Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Nous

  • : L'Inde autrement
  • L'Inde autrement
  • : La vie au jour le jour en Inde, les voyages de connaissance de soi que nous proposons dans ce pays si différent de la France, toutes les réflexions qui nous viennent dans nos différentes expériences en comparaison avec ce que nous vivons en France.
  • Contact

Recherche

18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 10:19

 

La religion des bishnois est une branche de l'hindouisme. Elle est surtout présente au Rajasthan, le guru fondateur étant né pas loin de Bikaner. Objet actuellement d'un certain engouement sur internet et à la télé, nous avons effectué une enquête sur cette minorité présentée comme "des pionniers multi centenaires de l'écologie, avant même que le mot existe", notamment pour leur amour des arbres et des animaux. Ils protègent surtout les gazelles et sont intervenus contre un acteur célèbre qui en avait tué une à la chasse.

.chinkârâ
Dans la religion hindoue, l'environnement ne "peut être ni méprisé ni ignoré" (wikipédia).
Mais où le voit-on en Inde ? Les rues, les rivières, les campagnes, le désert même, tout est jonché de plastiques et de déchets. Dans l'agriculture, l'alimentation et la médecine, des molécules interdites ou classées dangereuses en occident depuis longtemps sont ici distribués sans aucun contrôle. Les derniers exemples constatés : le minium, il n'y a rien d'autre pour protéger le fer, le DDT vendu dans les boutiques des bazars, les sulfites couramment en épicerie.

Nous sommes curieux de voir des indiens respectueux de l'environnement pour y croire !

Nous parlons autour de nous des bishnois, la prof d'hindi de Zoé et Enoch nous raconte qu'elle a déjà enquêté sur eux et elle en a fait tout un chapître de son livre. Rendez-vous est donc pris avec elle qui a des renseignements très intéressants et des contacts. Elle nous met en correspondance avec Monsieur Bishnoi à Bikaner.

Dans la communauté ce nom est majoritaire et accompagne souvent un autre nom. Ils ne peuvent se marier qu'entre eux selon un code très complexe parce que pour être bishnoi il faut être né bishnoi.
Ce point est surprenant puisque d'après les enseignements de leur guru, la communauté est ouverte à tous, toutes castes confondues. Beaucoup d'intouchables l'ont d'ailleurs rejointe au début pour échapper à leur condition misérable. Mais les années 1490 sont loin, Guru Jambheshwar est mort depuis longtemps, et notre guide nous explique que beaucoup de choses ont changé depuis...

Attention, je ne focalise pas sur cette communauté pour en faire une critique négative, on pourrait faire la même introspection dans le monde chrétien mais comme on vit dedans il est plus difficile d'avoir un regard neutre, non teinté d'émotionnel favorable ou non.

Donc premier point en désaccord avec le guru, plus personne ne peut rejoindre cette religion.

 

Nous avons demandé à passer un jour ou deux dans un village pour y vivre la vie de ces gens.borne du pays bishnoi

 

C'est d'accord nous partons donc
à la découverte de "l'authentique",
pas de villages comme autour de Jodhpur
où tout a été organisé pour les touristes.

 

 

Première déception : Le long de la route, des bornes en béton marquent le territoire "écologique" des bishnoi !





Autre surprise une heure plus tard : nous nous arrêtons devant un immense temple et quelques bishnois nous font signer un genre de livre d'or.

 Pourquoi ce temple ? Les enseignements de Jambheshwar ne disent pas qu'il n'y ait aucune construction en dur ?

 

temple bishnoiaccueil pour les melas

 

Oui mais c'est ici que s'organisent
les melas bishnois rassemblant
la communauté venant de toute l'Inde du Nord.
On allume de grands feux et M. Bishnoi un des hauts dignitaires que nous allons rencontrer a construit toute une infrastructure pour recevoir ces milliers de gens.
 

 

Nous sommes invités à manger. Enfin un "bon point", la nourriture est du jamais vue tellement c'est bon.
Une immense machine à fabriquer des chapatis trône dans le hangar également immense. Les boulangers que nous sommes ne peuvent qu'être ébahis devant le fini de cet engin :
on met la farine et l'eau à un bout, les chapatis sortent chaudes à l'autre bout, 7 000 à l'heure, incroyable !

 machine à chapati

 

Les 29 commandements sont peints sur un mur.29 principes

— Mais... mais... vous portez du bleu ! Il y a écrit là que... dis-je en montrant le pull bleu marine de notre guide et la blouse bleue sombre du voisin... C'est le 29e commandement, ne pas porter de couleur bleue...
Ha, ha, ha ! Ce n'est pas bleu, c'est noir !
Noir ?
Laisse tomber Zoé...

Les membres de la communauté qui vivaient au départ essentiellement dans les villages du désert du Thar habitent maintenant pour beaucoup en ville et sont devenus des commerçants prospères. Comme toutes les minorités ethniques et religieuses en Inde, ils ont été soutenus financièrement par le gouvernement. Beaucoup d'entre eux ont investi cet argent dans des entreprises de transports. Bonjour l'écologie !
En venant en Inde vous ne pouvez pas rater ces camions décorés d'un "horn please" et peint en plus en dessous le mot bishnoi.

 

On aimerait quand même aller dans un village...
Oui, oui, on y va, on y va...musée bishnoi
 

 

Nous voilà repartis.lieu de naissance du guru
2e arrêt le mini temple érigé à l'emplacement de l'endroit où est né le guru. Les rituels, les enseignements... Nous posons des questions sur la transmission de l'enseignement justement puisqu'il n'y a pas de prêtres, seuls les paroles du guru font loi, qui transmet ? la question à l'air de déranger un peu et en s'accompagnant d'un geste vague, le guide marmonne un "c'est les parents qui...

— Bon, et pour le village alors ?
3e arrêt qui s'avère être un musée et la construction d'un nouveau musée juste à côté, les reliques du guru : ses chaussures, son livre...

— Et ce village, c'est encore loin ?

 

Et si on s'arrêtait là ? ferme du désert
Un super village typique, on prend des photos, c'est magnifique de simplicité et de propreté. Notre guide ne descend pas : "C'est pas des bishnois"... Mais nous on a fini par douter de l'existence même de villages bishnois. C'est joli : on visite.

bishnois ou non

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


habitat désert autour de Bikaner


ferme hutte à chevreaux

 

 lieu des enseignements
 

 

 

 

4e arrêt, encore un temple, énorme celui là. C'est l'endoit où le guru donnait ses enseignements.
Non, là cette fois, je refuse de participer, j'ai été claire :

— Et ce village pour vivre quelques temps avec des bishnois...
  Oui mais la vue est superbe !  

— Oui mais je ne suis pas venue pour la vue...

 

 

 

 

 

 

 

 

Miracle : des gazelles comme celles que les bishnois vénèrent... enfin d'après ce que j'ai lu. Et une grande antilope Nigault qui reste là à me regarder !

antilope NilgautIl est tard, le jour se couchant tôt, nous avons bien conscience que pour la vie avec des bishnois c'est raté...  

Nous arrivons dans une rue de quartier, pas un village paysan, un quartier de ville : nous sommes accueillis dans une famille à qui nous posons quelques questions sur leur vie et la transmission de l'enseignement et l'écologie, mais ils ne répondent carrémment à aucune question. Carrémment pas. Nous étions pourtant plusieurs dans le groupe à parler hindi. Ils prennent un air vague puis passent à autre chose !
  Vous pouvez les photographier, ils ont des habits traditionnels bishnois...
Le village bishnoi ?
Ah oui, on y va...
La femme de la maison monte en voiture avec nous et nous conduit chez une famille bishnoi paysanne. arrivée à la ferme-bishnoisC'est pareil que dans la ferme que nous avons photographiée un peu plus tôt, très propre, très simple. Le guide nous décrit chaque chose comme si on était des demeurés. :

"Là, c'est un enclos. Pour les chèvres. Là, c'est des chèvres. C'est les animaux que nous mettons dans l'enclos à chèvre..."

 


 arbre taillé comme partout ailleurs  

 

 

Je pose des questions au guide au sujet du khejri (Prosopis cineraria) qui d'après certaines sources serait une nouriture de base des peuples du désert en général et des bishnois en particulier qui le considère comme sacré. Il ne connais pas. Je lui demande si il y a une ressemblance avec le moringa, il ne connait pas non plus le moringa. 

 

 

Et les arbres, vous les taillez comme les autres paysans ?
   
Que faites-vous avec l'arbre sacré ?
— L
'arbre sacré, c'est celui qui est planté à côté du temple...

 

"Et pour les faons, il y a des femmes qui les allaitent ?"... C'est la video qui passe sur internet et cette histoire est à la base de l'admiration pour les bishnois protecteurs de la nature...
Non, je n'ai pas osé poser cette question... C'était trop ridicule... il y a des vaches et des chèvres dans chaque ferme, le lait de ces animaux nourrirait sans problème les faons orphelins, pourquoi les femmes devraient-elles les allaiter ?
ferme bishnoi
Je me sens stupide de parler de ça à cet homme qui, certes, nous a consacré sa journée, mais dont le seul but était de nous montrer la richesse des bishnois et la particularité de sa communauté. Mais comme n'importe quel indien, sans tenir compte de notre demande, ayant son idée et s'y tenant, se mettant lui en avant.

 

 

 

 

  Allez j'arrête là et nous arrêtons aussi notre enquête quand, de retour à Bikaner nous sommes encore sidérés de voir la femme de notre guide nous accueillir dans un sari bleu- roi qui comme chacun le sait n'est pas du bleu ! lol

   

Que conclure de tout cela...
C'est comme si dans le Tarn je voulais voir un village protestant, il y a beaucoup de protestants dans la région mais chaque famille vit sa vie séparément des autres familles, ils se voient au temple de temps en temps. C'est comme chez les riches catholiques des années 1900 qui donnaient linge ou nourriture par charité aux familles pauvres. On est bien loin des enseignements d'origine de Jésus...

J'ai cru à ces villages de protecteurs de l'environnement, à cet enseignement ouvert à tous...
comme j'aimerai croire à cette video sur les geôles indiennes où, à la sortie, les prisonniers peuvent se réinsérer dans la société, s'étant libérés de leur colère par la méditation Vipassana...

comme j'aimerai croire à un paradis terrestre où chacun vivrait libre de toute croyance !!

Le séjour nous a rappelé de vérifier par nous-mêmes les dires des uns, les reportages vus à la télé (ou sur le web), les connaissances qui circulent tellement qu'elle sont prise pour des vérités. Vérifier avant de s'y référer ou de les diffuser. Ceci dit, comme toujours, je reste ouverte à vos commentaires si vous avez rencontré une bishnoi allaitant un faon ou se sacrifiant pour un arbre, j'y vais...

 

Pour terminer : Quand il pleut un mois à Jaipur, il pleut 2 jours à Bikaner ! Le problème de l'eau est donc pire qu'ailleurs au Rajasthan, et les villageois ne sont pas plus éduqués à la préserver. Personne n'arrête les pompes qui puisent la nappe phréatique, laissant déborder les tanks dans le sable et comme partout l'eau coule à flots pour entretenir des pelouses...eau-gaspillée

Toutefois, n'hésitez pas à visiter cette région de désert autour de Bikaner, les fermes y sont encore typiques, le paysage est très beau. toithabitat bishnoi
Dans la rubrique "survivre en Inde" :

Au bord de la grand route logent des familles de gitans très agressives. Ça fait très raciste je sais, mais à chaque fois qu'on s'arrête sur le bord d'une route ça arrive, là je n'y ai plus pensé et en quelques minutes les enfants m'ont pincé et ont cassé un feu de la voiture ! À Jagat aussi on a dû être strict pour qu'ils ne viennent plus...gitans
Par contre plus à l'écart on peut s'arrêter et rencontrer des familles sympathiques et accueillantes, bishnoi ou non...paysans du désert

Partager cet article

Repost 0
Published by sylveno - dans spiritualité
commenter cet article

commentaires

bruno 27/02/2014 21:08

Bonjour
ici l'actualité de la communauté Bishnoïe
https://www.facebook.com/info.bishnois

cabrol jeannine 26/07/2011 17:37



Hé oui j'ai participé à la course aux Bishnois .Je n'y ai rien compris .Je me suis posée beaucoup de questions mais me voilà incapable de faire un résumé correct.Pour moi rien de vraiment
particulier chez ces gens-là.Des indiens comme les autres, pas plus respectueux des hommes de la nature.Il me revient à l'esprit cet arbre près du temple étranglé dans du béton duquel ne
dépassaient que quelques maigres branches. .


Je revois notre guide plongé dans ses pensées, inaccessible aux questions que l'on pouvait formuler.Impossible de faire un reportage correct.


Il ne faut pas chercher les Bishnois trop longtemps si l'on va à Bikaner par contre les environs sont vraiment magnifiques .Les couleurs sont dans des nuances de sable ,blanc ,gris perlé:la
nature elle est d'une rare beauté;


 



sylveno 27/07/2011 14:55



tu nous a bien fait rire, c'est exactement ça !



peggy 22/07/2011 21:45



Jolies photos, c'est sauvage, ça fait réver...



sylveno 23/07/2011 13:00



à quand votre venue ? 2013 la kumba mela ?