couvésEncore une fois les patrons ont dû intervenir en attrapant les bébés et en les déposant sur le perchoir, au bout de 3 chutes amorties par les ailes en parachute, tout le monde tenait en place !
paonneaux perchés couvés
La descendance : on ne saura si elle est de moi ou de Blanc que quand ils auront des petits, pour l'instant comme toutes les femelles adultes sont de type "bleu" les bébés sont bleus avec peut-être des gènes de blanc.

                                                             Demi-queue
Demi-queuel'an prochain il me ressemblera totalement, c'est le seul mâle survivant de 2008. Comme il sera en âge de se reproduire il faudra à nouveau redéfinir les territoires. On aime les endroits plats et dégagés de quelques mètres carrés. Pour parader c'est top.

Demi-queue
                         Les mâles de 2009, pas de queue longue mais déjà de belles couleurs !
                 non le blanc n'est pas un signe de gène blanc, on en a tous avant d'être adulte
.
couleurs mâle de un an






paon mâle de un an







 



été 2010 paons mâles un an                     
                  Les filles de 2009 :
   déjà à un an on ne les distingue pas des adultes, elles pourront avoir des petits dès l'an prochain
.
mai 2010, Rémi et

Les bébés de cette année, nés en juillet.
oeuf de paonnenid
paonneaux d'une semaine
Ceux de Ficelle sont nés très tard : fin septembre, elle avait pondu plusieurs fois mais à des endroits mal choisis, genre dans une pente et ses oeufs se sont cassés en roulant ! Heureusement que les patrons l'ont protégée de la pluie car elle n'était pas du tout abritée, près d'un bambou ! nidété 2010 paonneaux. de 3 jours













  mère et petits



10 paonneaux .021



 ancrage 2010
Elle a été fécondée juste avant qu'on ne perde notre queue : les quelques cent plumes très longues de notre queue tombent à la fin du mois d'août, marquant l'arrêt de la période des amours. Il nous reste une queue courte comme celle des femelles, durant cette période, aucune compétition, Peter fin août 2010
Je me balade partout avec Blanc et les autres, sans distinction de sexe, on joue à nos trucs préférés : se poursuivre en tournant autour des buissons jusqu'à plus de souffle ! Nos nouvelles plumes recommencent à pousser en hiver. Elles auront leur taille maxi quand on aura 6 ans.

Blanc fin août

  En mars-avril la roue est totale, les poussées d'hormones séparent les copains pour quelques mois !
2 mâles adultes seulement...
été 2010

été 2010 concours de roue !
été 2010 concours de roues

Partager cet article

Repost 0
Published by sylveno - dans nos animaux
commenter cet article

commentaires

sareri 24/01/2011 21:37



bonjour


splendides


ca fait longtemp que j ai visite votre blog ,,,,,toujours a l affut de modeles speciaux


a bientot sonia



sylveno 28/01/2011 14:46



aucun problème prends autant de modèles que tu veux...



Alice Kara 06/11/2010 19:30



Les photos sont magnifiques ! 


Clin d'oeil à Rémy qui s'occupe de tout ce peuple des yeux !


Bisous à tous !



sylveno 07/11/2010 06:18



bisous à toi !



morgane 06/11/2010 12:11



 En ce moment je trouve que les paons ont une vériété de cris  spéciale. Les petits de l'année ont la voix rauque, comme s'ils muaient alors q'ils sont tout jeunes. (Je ne parle pas des
bébés de Ficelle !) .


Ce que j'aime le plus c'est quand je vais leur ouvrir la porte du poulailler le matin et qu'ils sont encore tout endormis, qu'il faut allumer la lumière pour qu'ils se lèvent. Ces bruits de
plumes, les mâles qui s'étirent toujours les premiers, les petits qui restent au chaud jusqu'au dernier moment comme s'ils n'avaient pas envie d'aller à l'école ! Et puis enfin ils sortent,
chacun à son moment, à sa manière et quand c'est le moment. Chaque paon semble vraiment faire"à sa manière". En groupe oui, mais jamais en troupeau !!


 



sylveno 07/11/2010 06:27



Ce n'est plus le cri de parade du printemps, ni comme en été celui du danger pour les couveuses ou les petits. Il faudrait bien observer pour savoir à quoi ça correspond. Une troupe pareille nous
n'en avons jamais suivie en hiver puisque qu'on est en Inde ! Rémi doit savoir... Il nous disait que les avoir encourager à sauter pour prendre le pain n'est pas forcément l'idée de l'année :
maintenant quand il passe avec son repas dans la rue ils sautent jusqu'à son assiette !



Mika 24/10/2010 08:39



Les photos sont magnifiques ! (comme en vrai)   ;)  



sylveno 24/10/2010 19:47



Celles de Rémi dans la rue du hameau ont été prises par Zoé quand elle était en France en mai. Les autres sont de cet été. Rémi a eu droit il y a qq jours à un paon sur l'épaule ! Les 2 bébés de
Ficelle l'ont carrémént fixé comme père-nourricier, ils ne rentrent qu'en le suivant, que Ficelle soit là ou pas !



Armide 24/10/2010 00:39



Me voilà passionnée par tout ce que je découvre, moi la parigotte : j'ignorais tout de la perte de la queue, entre autres choses, et n'aurais jamais imaginé voir un paon blanc comme neige.
Ils sont magnifiques !



sylveno 24/10/2010 08:11



c'est vrai qu'en Inde il n'y a pas de paon blanc... Nous avons remarqué que les oiseaux aiment le blanc : on avait une poule nègre soie blanche et une cane blanche, les mâles se précipitaient tjs
sur elles, en priorité !